2392017  Girona FC vs FC Barcelona      photo: Miguel Garc'a Cordon Press *** Local Caption *** (L'Equipe)
Espagne - 29e journée

Liga, 29e journée : À la découverte de Gérone, l'autre bastion catalan

Soutenu par la famille Guardiola et séduisant en Liga, le club de Gérone veut devenir le «deuxième club de Catalogne». Et n'hésite pas à revendiquer haut et fort son identité, jusqu'à la mettre en concurrence avec son voisin du FC Barcelone.

Il était difficile de faire plus symbolique. Le 29 octobre dernier, le club promu Gérone reçoit le Real Madrid. Un match très attendu dans un contexte de crise politique et institutionnelle très important. Après la déclaration d'indépendance catalane, l'Espagne avait les yeux rivés sur la rencontre entre l'équipe du dirigeant indépendantiste Carles Puigdemont et l'équipe favorite du président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy. A la surprise générale, Gérone s'impose contre l'équipe de Zidane (2-1). «C'était un match époustouflant. Cette victoire a d'ailleurs permis de faire prendre conscience au monde du football qu'il fallait prendre Gérone au sérieux», se réjouit Greg Caffort, l'administrateur du compte twitter en français dédié au club. Un succès historique au stade de Montilivi (13500 places) dans la première confrontation de l'histoire entre Gérone et le Real Madrid. L'autre bastion catalan pouvait exulter.

Lire aussi : Espanyol Barcelone, l'apolitisme comme façade

«Devenir le deuxième club de Catalogne»

«A Gérone, il y a un sentiment d'appartenance à la Catalogne. Les statistiques indiquent que ses habitants votent majoritairement pro-indépendantistes», explique Jordi Bofill, un journaliste pour le journal catalan Ara. La ville de 100 000 habitants est considérée comme le cœur de la Catalogne indépendantiste comme peuvent en témoigner les balcons fleuris de drapeaux catalans. «De son côté, le club ne se positionne pas vraiment mais il défend la liberté d'expression et il a rejoint les diverses grèves en automne dernier», ajoute Jordi Bofill. Comme son voisin barcelonais, le Gérone FC avait rejoint la grève générale en Catalogne le 3 octobre dernier. Carles Puigdemont est d'ailleurs membre d'honneur du club promu en Liga.
«Nous sommes encore plus catalans qu'à Barcelone. C'est une petite ville et on parle tous catalan alors qu'à Barcelone il y a plus de mélange culturel»
Evidemment, la Catalogne est surtout associée à Barcelone chez les amateurs de football. «Nous sommes encore plus catalans qu'à Barcelone. C'est une petite ville et on parle tous catalan alors qu'à Barcelone il y a plus de mélange culturel», assure Ivan Quirós, un socio du club de Gérone. Cependant, beaucoup de supporters des Blanquivermells étaient (ou sont encore) derrière le Barça. L'émergence du club promu dans le monde professionnel et en Liga lui permet de fidéliser son public et de gagner en popularité. «En début de saison, certains médias se trompaient en rebaptisant le club Gijon. Mais l'objectif aujourd'hui est de pérenniser le club dans l'élite et de devenir le deuxième club de Catalogne», précise Greg Caffort.

L'influence de la famille Guardiola

Une ambition affirmée par le club qui est marqué par l'influence de la famille Guardiola. Après la promotion en juin dernier, les parts du club sont rachetés. D'un côté par le Girona Football Group, une entreprise dirigée par Pere Guardiola, le frère de Pep. «Pere est plus ou moins celui qui dirige le club à tous les niveaux», détaille Ivan Quirós. De l'autre, par le City Football Group, la maison mère du club de Manchester City, entraîné par un certain Pep Guardiola. L'attachement de ce dernier à la Catalogne est bien connu, à travers ses différents discours et ses passages marquants au FC Barcelone en tant que joueur puis entraîneur. «Pep aime beaucoup la ville de Gérone et a permis le prêt de beaucoup de joueurs (ndlr : Pablo Maffeo, Aleix, Garcia, Douglas Luiz). Il accueille d'ailleurs le club sur les installations de City en pré-saison depuis deux ans. Je pense qu'il aime vraiment ce club et certains pensent même que l'arrivée de City (au sein du club de Gérone) était une de ses demandes à son arrivée», déclare Greg Caffort.
Reste à savoir si cette succursale du club mancunien (la première en Europe) a des ambitions plus importantes sur le long terme. En Liga, Gérone est la belle surprise de la saison et occupe actuellement la septième place au classement (43 points), à seulement deux longueurs du FC Séville (5e, 45 points). Arrivé en 2014, l'entraîneur Pablo Machin a conduit le club dans l'élite et lui a offert une stabilité rêvée. «Aujourd'hui, tout le monde est unanime sur la qualité de jeu et Machin a intégré un esprit d'équipe très poussé au club», développe Greg Caffort. Le déplacement à Madrid présente un bonus et une nouvelle opportunité pour le club de se montrer. «Il y a l'espoir de continuer dans cette bonne dynamique au Bernabeu et d'augmenter les chances d'atteindre l'Europe», conclut Jordi Bofill. Et de confirmer ce nouveau statut du deuxième club de Catalogne.
Clément Gavard
Réagissez à cet article
500 caractères max