A lire dans FF - L'entretien

Laurent Koscielny : «J'ai atteint une forme de plénitude»

Discret dans la vie, le défenseur central des Gunners semble, à trente ans, avoir atteint la maturité sur le terrain. Devenu titulaire en équipe de France, celui qui tutoie François Hollande espère bien que 2016 sera l'année de tous les succès avec Arsenal et les Bleus.

Sa relation avec François Hollande

«On se connaît depuis un petit moment. François Hollande est comme moi, de Tulle. J’ai surtout sympathisé avec lui lors d’un tournoi de jeunes dont j’étais le parrain en 2011. C’est là qu’on s’est un peu rapproché. Il s’était essayé à tirer des penalties dans un but gonflable. C’était sympa. Il était décontracté. On s’est tutoyé. Je lui ai offert un de mes premiers maillots à Arsenal. Mais il n’était pas encore Président…»

Ses ambitions à l'Euro 2016

«Cet Euro fait très envie. Notre groupe, avec la Roumanie, l’Albanie et la Suisse, est abordable. Après, les matches, il faut les gagner ! Le premier objectif est déjà de finir premier du groupe. Après, ce sera d’aller le plus loin possible. Ce serait formidable d’atteindre au moins la finale puis de gagner à domicile. Les précédentes équipes de France l’ont fait en 1984 et 1998. Alors, jamais deux sans trois  »

Le déclic à Lorient

«A Lorient, j'ai effectué le choix du jeu, le projet de Christian (Gourcuff). J'ai bien fait. J'ai eu le déclic avec lui»
«Quand j’étais à Tours, j’avais Lorient et Sochaux qui me voulaient en L1. Sochaux me proposait plus ainsi qu’au Tours FC en indemnités de transfert. Mais j’ai effectué le choix du jeu, le projet de Christian (Gourcuff). J’ai bien fait. J’ai eu le déclic avec lui. J’ai vu le foot autrement à Lorient et, quelque part, ça m’a permis de rattraper un peu le temps perdu. Ma saison au FC Lorient m’a permis de passer un gros palier.»

Capitaine des Gunners

«C’est plus une fierté. Mais cet honneur ne me met pas de pression supplémentaire ou particulière. Je suis plus dans l’idée que chaque joueur à un rôle important dans une équipe et qu’il doit l’exprimer. Ce brassard restera toutefois quelque chose d’important dans ma carrière. Avant moi, il y a eu des légendes comme Tony Adams ou Thierry Henry. Ce n’est pas rien !»

Sa saison actuelle

«J'ai atteint une forme de plénitude à trente ans. Je sens que je dégage plus de sérénité»
«Je pense vivre ma meilleure saison à Arsenal. Mais j’espère que ce n’est pas fini ! J’ai atteint une forme de plénitude à trente ans. Je sens que je dégage plus de sérénité sur le terrain. Je gère mieux mes situations. J’ai franchi un cap par rapport à mes cinq premières années à Arsenal. Chaque saison ici, j’ai d’ailleurs passé une étape. J’ai grandi progressivement pour arriver où je suis.»

L'évolution de son jeu

«J’essaye de toujours tirer du positif de mes erreurs. Là, j’ai encore gagné en réflexion. J’ai aussi fait évoluer mon jeu. Avant, je jouais beaucoup plus sur l’anticipation, avec la volonté de passer devant l’attaquant, de couper les passes adverses. Ca me plaçait plus dans des situations dangereuses. Maintenant, j’attends davantage. Je suis plus dans une position de sécurité, plus dans l’interception que dans l’anticipation. Je décode mieux les situations mais avec toujours cette volonté de ressortir les ballons proprement et de soigner ma relance.»

Le making-of de l'entretien

Lieu : Restaurant Côte Brasserie à Londres, quartier de Hampstead
 
Durée : 2 heures
 
Boissons consommées : Cafés et eau.
 
Tenue : Jean et pull en laine
 
Niveau de connivence : 7/10. Déjà rencontré plusieurs fois avec l’équipe de France
 
Note de disponibilité : 10/10. Ponctuel au rendez-vous.

François Verdenet
Réagissez à cet article
500 caractères max