A Lire dans FF - L'entretien

André Ayew (Ghana) : «Hervé Renard a tout fait pour me réconforter lors de la CAN 2015»

A quelques jours du coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des nations, André Ayew parle de ce tournoi qu'il n'a toujours pas remporté, malgré quatre participations.

Il le clame avec fierté et sans ambages : «La Coupe d'Afrique des nations, c'est notre Coupe du monde !» André Ayew adore la CAN et, s'il n'a encore jamais remporté le tournoi africain, contrairement à son père Abedi Pelé (en 1982), il lui arrive bien souvent de songer à la compétition. A la dernière en particulier, en 2015 : «Parfois, j'ai des flashs ! (...) C'était la seconde finale que je perdais, après celle de 2010 en Angola.» 2015 demeure à l'évidence un très mauvais souvenir pour le joueur de West Ham, qui avait pourtant terminé meilleur buteur de la compétition. Ses larmes avaient fait le tour du monde. D'autant qu'il avait été réconforté par le coach des vainqueurs ivoiriens, Hervé Renard : «Sur le coup, tu ne fais pas forcément attention. (...) Il a tout essayé pour me réconforter (...) Ce soir-là, j'étais extrêmement déçu. Hervé, je le considère comme un oncle ou un grand frère.»

Aujourd'hui, André Ayew défend le parcours de son coach actuel, l'Israëlien Avram Grant, particulièrement critiqué au Ghana. Et pas seulement en raison de la dernière défaite face à l'Egypte, en novembre dernier : «Il gère de mieux en mieux le football africain», affirme le numéro dix ghanéen. «Il y a eu également des soucis extra-sportifs», précise encore l'ancien joueur de Marseille. En attendant, André Ayew ne craint personne dans cette 31e édition, mais se méfie de tout le monde au premier tour : «Ne nous voilons pas la face, Mali, Egypte et Ouganda, c'est un groupe très compliqué !»

Au Gabon, le cadet des Ayew voit en tout cas «beaucoup de gars capables de briller», comme «Sadio, PEA, Mahrez et Salah.» Heureux de retrouver la reine des compétitions africaines, André sourit lorsqu'on évoque la reconnaissance du grand festin continental par les Européens : «Que ce ne soit pas un sommet pour les Européens n'est pas notre souci ! (...) La CAN gagne en épaisseur, elle devient très respectée et le sera de plus en plus, j'en suis convaincu !» Le rendez-vous est pris avec les Black Stars dès le 17 janvier, pour le premier match du Ghana contre l'Ouganda.

L'entretien complet d'André Ayew est à lire dans le numéro de France Football du mardi 10 janvier 2016.
Frank Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max