dante mbappe lottin (kylian) le marchand (maxime) mendy (nampalys) (A.Mounic/L'Equipe)
Ligue 1 - 30e journée

Ligue 1 : Nice-PSG dimanche à 13 heures, le pourquoi du comment

La rencontre entre Nice et le PSG se jouera à 13 heures dimanche, un horaire inhabituel. Vincent Chaudel, expert sport chez Wavestone, nous explique pourquoi.

Pourquoi un tel horaire ?

«Il s'agit de toucher le public chinois d'où un coup d'envoi avancé en raison du décalage horaire. D'autres championnats ont commencé bien avant la Ligue 1. La Premier League a été pionnière, l'Espagne, l'Italie, tous ont suivi. La Ligue qui souhaite développer les droits de diffusion du Championnat à l'international devait suivre, d'autant que la LFP et la FFF ont ouvert récemment un bureau en Chine. Montrer le produit Ligue 1, le faire connaître est essentiel si on veut le commercialiser. Le prochain Trophée des champions se disputera ainsi en Chine.»

Pourquoi vouloir toucher la Chine ?

«Le pays s'est ouvert au football ces dernières années. On l'a vu investir pour recruter des joueurs de renom et développer leur Championnat. Des investisseurs sont venus un peu partout en Europe, en France notamment à Sochaux, Auxerre, Lyon, Nice justement... L'intérêt est manifeste. Les clubs français travaillent de leur côté pour toucher ce nouveau marché. On a vu le PSG et l'OM fêter le Nouvel an chinois, enregistrer des messages en chinois etc. Le marché chinois est tel que la moindre part de marché, aussi petite soit-elle, représente une belle somme !»

Pourquoi le choix de Nice-PSG ?

«Pour la Ligue, il s'agit d'un premier test. Aujourd'hui, le seul club ayant une renommée suffisamment grande à l'international est le PSG, donc la LFP ne pouvait se passer de Paris. Il fallait aussi un match revêtant un véritable intérêt sportif. Nice a terminé troisième la saison dernière, est toujours en course pour une place européenne. Nice a aussi l'avantage d'avoir des investisseurs chinois et surtout de posséder dans ses rangs un Mario Balotelli très présent sur les réseaux sociaux à travers le monde.»

Pourquoi ne pas avoir mené l'expérience avec un PSG-OM ?

«Cela viendra peut-être, sans doute, mais c'est trop tôt. Il s'agit d'un test, d'un teaser. Or PSG-OM est le match en prime time le plus important pour les diffuseurs français. Les priver de l'affiche pour mener une expérience est risquée. Il fallait une affiche suffisamment alléchante pour le marché chinois, mais qui ne pénalise pas les diffuseurs domestiques. On peut imaginer qu'il y aura deux à trois expériences de ce type par saison à l'avenir : le PSG face à un challenger, une équipe dans une bonne dynamique à ce moment, Nice aujourd'hui, demain peut-être Saint-Etienne ou Nantes. Les très grosses affiches ne viendront qu'après.»

Il s'agit donc d'une première étape ?

«Il y a beaucoup à faire pour la Ligue mais aussi pour les clubs. Il est intéressant de voir comment ils vont s'y prendre pour investir les réseaux sociaux chinois qui sont la porte d'entrée aux médias traditionnels. Le PSG, après avoir été très actif pour développer les réseaux tels que Twitter, Facebook etc, travaille comme tous les grands d'Europe pour faire sa place sur ces réseaux qui touchent le pays. Il y a beaucoup à faire et beaucoup à gagner.»
Réagissez à cet article
500 caractères max