Sylvain Ripoll (S. Mantey/L'Equipe)
Espoirs

Équipe de France Espoirs : Sylvain Ripoll, premier débrief

Nommé il y a tout juste un mois à la tête des Espoirs, Sylvain Ripoll a débuté son mandat par deux succès amicaux, en Albanie (3-0) puis face au Cameroun (3-1). L'ancien coach lorientais en a surtout profité pour poser les bases de son projet.

Deuxième match, premier coaching gagnant. À peine intronisé aux commandes de l'équipe de France Espoirs, Sylvain Ripoll a posé son empreinte sur le scénario du match contre le Cameroun, jeudi à Créteil (3-1). Menés 1-0, les Bleuets ont solidement inversé la tendance grâce à deux changements tactiques : le replacement de Maxime Lopez en vrai meneur de jeu, libre et influent, et l'entrée en jeu sur les ailes de Yann Karamoh et Jonathan Bamba, tous les deux buteurs. «J'ai vite senti en première période qu'on n'était pas dans le bon tempo, avec un manque de mobilité et de fluidité qui faisait qu'on n'arrivait ni à trouver les décalages, ni à récupérer correctement le ballon, a sobrement expliqué le nouveau sélectionneur après la partie. Il fallait donc passer la vitesse supérieure. La seconde période ressemblait donc plus à ce qu'on doit proposer.»
«J'ai senti des joueurs qui avaient envie de se mettre au service des autres»
Plus que d'avoir réussi à changer le visage de son équipe, Ripoll est surtout satisfait de débuter son mandat par deux succès, mais aussi d'avoir pu poser les premières pierres de son projet : «Il y avait des choses à créer, à mettre en place. On sait que ça demande à être travaillé, peaufiné pour avoir un collectif fort. Mais dans les intentions, j'ai senti des joueurs qui avaient envie de se mettre au service des autres et de faire des efforts. On a passé dix jours ensemble, on ne se connaissait pas donc ce rassemblement était important. C'était une prise de contacts, maintenant les joueurs connaissent mes attentes.»

Beaucoup y ont répondu avant de partir, dès jeudi soir, profiter de quelques semaines de vacances. Blessé depuis la mi-avril avec le Celtic, le très courtisé Moussa Dembélé aurait pu privilégier un repos bien mérité après une saison de haute volée, mais il a tenu à faire partie de la construction du "projet Ripoll". «Il sortait de cinq-six semaines d'inactivité, mais il avait la volonté d'être avec nous pour ce rassemblement. C'est quelque chose de positif, même s'il a fallu gérer ses entraînements et son temps de jeu. C'est un signe intéressant, très positif.» «Je tenais à venir pour apprendre à connaître mes coéquipiers, précise l'intéressé, entré en jeu à deux reprises en fin de match. C'était positif pour moi. On a créé des liens, mais aussi quelques automatismes. Je suis impliqué, forcément, et c'est normal. J'ai envie de bien faire avec cette sélection. C'est l'antichambre des A...»

Pas de vacances pour le petit nouveau

S'il pourrait à terme voir quelques cadres comme Dembélé grimper à l'étage supérieur, Sylvain Ripoll est heureux de pouvoir compter sur «un réservoir important» pour tenter de se qualifier pour l'Euro Espoirs 2019. En septembre, «les choses sérieuses débuteront», avec les éliminatoires (contre le Kazakhstan, le Monténégro, le Luxembourg, la Bulgarie et la Slovénie). En attendant, pendant que ses nouveaux poulains seront sous les cocotiers, l'ancien entraîneur de Lorient va bosser. «Je vais continuer mon intégration, je dois encore rencontrer beaucoup de gens, mais aussi débriefer ce premier rassemblement. J'ai été nommé tardivement (le 11 mai dernier, ndlr), donc j'ai beaucoup de choses à faire et je vais m'y coller. C'est différent de le vie du club mais c'est très intéressant !»
Cédric Chapuis, à Créteil
Réagissez à cet article
500 caractères max