Soccer Football - Champions League - Basel vs Manchester City - St. Jakob-Park, Basel, Switzerland - February 13, 2018   Manchester City's Ilkay Gundogan celebrates scoring their fourth goal with Sergio Aguero               Action Images via Reuters/Andrew Boyers (L'Equipe)
Ligue des Champions - 8es

Ligue des champions, huitième de finale aller : large vainqueur sur la pelouse de Bâle (0-4), Manchester City a neuf orteils en quarts

Sans forcer son talent, Manchester City, intenable cette saison, est allé surclasser le FC Bâle en Suisse ce mardi en huitième de finale aller (0-4). La porte des quarts est grande ouverte.

Un match plié en moins de dix minutes

Avant le coup d'envoi d'une rencontre où Manchester City partait très largement favori, Pep Guardiola a fait le pari de titulariser Vincent Kompany pour son premier match de C1 depuis le 4 mai 2016. Mais autant le dire tout de suite, le Belge n'a pas eu beaucoup de boulot défensif à effectuer. Car les Citizens ont rapidement fait la différence, tuant le peu de suspense qui existait en moins de dix minutes. Sur un corner tiré par Kevin De Bruyne, c'est Gündogan qui coupait d'abord parfaitement de la tête au premier poteau pour tromper le portier bâlois (1-0, 14e). L'autre surprise dans le onze de Guardiola, Bernardo Silva, se chargeait lui de creuser l'écart quatre petites minutes plus tard, avec un enchaînement contrôle poitrine-frappe coup du pied qui venait se loger dans le petit filet opposé (2-0, 18e). Et comme City n'était toujours pas rassasié, Kun Agüero y allait de son but (3-0, 23e) en pivot à l'entrée de la surface. Le pauvre Vaclik était sonné debout dans ses cages. Et City pouvait déjà gérer son énorme avantage, alors qu'il restait encore 67 minutes à jouer...

Oberlin trop seul en attaque

Bien que dominés et sevrés de ballons pendant l'intégralité du match, les locaux ont eu quelques opportunités de tromper Ederson sur des phases rapides. Et notamment en début de rencontre. Ils ont d'ailleurs tout misé ou presque sur la vitesse et la percussion de leur attaquant de pointe, Dimitri Oberlin. Parti dans le dos de la défense de City à 0-0, ce dernier aurait même pu donner une autre tournure à la confrontation (8e). Mais sa tentative de lob sur le gardien brésilien, parti à l'abordage, fut totalement ratée. Et alors que Manchester n'avait toujours pas ouvert le score, l'arbitre aurait pu signaler un penalty pour les Suisses pour une faute d'Otamendi sur Oberlin (11e). M. Eriksson, l'arbitre de la rencontre, ne bronchait pas. Et même s'il y a plusieurs classes d'écart entre les deux équipes à l'arrivée, l'équipe de Wicky pourra regretter ce fait de jeu. Preuve en tout cas que Bâle ne pouvait s'en remettre ce soir qu'à son attaquant suisse, c'est encore lui qui signait la plus franche occasion des siens en deuxième période. Une frappe trop croisée (56e) qui fuyait la cadre d'un Ederson qui aura été très peu mis à contribution.

City a géré son effort

Largement devant avant la demi-heure de jeu, les hommes de Pep Guardiola ont subitement, mais très logiquement, baissé en intensité par la suite. Ils ont ainsi géré pendant près d'une heure leur effort. L'entraîneur espagnol a donc ainsi pu faire sortir Raheem Sterling puis Kevin De Bruyne à l'heure de jeu, pour reposer ses deux cadres. D'autant qu'avant ces changements, Manchester avait fait un nouveau pas vers la qualification grâce à Gündogan. Lorsque celui-ci s'offrait le doublé (4-0, 53e) d'une magnifique frappe du droit de l'extérieur de la surface, ce n'était que la sixième tentative des Skyblues. Pour quatre buts inscrits, soit une leçon de réalisme au Saint Jakob-Park. L'Allemand, homme du match, aurait pu s'offrir un très joli triplé, mais Vaclik s'interposait cette fois-ci (76e). Qu'à cela ne tienne, cette soirée a, comme annoncé, largement tourné à l'avantage des Anglais. Et à moins d'un véritable cataclysme à l'Etihad Stadium le 7 mars prochain, City s'est donc très franchement rapproché d'une qualification qui lui permet d'aborder l'avenir avec toujours plus de certitudes.
Hugo Girardot

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max