Espagne - Coupe

Le Rayo Vallecano tient tête à l'Atlético (1-1) en Coupe du Roi

L'Atlético a été tenu en échec par le Rayo Vallecano (1-1), à Vallecas, en huitièmes de finale aller de Coupe du Roi ce mercredi.

Le match : 0-0

L’Atlético de Madrid n’a pas les remplaçants les plus prolifiques d’Espagne pour rien. Comme la semaine dernière en Liga, les Colchoneros ont galéré à Vallecas, face au Rayo Vallecano. Et comme le 30 décembre dernier, ils ont réussi à faire la différence grâce à leurs entrants. En Liga, Thomas avait servi Correa pour l’ouverture du score à la 87e minute (2-0 au final). Ce mercredi, c’est Vietto qui a parfaitement trouvé Saul pour l’égalisation.
 
Jusque-là, le leader du Championnat n’avait pas montré grand-chose et s’était incliné sur une frappe de Nacho Martinez de l’extérieur de la surface (35e), à la suite d’une action où le Rayo aurait dû bénéficier d’un penalty pour une main de Siqueira. Les joueurs de Diego Simeone ont enfin dominé dans le dernier quart d’heure, mais Carlos s’est interposé devant Carrasco, juste après une reprise au-dessus de Vietto. Les Colchoneros devront finir le boulot jeudi prochain à Calderon, avec cette fois sans doute leur équipe-type (voir ci-dessous).

Le chiffre : 19

Cela fait maintenant dix-neuf matches que Fernando Torres n’a plus trouvé le chemin des filets. Son dernier but remonte au 19 septembre contre Eibar (2-0). Ce mercredi, il a eu beaucoup de mal à s’imposer face à la charnière centrale du Rayo et n’a pas cadré sa tête sur un centre de Carrasco (21e). Il a aussi reçu un avertissement pour un coup de coude sur Llorente (30e). Peut-être était-il énervé après avoir été chambré par le public : sur une course en arrière, il s’est retrouvé sur les fesses, provoquant l’hilarité du stade de Vallecas… 

Le fait : Simeone avait fait tourner

Parce que c’était la Coupe et qu’il ne s’agissait que du match aller, Diego Simeone avait laissé au repos une bonne partie de ses cadres. Griezmann, Filipe Luis, Koke et Godin étaient absents. L’entraîneur argentin a aligné un inhabituel 4-2-3-1, avec Thomas en soutien de Torres, et Carrasco et l’autre Torres, Oliver de son prénom, sur les ailes. Derrière eux, l’entraîneur a lancé sa paire de recrues argentines. Une paire composée de Kranevitter, tout juste arrivé en provenance de River Plate et qui avait disputé la finale du Mondial des clubs contre le Barça, et de l’ancien Stéphanois Augusto Fernandez. Ce dernier est arrivé du Celta Vigo pour pallier l’absence longue durée de Tiago.
Réagissez à cet article
500 caractères max