Les confidences du joueur masqué

«Il n'y a pas de rejet des homos, vu qu'on ne sait pas qui ils sont»

Il joue en Ligue 1 et raconte chaque semaine pour Francefootball.fr, à visage caché, les dessous pas toujours avouables et rarement avoués de son métier. Le joueur masqué a choisi aujourd'hui de parler du tabou de l'homosexualité dans le monde du foot.

«L’homosexualité, on en parle très peu dans le milieu du foot. Je ne sais pas si c’est parce que c’est tabou, ou parce qu’il y a peu d’homosexuels, mais en tout cas on n’en parle presque pas. Le sujet ne vient pas naturellement dans nos conversations. Je pense que le milieu du foot est un milieu un peu homophobe. Il faut le dire. Très peu de footballeurs ont révélé leur homosexualité. Il n'y en a presque aucun en fait. Alors que dans le foot féminin, c’est davantage accepté. Les filles ont plus le courage de le révéler. Les hommes n’assument pas donc on n’est jamais vraiment sûr qu’un joueur soit homo ou pas. La barrière n’a pas encore été cassée.
 
Les cas dont on entend parler, ce ne sont que des rumeurs, on n’arrive jamais à savoir si c’est vrai ou pas... Donc à partir de ce moment-là, il n’y a pas de rejet des homos vu qu’on ne sait pas qui ils sont. Aujourd’hui, on vit dans un monde libre, avec une mentalité d’ouverture. Donc je pense que si les joueurs homosexuels révélaient leur homosexualité, ils n’auraient pas de souci.
«Jamais un mec ne va dire à un autre: "Je ne m'assoie pas à côté de toi parce que tu es pédé"».
Dans le vestiaires, on se moque, on se fait des petites blagues homophobes... Mais jamais avec les mecs qu’on soupçonne d’être homos ! On est des mecs, on se fait des vannes un peu lourdes par derrière... Comme tout le monde en fait. Ce n’est jamais méchant. Jamais un mec ne va dire à un autre: "Je ne m’assoie pas à côté de toi parce que tu es pédé". On respecte l’être humain, homo ou pas. Faut pas déconner avec ça non plus.
 
Chacun à sa physionomie, sa façon de marcher, de parler, de gesticuler... Se baser sur ça pour dire que quelqu’un est homosexuel, comme c’est déjà arrivé dans le monde du foot, je ne trouve pas ça bien. Chaque individu a sa façon d’être. Toifilou Maoulida, par exemple, il avait une façon de courir et de se déplacer qui était différente. Mais décréter qu’il est homo, c’est un préjugé ! On se fait des opinions sur lui sans savoir vraiment qui il est. C’est n’importe quoi. Des réputations se font comme ça. Et puis au fond, on s’en fiche qu’un mec soit homo ou pas. Ça ne change pas le joueur qu’il est.
«Yoann (Gourcuff) refusait les avances des filles. Il a le droit non ? Et bien ces filles-là ont fait courir la rumeur qu'il était homo».
Dans le vestiaire, on est très libre. On se balade nu, on raconte des conneries, on fait n’importe quoi… On se permet de faire des trucs qu’on ne ferait même pas à la maison. Mais le sujet de l’homosexualité, on n’en parle pas. C’est comme ça. C’est encore un tabou dans notre société. Personne n’en parle, et les homos ne se dévoilent pas. Donc ce n’est même pas un sujet.
 
Vous vous souvenez des rumeurs sur Yoann Gourcuff ? Elles ne s’appuyaient sur rien. Rien ne démontrait qu’il était homo. Mais rien ne démontrait qu’il ne l’était pas, donc les gens en ont déduit qu’il était homosexuel. Aujourd’hui, il est avec une femme, il est papa. La vérité, c’est que Yoann, qui est très timide, refusait les avances des filles qui voulaient sortir avec lui. Il a le droit non ? Et bien ces filles-là ont fait courir la rumeur qu’il était homo. Après, quand il est allé à Bordeaux, on lui prêtait une relation avec Marouane Chamakh car lui non plus n’était jamais vu avec des filles. C’est n’importe quoi. Les rumeurs vont tellement vite dans ce milieu...»
Hugo Guillemet 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Réagissez à cet article
500 caractères max
monacoforever92 23 mars à 19:25

gourcuff avec chamak ... pourquoi pas gonalons avec umtiti ?