bamba (abdoulaye) (L'Equipe)
FF

Bamba, le «guerrier» dijonnais

Remplaçant la saison passée en Ligue 2 avec Dijon, Abdoulaye Bamba a regagné sa place de titulaire depuis le début de l'exercice grâce à son investissement quotidien à l'entraînement ainsi que son état d'esprit exemplaire. «J'ai dû me mettre un peu minable pour être en mesure d'avoir un volume de jeu plus important», révèle le latéral droit ivoirien de 24 ans avant le déplacement du DFCO (4e) à Clermont (16e), ce vendredi (20 heures).

Évoquer le triomphe de la Côte d'Ivoire en finale de la CAN le mois dernier face au Ghana (0-0, 9-8 tab) suffit pour faire pétiller son regard et lui donner du baume au coeur pour la journée. Abdoulaye Bamba ne faisait pas partie de la sélection sacrée championne d'Afrique pour la deuxième fois de son histoire, en Guinée-Équatoriale. Mais le natif d'Abidjan, retenu par d'Hervé Renard pour les deux matches de qualification contre la République démocratique du Congo (2-1 et 3-4) fin 2014, a contribué à sa façon au succès des Éléphants. «J'étais avec eux juste avant, c'est magnifique, rappelle-t-il fièrement. Lors de ce stage, je ne suis pas venu dans un contexte de matches amicaux, c'était la qualification qui était alors en jeu. Même si je ne suis pas entré lors de ces rencontres, cela restera gravé à vie dans ma mémoire. Je me suis fixé des objectifs et jouer en équipe nationale en fait partie.»
Dall'Oglio : «Il ne lâche pas l'affaire, c'est quelque chose de positif»
Doublure de Pape Paye, un autre Ivoirien, il y a moins d'un an à Dijon, le polyvalent latéral était alors loin de pouvoir prétendre à la sélection. «Abdoulaye est un garçon qui n'a pas lâché au niveau mental, insiste Olivier Dall'Oglio, l'entraîneur de la formation bourguignonne. C'est un latéral droit mais il est également capable d'évoluer à gauche si besoin, bien qu'au départ ce n'était pas trop dans son idée. Il y a eu une évolution dans sa réflexion. Comme c'est un joueur qui travaille beaucoup aux entraînements, il a progressé et il a su saisir sa chance. Il ne lâche pas l'affaire, c'est quelque chose de positif.» Pas «forcément d'accord» avec les choix de son technicien, Bamba a toutefois rapidement changé d'opinion. «Avoir obtenu des explications du coach m'a fait énormément de bien, reconnaît-il. Je me suis mis à bosser encore plus et cela a payé car je réalise actuellement ma saison la plus aboutie. J'ai fait des progrès et ça se ressent au niveau de mon temps de jeu (2250 minutes contre 1098 en L2 l'an dernier, ndlr).»

«La L1 est mon premier objectif»

Aligné à 25 reprises en Championnat cette saison, le numéro 15 du DFCO s'affirme comme un latéral moderne, capable d'enchaîner les efforts pour créer le surnombre offensivement tout en restant appliqué sur le repli défensif : «Je le dois à ma formation reçue à la Juventus Turin (2001 à 2010). Les latéraux doivent monter très haut et il faut bien sûr être efficace à l'arrière-garde. Depuis que je suis arrivé à Dijon en 2010, j'ai pu peaufiner certains aspects de mon jeu. Avec l'équipe réserve de la Juve, tu as quasiment toujours le ballon donc tu passes tout le match à attaquer ! Défensivement, je n'avais pas grand-chose à faire, poursuit-il. En découvrant la L2, j'ai constaté que c'était un peu différent car tu n'as pas le ballon en permanence. J'ai dû me mettre un peu minable pour être en mesure d'avoir un volume de jeu plus important. Bien sûr, il y a toujours des choses à corriger mais aujourd'hui, je me sens super bien sur le terrain.»
court (yoann) bamba (abdoulaye) (L'Equipe)
court (yoann) bamba (abdoulaye) (L'Equipe)
S'il doit encore améliorer son «placement» et «travailler sa technique pour gagner en précision sur ses centres» selon Dall'Oglio, Bamba reste un élément indispensable au club dans l'optique de la lutte pour la montée en L1. «Il prend beaucoup son couloir, son apport offensif nous est indispensable, confirme son coéquipier Johan Gastien. C'est un défenseur hargneux, très difficile à passer, son état d'esprit de guerrier est un véritable plus pour l'équipe. Abdoulaye a complètement explosé cette année.» «À 24 ans, je me dis que j'ai encore tout à apprendre», tempère cependant l'Ivoirien. Pour lui, son évolution passe obligatoirement par un retour au plus haut niveau. «C'est mon premier objectif, admet-il. J'y ai déjà évolué lors de ma deuxième saison ici, en 2011-2012 (25 matches). J'ai alors pu me rendre compte à quel point c'était quelque chose de fantastique. Je suis ambitieux donc j'ai forcément envie d'y retourner

Clément LACORD
Réagissez à cet article
500 caractères max