Ligue 1 - 20e journée

Paris, on prend les mêmes et on recommence

Avec les mêmes ingrédients qui lui avaient permis d'effectuer une première partie de saison parfaite, le PSG a battu Bastia (2-0) après avoir mis trente minutes pour entrer dans leur match. Mais Kevin Trapp a encore fait parler de lui.

Le gagnant : Angel Di Maria

Tous les bons mouvements parisiens ont un point commun : Angel Di Maria. Sur n’importe quelle action dangereuse, le cuir est obligé de passer par les pieds de l’Argentin. Cela a encore été prouvé vendredi soir. Di Maria était au corner pour l’ouverture du score de Thiago Motta après une tête de Thiago Silva, qui a vu Brandao s’oublier sur le marquage (1-0, 29e). Di Maria a ensuite parfaitement lancé Maxwell qui, après un contrôle trop court de Cioni, reprenait instantanément de volée pour tromper magnifiquement Leca (2-0, 39e). Le match était plié, Paris pouvait dérouler alors qu’il s’était montré quelque peu imprécis auparavant. Et Bastia, avec un bon Seko Fofana, aurait pu doucher un Parc des Princes loin d’être au complet. Mais pour inquiéter le PSG, il faut cadrer. Chose que n’ont pas réussi à faire les Bastiais.

Le perdant : Kevin Trapp

On a failli mettre Marco Verratti tant son acte d’antijeu de la 45e minute était grotesque. On aurait pu mettre Lucas, encore trop brouillon pour convaincre alors qu’il était titulaire. On aurait (presque) pu citer Zlatan Ibrahimovic qui a eu beaucoup de déchet technique (49 ballons, 20 perdus), même chose pour un Brandao invisible (15 ballons perdus sur 27 touchés, 39% de passes réussies). On a finalement opté pour Kevin Trapp. Car à ce niveau, ça en devient très inquiétant. À se demander si ce n’est pas mental. Entre la 17e et la 70e minute, Kevin Trapp n’a eu aucune intervention à effectuer. Même pas un soupçon d’action dangereuse côté bastiais. Mais après un coup franc tiré de la droite vers la gauche, et alors que le ballon semblait facile, l’Allemand s’est encore loupé, se faisant une belle frayeur à lui-même, à ses coéquipiers et aux spectateurs. Alors que faire ? Que faire si votre gardien n’est pas capable d’être 100% concentré et 100% rassurant sur l’une des rares opportunités adverses ? Laurent Blanc doit sûrement se poser la question, à un peu plus d’un mois des huitièmes de finale de la Ligue des champions…

La stat : 83

17 octobre 2015 – 8 janvier 2016 : ce PSG-Bastia a surtout été l’occasion de revoir Javier Pastore sur un terrain. L’Argentin est entré à la 62e minute, à la place de Verratti, pour son grand retour en Ligue 1, 83 jours après sa dernière apparition. C’était déjà face à Bastia. Une entrée sans folie, juste histoire de se remettre dans le bain. Mais il va devoir rapidement cumuler du temps de jeu.
Timothé Crépin 
Réagissez à cet article
500 caractères max
yacinkhaldi 10 janv. à 5:54

La stat c'est T. Motta, nombre de ballons touchés , nombre de passes et nombre de passes en avant

davethesith 9 janv. à 22:28

Trapp est inquiétant ? Quand on voit le nombre de cleansheet depuis le début de l'année, je pense que tous les autres clubs aimeraient avoir des gardiens aussi "inquiétants" que lui. FF fait une fixation sur Trapp. Que vos journalistes fassent les mêmes commentaires envers les gardiens français qui se trouent à CHAQUE match !

fucknshit 9 janv. à 11:35

TRAPP=TRAPPE, ses mains sont des ouvertures de trappe.

ladestineek3r 8 janv. à 22:47

C'est vrai que Trapp devient inquiétant