Football Soccer - Paris St Germain v Barcelona - UEFA Champions League Round of 16 First Leg - Parc Des Princes, Paris, France - 14/2/17 Paris Saint-Germain's Angel Di Maria celebrates scoring their first goal Reuters / Christian Hartmann Livepic (Reuters)
Ligue des Champions - 8es

Ligue des champions : Angel Di Maria (PSG) méritait bien d'être titulaire face à Barcelone (4-0)

Décisif avec deux buts à la clé, Angel Di Maria a justifié sa titularisation face à Barcelone, en huitième de finale aller de la Ligue des champions. Vu la saison moyenne du joueur du PSG, elle n'avait rien d'évident.

Et dire que ses supporters n'en voulaient plus... La Chine ? Qu'il y aille, et vite, disaient-ils. Soyons francs : ils n'étaient pas les seuls. Beaucoup d'observateurs étaient frustrés par son début de saison. Et puis, mardi soir, face à Barcelone (4-0), Angel Di Maria a fait taire les critiques. L'Argentin a mis deux buts, a été le meilleur Parisien, et a envoyé son équipe vers des probables quarts de finale de Ligue des champions. Au diapason de son collectif, l'ancien joueur du Real Madrid a livré une prestation pleine, tant offensivement que défensivement. Déterminé dès l'entame, Di Maria a livré un pressing haut et sans relâche. Avec Edinson Cavani, «El Fideo» a été le premier défenseur de son équipe. Une fois le ballon récupéré, par lui ou par un coéquipier, l'ancien Madrilène tentait d'accélérer le jeu dès que possible. Par ses dribbles, sa vitesse, mais aussi par son sens de la passe. A la 6e minute, par exemple, l'ex-Mancunien a été l'auteur d'une ouverture exquise pour Cavani, qui a failli ouvrir le score.

Plus complet que Lucas

Et justement, c'est pour ce genre d'actions que Di Maria a été préféré à Lucas au coup d'envoi. Au contraire du Brésilien, l'Argentin offre plus de diversité technique. Avec lui, le Paris Saint-Germain perd, sans doute, un peu en percussion. Mais à côté, il dispose d'une qualité de centre appréciable à un tel niveau. Simple et juste, Di Maria a largement justifié sa titularisation en C1. D'abord sur un coup franc direct, pour l'ouverture du score (18e). Ensuite, en contre-attaque, et à la suite d'un déboulé détonnant de Layvin Kurzawa (3-0, 55e). Sur cette action, l'attaquant a feinté, s'est décalé de quelques pas, a jeté un coup d'oeil vers le but, avant d'enrouler sa frappe, d'un plat du pied gauche. Superbe, à tous les niveaux. Mardi soir, Di Maria a confirmé sa forme du moment. Car si son match réussi est un événement à l'échelle de sa saison moyenne, il l'est un peu moins à l'aune de ses dernières semaines. En 2017, l'Argentin est progressivement redevenu le joueur décisif qu'il avait été la saison passée. Vendredi dernier, face à Bordeaux, et avant le match face à Barcelone, il avait même réalisé sa meilleure rencontre de la saison 2016-17, avec un but et une passe décisive à la clé (0-3).

Di Maria a bénéficié d'une saine émulation

Le timing de ce récent regain de forme n'est pas anodin. Il correspond à l'arrivée de Julian Draxler et, dans une moindre mesure, à celle de Gonçalo Guedes. Deux recrues offensives, et autant de concurrents directs. Malgré eux, ces joueurs ont stimulé Di Maria. Dès ses débuts au club, Draxler a ébloui par sa fraîcheur, sa justesse et son efficacité. Au point de piquer la place de l'Argentin dans le onze de départ. Depuis son arrivée, l'ancien élément de Wolfsburg a débuté cinq matches de Ligue 1 sur six possibles. Di Maria, lui, seulement deux. Acculé, ce dernier n'avait d'autre choix que de se surpasser, à l'entraînement, comme sur le terrain, sous peine de finir sur le banc. Face à Barcelone, l'ancien joueur du Benfica a bien fini par s'asseoir parmi les remplaçants. C'était à la 61e minute, après avoir été remplacé par Lucas, sous des acclamations bien méritées.
Nick Carvalho

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
RYO 16 févr. à 15:24

Ce n'est pas juste Di Maria qui a bien joué, c'est tout le PSG qui a montré un visage flamboyant!

djad16 16 févr. à 12:36

Le PSG méritait les trois points , mais 4 à 0 ?!! , Alors un exercice , j'aimerais bien savoir ou faudra t-il remonter dans le temps pour trouver une telle défaite du Barca ?

Shan.B 15 févr. à 13:09

UN DI MARIA TOUT SIMPLEMENT ÉNORME !