LA BLAGUE DU JOUR (4/5)

Cazarre : «Le PSG ? Je tuerais père et mère pour ce club»

L'humoriste foot de Canal+ et RMC s'est fait un nom dans le milieu grâce à un humour vachard. Tout au long de la semaine, Julien Cazarre dézingue à tout va sur francefootball.fr. Le thème du jour : le Paris-SG.

«Je suis abonné depuis 1991. J’ai juste fait une pause de six ans à cause d’une meuf. La pire décision de ma vie. Je suis un aficionado débile. Je tuerais père et mère pour ce club. J’avais même appelé mon chien ‘‘Valdo’’. Pourtant, j’ai passé des soirées dégueulasses là-bas. Un jour, on perd 1-0 contre Guingamp. Letizi était rentré dans le but avec le ballon. Ce moment de solitude… Même quand on gagne le titre en 94, on se fait chier. Il n’y avait que des 1-0. Le jour du sacre, il y a 35 000 personnes dans le stade. Il en manquait donc 10 000. Pour te dire à quel point c’était l’éclate… Aujourd’hui, je suis content d’avoir les Qataris. Je les préfère largement aux Américains. Eux, ils s’en foutaient. Ils faisaient crever le club. C’était un fond de pension. Si tu connais un peu l’économie, c’est quand même ça qui plombe toute l’économie mondiale. Le côté méchant arabe riche, et gentil américain, je ne capte pas trop… L’époque Colony Capital, c’est de la merde.
«Quand on te casse les couilles avec des mecs du centre comme Coman qui se barre dès qu'il peut, ou Rabiot qui s'en tape complètement, ça me fait marrer.»
On peut ne pas aimer les Qataris, mais ils font tout pour que le PSG soit un bon club. Et aujourd’hui, il y a peut-être moins de spectacle dans les tribunes, mais il y en a sur le terrain. On a Zlatan, David Luiz, Verratti. Lui, il est extraordinaire. Il peut devenir une idole du Parc. Il transpire l’appartenance au club. Quand on te casse les couilles avec des mecs du centre comme Coman qui se barre dès qu’il peut, ou Rabiot qui s’en tape complètement, ça me fait marrer. Les grandes stars, ce sont les mecs qui restent au club. En général quand t’es nul, ton fantasme c’est d’avoir des jeunes du centre de formation. Les Lyonnais ils ont kiffé qui ? Coupet, Anderson, Juninho. Le seul que je n’aime pas, c’est Van der Wiel. Il a le profil typique de l’escroc. Il se planque, fait des passes en retrait. Il n’est même pas titulaire aux Pays-Bas, alors que c’est une équipe pourrie.

«Le Vélodrome, je n'y vais plus»

Le peu de fois où je suis allé au Vélodrome, Marseille a toujours gagné. Donc, je n’y vais plus. Même dans des périodes de merde, ils ont gagné. Un jour je décide d'accompagner un pote à Milan pour un match contre l’Inter. Je me dis que ça ne va pas marcher. Ils gagnent 1-0 ! L’année de Drogba, je fais huit déplacements pour faire plaisir à des amis, ils gagnent huit fois. Les seules victoires de l’année à l'extérieur, en plus ! C'était ouf. J'avais été invité pour leur match contre Dortmund en Ligue des champions, récemment. J'arrive, je dis : "Vous pouvez être tranquilles, je suis là, vous allez gagner 3-0." Ils gagnent 3-0. Un truc de dingue... Du coup, terminé. je n'y vais plus. Fi-ni. Même si Di Meco essaye de me faire venir. C'est niet. Il me propose pourtant la suite à l'hôtel Pullman, la place en loge, mais je dis non. Quand je suis gamin, mon idole absolue, c'était Maradona. S'il avait signé à Marseille, comme on en parlait à un moment, ça aurait été le drame pour moi...»
Olivier Bossard
Réagissez à cet article
500 caractères max