Coupe - 8es

Mandanda et Fletcher qualifient l'OM face à Trélissac

Une passe décisive puis un but de Steven Fletcher ont permis à l'OM d'écarter Trélissac (2-0), ce jeudi en huitièmes de finale de la Coupe de France. Mais les Olympiens ont aussi été sauvés par un grand Steve Mandanda en première période.

Merci Mandanda !

Déjà déterminant lors des 32es de finale à Caen, début janvier (0-0, 1 t.a.b. à 3), Steve Mandanda a encore dû sortir le grand jeu pour empêcher l'OM de subir une sérieuse déconvenue. Dès la 2e minute, le capitaine olympien est parfaitement sorti pour repousser une frappe de Cavaniol, avant de sauver à nouveau son équipe jute avant la pause face à Steven Papin (40e). Moins sollicité après le repos, Mandanda a su amener un peu de sérénité à une défense qui en a cruellement manqué, notamment en assurant un grand nombre de relances au pied.

Fletcher séduisant, De Ceglie affligeant

Pour sa première titularisation avec l'OM, l'attaquant écossais s'est montré disponible et plutôt propre, malgré un terrain difficile. L''ancien joueur de Sunderland a manqué une énorme occasion en contre (83e), quelques minutes avant d'assurer la qualification de son équipe sur un bon centre d'Abdelaziz Barrada (87e). Fletcher avait déjà joué un grand rôle dans le premier but phocéen, délivrant une passe décisive à Romain Alessandrini d'une belle remise plein axe à l'entrée de la surface (34e). En revanche, on ne peut pas dire que la cote de Paolo De Ceglie va remonter dans le coeur des supporters marseillais après ce match. C'est simple : toutes les occasions de Trélissac sont venues de son côté ! Le latéral gauche italien a vécu un calvaire face à Cavaniol et Sophie, et peut remercier ses adversaires d'avoir manqué de clairvoyance dans les derniers mètres...

Et maintenant... Granville

Tombeur de Caen puis de Montpellier lors de ses deux premiers tours, l'Olympique de Marseille a ensuite pu compter sur un tirage au sort favorable et peut déjà rêver d'une demi-finale. En quarts, les hommes de Michel se frotteront ainsi à Granville, pensionnaire de CFA2. Avec un minimum de sérieux, le Stade de France ne sera qu'à une marche. Et quand on sait que les deux autres gros bras encore présents, Saint-Etienne et Paris, s'affrontent au tour suivant, il est bel et bien permis de rêver d'un onzième sacre en Coupe de France pour un OM à la peine en Championnat (10e).

C.C.
Réagissez à cet article
500 caractères max