debuchy (mathieu) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - 33e journée

Metz renverse Rennes, Lille maudit face à Guingamp, Debuchy fait encore gagner Saint-Étienne, Nantes ne se rassure pas devant Dijon

Non, le FC Metz n'est pas mort ! Les hommes de Frédéric Hantz ne lâchent rien et sont allés s'imposer à Rennes après avoir été menés (2-1). Terrible scénario à Lille, qui menait 2-0 à l'entrée des arrêts de jeu avant de voir un improbable retour de Guingamp (2-2). Saint-Étienne a été sauvé par l'intenable Mathieu Debuchy à Strasbourg (1-0). Nantes a été accroché par Dijon (1-1).

Lille 2-2 Guingamp

Terrible soirée pour Lille. Alors que les coéquipiers de Yassine Benzia avaient enfin eu de la réussite et avaient su se montrer à la fois décisifs et solides, ils sont retombés dans leurs travers dans les arrêts de jeu. Imaginez plutôt : le LOSC menait 2-0 à la 90e minute ! Alors que les Nordistes pouvaient sortir de la zone de rélégation avec les trois points, ils ont été repris par deux buts bretons en quelques instants. C'est tout d'abord Junior Alonso qui marquait contre son camp après un centre de Jordan Ikoko (2-1, 90e+1). Derrière, dans un dernier rush, une frappe guingampaise des 25 mètres atterrissait comme par miracle dans les pieds de Jimmy Briand, couvert dans la surface. L'attaquant ne se faisait pas prier pour offrir un nul inespéré aux siens (2-2, 90e+3). Car avant ce sursaut, les hommes d'Antoine Kombouaré avaient été dépassés, et avait été logiquement menés sur deux jolis buts lillois. L'oeuvre de Nicolas Pépé, après un superbe enchaînement crochet-frappe devant Christophe Kerbrat (1-0, 55e) ; puis de Luiz Araujo, parfaitement servi par le même Nicolas Pépé (2-0, 57e). Avec un Yassine Benzia impliqué sur ces deux réalisations. Tout ça, c'était donc avant cette incroyable fin de match. Lille passe barragiste en attendant le match de Troyes, dimanche, face à Marseille. Mais le scénario de ce samedi soir risque de faire très mal au mental déjà bien fragile des troupes de Christophe Galtier.

Rennes 1-2 Metz

Avec la réception de Metz, lanterne rouge de Ligue 1, le Stade Rennais pensait poursuivre une série de huit matches sans défaite. Et c'était plutôt bien parti après un début de rencontre loin d'être passionnant. Titulaire pour la première fois depuis le 24 février, Yoann Gourcuff se montrait décisif sur l'ouverture du score rennaise. Le milieu de terrain résistait à la défense messine dans la surface et ajustait un centre sur la tête de Benjamin Bourigeaud, qui marquait de la tête dans le but vide (1-0, 27e). L'équipe bretonne prenait logiquement les devants, même si Matthieu Dossevi butait sur Tomas Koubek un peu plus tôt (13e). Après la pause, le match basculait en cinq minutes grâce à deux hommes : Matthieu Dossevi et Nolan Roux. Le premier ajustait un centre parfait pour le second, qui prenait le dessus sur Benjamin Bourigeaud de la tête pour égaliser (1-1, 52e). Dans la foulée, Nolan Roux marquait son quatorzième but de la saison, sur une nouvelle passe décisive de Matthieu Dossevi, d'un tir de près au second poteau (1-2, 57e). Un sacré coup de massue sur la tête de la formation de Sabri Lamouchi, trop peu inspirée offensivement pour revenir dans le match. Les Rennais poussaient maladroitement, notamment par des coups de pieds arrêtés de Benjamin Bourigeaud (75e) ou Wahbi Khazri (66e, 77e). Rennes conserve sa cinquième place (47 points) mais reste à la merci de ses poursuivants. De son côté, Metz reprend espoir avec son premier succès depuis fin janvier (20e, 25 points) et revient à quatre longueurs de Lille, en position de barragiste.

Strasbourg 0-1 Saint-Étienne

On ne parlera pas de braquage en Alsace, mais Saint-Étienne s'en est particulièrement bien sorti d'avoir pris trois points au stade de la Meinau (1-0). Portant sa série d'invincibilité à onze matches de rang. Après un échange entre Paul-Georges Ntep et Kevin Monnet-Paquet sur la gauche, le centre arrivait vers Mathieu Debuchy, présents aux avants postes qui concluait devant un Ernest Seka surpris (0-1, 81e). Le quatrième but du Français, décidément inarrêtable depuis janvier. Une victoire stéphanoise inespérée tant les Verts ont eu beaucoup de mal à exister dans cette rencontre. Mais les hommes de Jean-Louis Gasset ont été maintenus dans le match par un exceptionnel Stéphane Ruffier. Infranchissable, l'ancien gardien de Monaco a dégoûté les hommes de Thierry Laurey. Ni Pablo Martinez (4e et 27e), ni Bahoken (31e), ni Corgnet (62e), ni Liénard (78e, arrêt extraordinaire de Ruffier alors que le cuir allait dans la lucarne) n'ont pu faire vibrer la Meinau. Alors que l'entraîneur strasbourgeois le réclame depuis un moment, ses joueurs n'ont pas réussi à garder leur cage inviolée (chose qui ne leur ait arrivé que quatre fois en 2017-18). Seizièmes, ils sont encore loin d'être maintenus. Saint-Étienne est le grand gagnant du soir dans la course à la cinquième place. Voilà l'ASSE à un petit point de Rennes.

Nantes 1-1 Dijon

Privé de son meilleur buteur Julio Tavares, Dijon est allé chercher un bon point à Nantes (1-1). La rencontre a mis du temps à démarrer à la Beaujoire, les occasions n'étant pas nombreuses et la première période était marquée par les sorties sur blessure de Krhin (16e) et Diego Carlos (36e). Mais aussi par l'ouverture du score nantaise malgré quelques tentatives dijonnaises (4e, 23e, 25e). Après une belle combinaison avec Adrien Thomasson, Léo Dubois délivrait un bon centre pour Emiliano Sala dont la tête trouvait le poteau. Prejuce Nakoulma surgissait derrière pour envoyer le cuir dans le but de Baptiste Reynet (1-0, 33e). Au retour des vestiaires, la partie ne s'emballait pas davantage. La tête décroisée de Benjamin Jeannot frôlait le poteau de Ciprian Tatarusanu (51e) et c'était finalement l'inévitable Kwon qui s'illustrait. Le Sud-Coréen, auteur des trois derniers buts de son équipe, profitait d'un bon travail de Naïm Sliti côté droit pour égaliser (1-1, 61e). Toujours dans la course à l'Europe, les Canaris essayaient de reprendre l'avantage par quelques tirs lointains. Emiliano Sala pensait offrir la victoire à son équipe sur un nouveau centre de Léo Dubois, mais la tête de l'Argentin échouait encore sur le poteau (80e). Dans le temps additionnel, Baptiste Reynet sauvait les siens en claquant la frappe de Chidozie Awaziem (90e+2). Nantes n'avance toujours pas au classement (9e, 45 points) mais profite du faux pas de Rennes pour rester au contact de la cinquième place, tandis que Dijon peut terminer sereinement sa saison au milieu du tableau (10e, 42 points).

Caen - Toulouse reporté

Réagissez à cet article
500 caractères max