À LIRE DANS FF - L'ENTRETIEN

Pierre-Emerick Aubameyang : «Je peux arriver dans le Top 10 mondial»

A 26 ans, l'avant-centre du Borussia Dortmund et du Gabon, qui a été élu meilleur Africain de l'année écoulée, réalise une saison exceptionnelle.

Sur son père

«Il est le guide, c’est comme ça que je le surnomme. Mon père vient de loin. Je sais ce qu’il a enduré depuis tout petit. Il est parti de rien à la base, et son père ne voulait pas qu’il joue au foot. (…) Il a du charisme, et le temps lui donne toujours raison. Maintenant, il est comme mon meilleur pote et je respecte infiniment l’homme qu’il est.»

Sur le poste d'avant-centre

«J’ai grandi à ce poste dans les catégories de jeunes avant de passer pro. J’ai toujours voulu jouer attaquant. Je voulais passer la barre des vingt buts, cela ne m’était encore jamais arrivé. Un avant-centre doit garder un niveau de concentration élevé et surtout, ne pas craquer. Ca peut arriver vite si on est faible mentalement. Mais je me sens blindé sur ce plan-là.»

Sur son titre de N°1 africain

«C’est un flambeau que je dois porter ici en Europe le plus loin possible. Ca me donne des responsabilités supplémentaires. Le temps est venu pour moi, c’est mon heure. Derrière tout ça, il y a énormément de travail et de sacrifices. On a fait le tour de Libreville avec une voiture conduite par mon père, pour présenter le trophée aux Gabonais. Mon père était super ému mais il n’a rien lâché.»
PEA réalise actuellement la meilleure saison de sa carrière. (Reuters)
PEA réalise actuellement la meilleure saison de sa carrière. (Reuters)

Sur ses modèles

«J’ai tendance à regarder Ronaldo, le Brésilien. Mon joueur préféré ? Ca m’arrive aussi de regarder Cristiano ou d’anciens attaquants comme Hernan Crespo, des vidéos de joueurs que j’ai admirés comme Thierry Henry. (…) JPP, Sonny Anderson, des joueurs marquants. Il y avait aussi François Calderaro, à Toulouse. Lui j’aimais beaucoup, son style me plaisait.»

Sur ses entraîneurs

«Klopp m’a beaucoup apporté. Il m’a donné la force de caractère et fait progresser dans le repli défensif. Les deux années passées avec lui m’ont été très utiles pour passer un cap. C’est quelqu’un de charismatique. Il fait partie des trois entraîneurs qui m’ont donné la chance de devenir celui que je suis aujourd’hui avec Christophe Galtier et Thomas Tuchel, mon entraîneur actuel.»

Le Making off de l'entretien

Le lieu : «L’Acqua», un restaurant italien situé dans la périphérie du Signal-Iduna Park, qui a les faveurs de PEA.
La tenue : sobre, un pull beige à capuche et une casquette blanche siglée du S de Superman.
La durée : une heure de demie, entrecoupée d’une petite demi-heure pour déjeuner un risotto accompagné d’un plat de poisson.
Le niveau de connivence : 8/10. Calme, reposé et prompt à la conversation, au lendemain d’une victoire longue à se dessiner contre Hoffenheim (3-1). PEA a ouvert la boîte aux confidences sans se forcer.
Note de disponibilité : 8/10. De son arrivée en début d’après-midi jusqu’à son départ, pas un instant Pierre-Emereick n’a jeté un coup d’œil à sa montre. Gentleman PEA.
Frank Simon 
Réagissez à cet article
500 caractères max
ANDYES77 16 mars à 13:32

Ben 10/10 alors pour ce super joueur et ce garçon attachant!