Bleus

Bernard Lama : «Steve Mandanda a un rôle à jouer en équipe de France»

L'ancien gardien de but des Bleus, champion du monde en 1998, revient sur la victoire de l'équipe de France à Amsterdam, face aux Pays-Bas (3-2). S'il ne voit pas Mandanda prendre la place de n°1, il estime qu'il sera très important.

«Ce match se disputait dans un contexte particulier entre les attentats de Bruxelles et le décès de Johan Cruyff. On va retenir la victoire de la France, notamment la première période. Ils ont affronté une équipe hollandaise globalement diminuée. Ce qui m’a plu ? Le réalisme. Marquer trois buts à l’extérieur, ce n’est jamais évident. Individuellement, des garçons comme Griezmann et Giroud confirment. Giroud est beaucoup critiqué mais il se montre efficace chez les Bleus. Le retour de Payet a également été bon. Il a pris une autre dimension technique, mais également au niveau de son leadership. On a vu que cette équipe avait du potentiel. Regardez son milieu de terrain : Matuidi, Pogba et Diarra, c’est costaud.
Lama, à l'ancienne. (BOUTROUX PATRICK/L'Equipe)
Lama, à l'ancienne. (BOUTROUX PATRICK/L'Equipe)
«Le point négatif, c'est la désorganisation de l'équipe. Ils auraient dû inscrire le troisième but bien plus tôt»
En seconde période, les nombreux changements font qu’on a un peu perdu le fil, il y a eu un manque de continuité dans le jeu. Les Pays-Bas ont ainsi pu revenir au score. Les deux buts que l’on prend sont tout à fait évitables. Dans ces moments, il faut resserrer les lignes, savoir rester constant. Le haut niveau, c’est ça, sinon on le paye cash derrière. Le point négatif, c’est ça, c’est la désorganisation de l’équipe. Ils auraient dû inscrire le troisième but bien plus tôt.
Mais en fin de rencontre, il faut saluer la réaction d’orgueil du capitaine, Blaise Matuidi. Lorsque le deuxième but est concédé, il n’est pas content du tout et c’est lui qui va inscrire le troisième.
«Lloris ne s'est jamais planté chez les Bleus»
Concernant la prestation de Steve Mandanda, c’est le genre de matches qu’un gardien n’aime pas. Parce qu’il n’y a pas grand-chose à faire et qu’il encaisse quand même deux buts. Ce n’est jamais agréable. En même temps, son rôle est de veiller à ce qu’il y ait toujours un joueur à la limite de la surface de réparation pour empêcher ce genre de passes en retrait comme sur le second but. Ce n’est pas normal, c’est aussi son rôle.
Concernant la hiérarchie, Lloris ne s’est jamais planté chez les Bleus. Il a fait son trou en Angleterre. Pour sortir un gardien titulaire, il faut vraiment qu’il ne soit pas bon. Ce n’est pas le cas.
Mandanda, cette saison, a élevé son niveau en club, que ce soit techniquement avec son jeu au pied qui s’est nettement amélioré, mais aussi dans son côté leadership. C’est une très bonne chose. Dans cette équipe de France, il faut qu’il y ait des anciens avec de la personnalité. Il a son rôle à jouer puisqu’il fait partie de cette équipe depuis un moment. C’était un peu mon cas de figure à mon époque. Lloris a donc maintenu son niveau, même si les performances de Mandanda sont beaucoup plus visibles ces derniers mois.»
Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max