tacalfred (mickael) *** Local Caption *** 05/10/2015 Paris Pavillon Gabriel Equipes de France de SKI Photo: Alain MOUNIC (DESPREZ BERTRAND/L'Equipe)
Ligue 2

Ligue 2, 1ère journée : Mickäel Tacalfred (ex-Reims), «À Auxerre, on sent qu'il y a une histoire»

Blessé à une cuisse, le nouveau défenseur de l'AJ Auxerre ne pourra pas être de la partie pour la reprise de la Ligue 2 ce week-end. Néanmoins, Mickaël Tacalfred, 35 ans, savoure son nouveau challenge, même si sa fin d'aventure avec Reims le laisse circonspect.

«Mickaël, après huit ans au Stade de Reims, dont quatre en Ligue 1 où vous avez été très souvent capitaine, vous n'avez pas été prolongé. Est-ce une décision qui vous reste en travers de la gorge ?
Je ne l'ai pas encore digéré. Il va falloir encore un peu de temps. J'ai encore des attaches là-bas, j'y retourne encore donc j'y pense forcément. C'est surtout par rapport à la manière dont ça s'est passé. Ça me laisse beaucoup de regrets et un goût amer. J'ai toujours demandé ce que les dirigeants comptaient faire, mais ils n'ont jamais été clairs. Quelque part, ils n'ont pas été honnêtes.
«Ça faisait huit ans que j'étais là, je ne suis pas un gamin de vingt ans, on se connaissait assez, on avait assez partagé de moments ensemble pour que les choses se finissent bien».
Avez-vous pu vous entretenir avec Michel Der Zakarian, le nouvel entraîneur rémois, avant de partir ?
Du tout. Si je l'avais eu au téléphone pour discuter avec lui, ok, mais ça n'a pas été le cas. Le club avait déjà tout décidé. Quand tu vois que le président dit dans la presse que si on s'était maintenu en Ligue 1, le club n'aurait pas conservé les fins de contrat alors qu'ils ne l'ont jamais dit clairement... Et ce, alors que j'ai eu des rendez-vous avec le président (Jean-Pierre Caillot) en mars dernier pour lui demander ce qu'il en était, qu'on se maintienne ou non. À ce moment-là, j'aurais voulu savoir. Devant les joueurs, il n'a rien dit. Je suis donc très déçu. Et je ne suis pas le seul. Quand on voit le cas de Kossi Agassa (invité à s'entraîner avec l'équipe réserve en attendant de résilier), de Johny Placide (avec qui le club s'est séparé à l'amiable), de Mohamed Fofana, Franck Signorino (ces deux derniers étaient en fin de contrat et n'ont pas été prolongés)... Les choses auraient pu mieux se passer. Ça faisait huit ans que j'étais là, je ne suis pas un gamin de vingt ans, on se connaissait assez, on avait assez partagé de moments ensemble pour que les choses se finissent bien.

Il a donc fallu se faire une raison et chercher un nouveau club. À 35 ans, avez-vous craint de ne pas trouver chaussure à votre pied ?
Des fois, on s'inquiète un peu. Mais j'ai toujours gardé espoir. Honnêtement, si je n'avais pas trouvé de club, ç'aurait été grave. Il a fallu être patient. On s'aperçoit que ça prend de plus en plus de temps avant de trouver. J'avais failli signer à Niort très tôt, cela ne s'est finalement pas fait. Mais je suis très content d'avoir signé à Auxerre. J'ai été contacté directement par le coach (Viorel Moldovan), et ça, j'apprécie beaucoup. Il m'a montré sa volonté de me recruter. Ça donne confiance et envie de vouloir faire un bout de chemin avec eux. Il était à la recherche d'un joueur d'expérience, droitier, évoluant en défense centrale. Il s'est renseigné et a aimé mon profil. Il avait également besoin de joueurs d'expérience pour accompagner ce groupe jeune (23 ans de moyenne d'âge). J'aurai un rôle par rapport à ça. Du temps de jeu ? On n'en a pas parlé, mais il comptait sur moi surtout pour jouer...

«Je viens dans un club qui a confiance en moi»

Seize ans après vos débuts en pro au Red Star, est-il facile de se motiver à revenir en Ligue 2 et se battre pour un maintien voire une montée ?
En tout cas, je suis toujours prêt à me battre pour ça. J'ai toujours cette volonté, cette envie. C'est pour ça que j'ai voulu continuer. J'ai les jambes, j'ai la tête, tant que j'ai tout ça qui est réuni, je ne vois pas pourquoi je m'arrêterais. Bien au contraire. J'ai aussi en tête la saison que je viens de passer à Reims (NDLR : seulement quinze apparitions en Ligue 1). Je n'avais pas envie de finir comme ça. À Reims, on m'a mis beaucoup de bâtons dans les roues malheureusement. Le jour où j'arrêterai ma carrière, j'espère que ce sera sur une belle note. Aujourd'hui, je viens dans un club qui a confiance en moi, c'est ce que je recherchais.

Il faudra toutefois patienter encore quelques semaines avant de vous voir sur les pelouses de Ligue 2...
Je me suis blessé en sélection, avec la Guadeloupe, en fin de saison. J'en avais pour six ou sept semaines, puis j'ai rechuté après avoir senti une petite gêne sur un appui quelques jours après avoir signé à Auxerre. Ça me pénalise un peu, ça arrive un peu mal. J'ai été très rarement blessé pendant ma carrière, aujourd'hui, je connais peut-être la plus longue blessure de ma carrière. À moi de bien me soigner pour revenir au plus vite et en pleine forme. La saison sera longue !

«On veut se maintenir, et tenter de retrouver la Ligue 1»

Avez-vous coché une date pour votre retour à la compétition ?
Non, on verra avec le doc'. Mais ça pourrait être bon d'ici deux à trois semaines. Si tout se passe bien, ce sera pour la mi-août.

Et avez-vous coché la date de votre retour au stade Delaune, à Reims ?
Non plus. Je n'ai pas regardé le calendrier, mais des amis m'ont dit que c'était pour la fin septembre (NDLR : le 30 septembre). Chaque chose en son temps, je me concentre sur ma blessure pour le moment.

Quel est l'objectif de l'AJ Auxerre cette saison ?
Se maintenir, et bien évidemment tenter de retrouver la Ligue 1. Ça va être compliqué au sein d'un Championnat difficile. Pas mal de clubs souhaitent jouer la montée. On essaiera de tout faire pour y arriver. J'arrive dans un club qui m'a l'air sain, avec certaines valeurs. Les jeunes sont à l'écoute, travailleurs. De plus, on sent qu'il y a une histoire. Je sais que je n'arrive pas dans n'importe quel club.»
Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
CoeurRougeetBlanc 29 juil. à 17:57

Les supporters ne t'oublieront pas Tacal. Tu vas nous manquer. On te souhaite vraiment bonne chance à l'AJA.