labidi (zachari) (L'Equipe)
Découverte

Martial : «Labidi peut s'imposer à l'OL»

Meilleur joueur de la réserve lyonnaise avec huit buts en quatorze matches, Zakarie Labidi (21 ans) est attendu comme la prochaine pépite made in OL. Son ancien coéquipier chez les Gones, Anthony Martial est persuadé de son talent. Découverte.

Zakarie Labidi est en salle d'attente. Comme avant lui, Nabil Fekir, Rachid Ghezzal, Corentin Tolisso, Alexandre Lacazette et tant d'autres produits de la formation lyonnaise, il est dans les starting-blocks. À tout juste 21 ans, cet espoir de la génération 95 pourrait bientôt s'inscrire dans le cercle vertueux de la réussite des petits Gones. Comme ces dernières saisons, il fait ses gammes avec la réserve lyonnaise. Dans un Championnat où il est difficile de s'exprimer, il flambe et affiche de belles stats depuis le début du nouvel exercice. Performance qu’il avait également réussi en 2013/14 où il avait terminé co-meilleur buteur avec Clinton Njie, parti depuis à Tottenham pour 15 millions d’euros.

Jean-Michel Aulas a dit non à un prêt

Placé comme milieu offensif sur un côté, ou en numéro 10, il totalise déjà huit buts en quatorze matches, dont trois comme latéral gauche pour dépanner un collectif parfois défaillant à ce poste-là. Altruiste, Il distribue également les passes décisives (cinq). Alors qu'il est déjà apparu dans le groupe pro à 17 ans, l'OL tarde pourtant à le lancer. Toutefois, la confiance des dirigeants existe. Cet été, alors que tout été ficelé pour un départ sous forme de prêt, Jean-Michel Aulas, le président de l'OL, a préféré conserver son joueur. Évoquant Nabil Fekir dans 20 Minutes, l'entraîneur de Lyon La Duchère, Karim Mokeddem, voit dans Labidi l'un des deux capables d'assurer la continuité de l'excellence de la formation lyonnaise : «Hormis Maxime D'Arpino (19 ans) et Zakarie Labidi (21 ans), je serai surpris que des joueurs de l'actuelle CFA réussissent en pros à Lyon.»
Labidi, ici à gauche de Mathieu Valbuena. (L'Equipe)
Labidi, ici à gauche de Mathieu Valbuena. (L'Equipe)
«On se connaît depuis l'âge de treize ans. Zakarie est vraiment un très bon joueur. Il a un bon sens du jeu. Là où il excelle, c'est qu'il joue souvent vers l'avant.» Anthony Martial
Est-ce le tour de Labidi ? Anthony Martial, l'un de ses grands potes, avec qui il a partagé des moments forts au centre de formation de l'OL, nous livre son ressenti : «On se connaît depuis l'âge de treize ans, confie l'attaquant de Manchester United. On est toujours restés en contact. On se conseille. Quand on fait des bons matches, on se le dit, et quand on est moins bien, on n’hésite pas à échanger. Zakarie est vraiment un très bon joueur. Il a un bon sens du jeu. Là où il excelle, c'est qu'il joue souvent vers l'avant. Sa qualité de frappe est très intéressante. C'est dommage qu'on ne lui ait pas encore donné sa chance à Lyon.» Avant d'arriver à Lyon en 2010, "Zak" comme on le surnomme a fait ses classes en région parisienne comme se souvient, Gaël Diarra, entraîneur à l'AS Meudon, et ancien éducateur de Labidi : «Après le Red Star, il est venu au centre de formation de Paris (CFPP) où il a évolué pendant deux ans. Ensuite, il a intégré l'INF Clairefontaine en jouant tous les week-ends à l’AC Boulogne-Billancourt. Je l'ai eu pendant trois ans, et j'en garde que des bons souvenirs. Il a joué attaquant certes, mais c'est un milieu offensif que je vois sur le côté. Il est très technique et dispose d'un pied gauche magnifique. Sa belle frappe est également un atout. Dans le jargon, on dit qu'il a une "frappe de gaucher", c'est-à-dire précise et puissante.»
Des apparitions sur le banc de l'OL mais aucune en Championnat. Bientôt la première ?  (L'Equipe)
Des apparitions sur le banc de l'OL mais aucune en Championnat. Bientôt la première ? (L'Equipe)

La Tunisie s'est déjà penchée sur lui

Promu numéro 1 sur le banc de l'OL, Bruno Génésio connait bien ce fan d'Andrès Iniesta, et lui a envoyé un signal. Pour la réception de Bordeaux (24e journée, 3-0), il l'a intégré au groupe à la place de Steed Malbranque. Signe que l'aventure lyonnaise de Labidi est loin d'être terminée, lui qui a prolongé son contrat en 2013 alors qu'il venait de refuser une offre de la Juventus. Deux ans et demi plus tard, celui qui a connu les sélections U16, 17, 18 et 19 (Meilleur joueur du tournoi international de Limoges en U18) pourrait profiter de la stratégie lyonnaise de ne pas recruter et de piocher dans son vivier pour pallier les manques et faire éclore des talents. Un talent qui dépasse les frontières françaises puisque Zakarie Labidi n'a pas échappé à la Tunisie, prompt à venir recruter dans le réservoir des binationaux. Georges Leekens, l'ancien sélectionneur, et la fédération tunisienne de football (FTF) sont entrés en contact avec l'entourage du joueur en novembre dernier pour lui proposer de participer à la CAN 2016 en Guinée Équatoriale avec les Aigles de Carthage.

À Bruno Génésio de lui donner sa chance

Bien trop tôt pour choisir, d'autant qu'il est également sélectionnable par l'Algérie dont la maman est originaire. En attendant, comme beaucoup de jeunes joueurs, le natif de Villeneuve-la-Garenne doit commencer à poser les premiers jalons d'une carrière professionnelle : «Il fera une carrière, que ce soit à l'OL ou ailleurs, promet Gaël Diarra. C'est un garçon intelligent, très correct malgré les pièges qui existent dans le milieu. Ça aide beaucoup...  Aujourd'hui encore, on est en contact. Lorsqu'il manque une paire de crampons pour un gamin, il n'hésite pas. Ce que j'ai retenu de lui, c'est son état d'esprit. Plus jeune, en U15, il a accepté de redescendre en équipe B pour filer un coup de main. Là où beaucoup auraient pleuré, lui, il a été claqué un hat-trick contre le PSG...» De son côté, Anthony Martial veut croire à un avenir radieux pour son ami, et pourquoi pas à l'OL ? «Il a toutes les qualités pour jouer et s'imposer à l'OL, nous confirme-t-il. C'est aussi une question de chance et de confiance. J'espère que Génésio va lui donner la possibilité de s'exprimer.»  Et l'international français de Manchester ne dirait pas non à une future association Martial-Labidi. «On se trouvait facilement, et il y avait une vraie complémentarité dans le jeu.» Reste plus qu’à…
Nabil Djellit 
Réagissez à cet article
500 caractères max