Soccer Football - Bundesliga - FC Augsburg vs Bayern Munich - WWK Arena, Augsburg, Germany - April 7, 2018   Bayern Munich players celebrate winning the league with a replica trophy in front of the fans at the end of the match    REUTERS/Michael Dalder    DFL RULES TO LIMIT THE ONLINE USAGE DURING MATCH TIME TO 15 PICTURES PER GAME. IMAGE SEQUENCES TO SIMULATE VIDEO IS NOT ALLOWED AT ANY TIME. FOR FURTHER QUERIES PLEASE CONTACT DFL DIRECTLY AT + 49 69 650050 (Reuters)
Allemagne - Bayern Munich

Bundesliga : le 28e titre de champion d'Allemagne du Bayern Munich à la loupe

C'est fait. Grâce à sa victoire à Augsbourg (1-4), le Bayern Munich a été officiellement sacré champion d'Allemagne, pour la 28e fois de son histoire, ce samedi 7 avril. Retour sur la superbe saison des hommes de Jupp Heinckes.

Les joueurs utilisés

Gardiens : Sven Ulreich (24 matches), Manuel Neuer (3 matches) et Tom Starke (2 matches)

Défenseurs : Joshua Kimmich (25 matches, 1 but), Matts Hummels (22 matches, 1 but), Niklas Süle (22 matches, 1 but), David Alaba (22 matches, 1 but), Rafinha (22 matches), Jérôme Boateng (18 matches, 1 but), Marco Friedl (2 matches)

Milieux : Arturo Vidal (22 matches, 6 buts), Corentin Tolisso (22 matches, 4 buts), Sebastian Rudy (20 matches), James Rodriguez (19 matches, 6 buts), Javi Martinez (19 matches, 1 but), Thiago Alcantara (14 matches, 1 but) et Juan Bernat (8 matches).

Attaquants : Robert Lewandowski (26 matches, 26 buts), Arjen Robben (20 matches, 5 buts), Sandro Wagner (9 matches, 5 buts), Kwasi Wriedt (1 match), Thomas Müller (25 matches, 7 buts), Franck Ribéry (19 matches, 5 buts), Kingsley Coman (21 matches, 3 buts).

Les trois moments forts

8e journée, Bayern 5-0 Fribourg
Auteur d'un début de saison moyen (13 points en 6 journées de Bundesliga et un lourd revers à Paris en Ligue des champions), le Bayern décide fin septembre de se séparer de Carlo Ancelotti. Willy Sagnol assure l'intérim le temps d'un match (2-2 sur la pelouse du Hertha Berlin) avant de voir Jupp Heynckes, l'homme du prestigieux triplé C1-Coupe-Championnat en 2013, sortir de sa retraite pour reprendre l'équipe en main. Dès son premier match, face à Fribourg, l'effet se fait sentir. Dans le jeu, déjà, mais aussi au niveau du score puisqu'il s'agit de la plus large victoire de la saison des Bavarois à ce moment précis. Celle-ci vient mettre un terme à une triste série de trois matches sans victoire, C1 comprise. Le Bayern passe deuxième, devant Hoffenheim.

11e journée, Borussia Dortmund 1-3 Bayern
Choc au sommet de la Bundesliga. Le Bayern, leader depuis une petite semaine, s'en va défier son dauphin, Dortmund, qui pointe à trois longueurs. Mais sur le terrain, il n'y a pas vraiment match. Les Bavarois, qui ont retrouvé leur jeu collectif depuis le retour aux affaires de Jupp Heynckes, déroulent leur football et signent leur septième victoire de rang, toutes compétitions confondues, depuis l'arrivée du technicien. L'inévitable Robben met les siens devant dès la 17e minute d'une frappe enroulée dont il a le secret, devenant du même coup le meilleur buteur étranger de l'histoire du club en Championnat (93 réalisations), juste devant Giovane Elber (92). Puis Lewandowski enfonce le clou sur un service parfait de Kimmich peu avant la pause. Malgré quelques occasions franches, dont deux pour le seul Yarmolenko, le Borussia est sonné. Surtout que David Alaba corse encore l'addition après l'heure de jeu (67e). La réduction du score de Bartra, en toute fin de rencontre (88e), n'y change rien. Le Bayern est leader avec quatre points d'avance sur son dauphin, Leipzig, et donc six sur le Borussia, troisième.

Lire aussi : Robben raconté par les victimes de ses crochets

23e journée, Wolfsburg 1-2 Bayern
Et de dix. En déplacement à Wolfsburg, 13e au coup d'envoi, le Bayern signe son dixième succès consécutif en Championnat (le 13e toutes compétitions confondues). Très vite menés au score suite à un but de Didavi pour les locaux, les Munichois réagissent après l'heure de jeu. Wagner égalise d'abord de la tête sur un très bon centre de Robben (64e). Puis Lewandowski arrache la victoire, sur penalty, dans le temps additionnel. Ce Bayern est intouchable. Au soir de cette 23e journée, il compte 19 points d'avance sur son dauphin, Dortmund. Le titre est déjà dans la poche...

Le joueur : Robert Lewandowski

S'il n'atteindra certainement pas son total de buts des deux dernières saisons (30), l'attaquant polonais n'en a pas moins dépassé la barre des vingt réalisations (26 exactement) pour la sixième fois en sept ans. Auteur d'un doublé face au Werder, le 21 janvier (4-2), il est devenu ce jour-là le meilleur buteur étranger de l'histoire du club en Bundesliga, battant au passage le record de Robben (94). Il affiche à ce jour 103 réalisations en 122 matches de Championnat, et 145 en 186 rencontres toutes compétitions confondues, ce qui fait également de lui le meilleur artificier étranger du Bayern, devant les 139 buts de Giovane Elber (en 266 rencontres). Tout simplement monstrueux...

La déception : Juan Bernat

Le latéral espagnol a forcément souffert du niveau de jeu de David Alaba, mais aussi du fait que l'Autrichien a été plutôt épargné par les blessures, contrairement aux années précédentes. Toujours est-il que l'ancien joueur de Valence, recruté à l'été 2014 pour dix millions d'euros, a totalement disparu de la circulation cette saison, surtout depuis la nomination de Jupp Heynckes. S'il n'a joué que huit matches de Championnat en tout et pour tout, c'est aussi parce qu'il n'a pas su hisser son niveau de jeu pour venir titiller Alaba. Sous contrat avec le Bayern jusqu'en 2019, le gaucher de 25 ans pourrait bien aller voir ailleurs cet été.

L'entraîneur

Éliminé en quarts de finale de la C1 et en demi-finales de la Coupe d'Allemagne, le Bayern d'Ancelotti avait dû se contenter du titre de champion en 2016-17. Des résultats qui n'ont pas franchement ravi les dirigeants bavarois, déçus également par le jeu proposé. Le début de saison mitigé des siens en Championnat et la claque reçue à Paris en C1 ont finalement eu raison du coach italien dès le mois de septembre. A 72 ans, Jupp Heynckes a alors accepté de sortir de sa retraite pour reprendre l'équipe en main. Et l'effet a été immédiat. Une victoire 5-0 pour commencer (face à Fribourg), qui annonçait une série de neuf succès consécutifs, toutes compétitions confondues. Son bilan total à l'heure actuelle ? 32 matches TCC pour 29 victoires, 1 nul et 2 revers. 87 buts inscrits, 19 encaissés. En Bundesliga, les résultats sont les mêmes : 22 rencontres, 19 victoires, 1 nul, 2 revers. 60 buts pour, 14 contre. Un jeu retrouvé, des résultats qui suivent, le Bayern, champion et toujours en course en Ligue des champions et en Coupe d'Allemagne, est redevenu le Bayern.

Quels changements cet été ?

A priori, Jupp Heynckes, revenu rendre «un service d'ami» en septembre dernier, devrait retrouver le calme de la retraite. Il va donc falloir lui trouver un successeur. Si la piste menant à Tuchel s'est récemment refroidie, le nom de l'ancien coach de Dortmund circulant en Angleterre et en France, celle menant à Lucien Favre (Nice) se serait réchauffée. Le nom de Mauricio Pochettino circule également. Tous deux précieux dans le redressement du club opéré par Heynckes, Arjen Robben (34 ans) et Franck Ribéry (bientôt 35) seront en fin de contrat en juin. A moins que le nouveau coach ne veuille pas d'eux, ils pourraient rempiler. Devant, la grande interrogation concerne Robert Lewandowski. Sous contrat jusqu'en 2021, le buteur de 29 ans est annoncé avec insistance du côté du Real Madrid. AS assure même qu'un accord aurait déjà été trouvé entre le joueur et le club espagnol. En cas de départ, il faudra forcément le remplacer par une pointure. Timo Werner, l'attaquant de 22 ans de Leipzig et de la Nationalmannschaft, serait une piste sérieuse. Harry Kane (Tottenham) est également suivi de près, même si son transfert coûterait très cher. L'éventuelle arrivée de Pochettino serait toutefois un argument de poids pour le club bavarois. Le reste de l'effectif, hormis peut-être Vidal, annoncé sur le départ un peu tous les ans, ne devrait pas être trop chamboulé.
Bruno Rodrigues
Réagissez à cet article
500 caractères max