ndombele (tanguy) (A. Martin/L'Equipe)
CDF - Lyon

Tanguy Ndombélé (Lyon) vu par ses anciens formateurs à Linas-Montlhéry et Guingamp

Le match de Tanguy Ndombélé contre le PSG dimanche dernier a mis en lumière son immense potentiel. Deux de ses anciens formateurs dépeignent pour FF le portrait du jeune milieu de l'OL (21 ans) et s'accordent à dire que ce dernier est promis à un brillant avenir.

Nordine Baaroun* : «Tu avais l'impression qu'il était maudit ! Mais il a bossé et il a réussi tout seul»

«Quand il jouait à Linas-Montlhéry, il avait pratiquement deux ans de moins que ses adversaires (NDLR : Tanguy Ndombele est né le 28 janvier 1996). Tu joues contre des gars qui ont deux ans de plus que toi, donc automatiquement, c'est plus compliqué. Malgré ça, on voyait quand même son talent. Les clubs français ne tiennent pas compte de ça, de la date de naissance des gamins. Tanguy a toujours travaillé dans le dur et il a toujours fallu qu'il prouve. C'est comme s'il était surclassé tout le temps. C'est ce qui lui a permis de passer un cap parce qu'il s'est toujours battu.

Lire aussi : la fiche de Tanguy Ndombélé
 
A Guingamp, ça ne s'est pas très bien passé. Il y avait un coach là-bas qui lui en a fait voir de toutes les couleurs. Tanguy était plus jeune que certains gamins, moins mature. En Bretagne, ils n'aiment pas trop la nonchalance et ils n'ont pas l'habitude de voir quelqu'un arriver avec une minute de retard le matin. Du fait qu'on soit de Paris, ce sont des petits détails qui sont normaux pour nous. Il y avait une différence de culture.
Ensuite, j'ai réussi à le replacer à Amiens. Je l'ai emmené en test, ils l'ont aimé et il a signé là-bas. Il est arrivé en cours d'année. Mais comme il y avait des pros qui descendaient en CFA 2 et que lui était U19, ils ne le prenaient pas. Ils privilégiaient les pros. Il en a eu marre de cette injustice. C'était le meilleur gamin du centre pourtant ! Amiens, ils ont failli le perdre.
Derrière, je l'ai emmené à Angers, et ils n'en ont pas voulu car il avait quelques kilos en trop. Je l'ai proposé à Caen, ils n'en voulaient pas non plus. Pour moi, il était au-dessus de tout le monde sur le terrain, mais vraiment au-dessus. Je l'ai emmené moi-même à Auxerre, je commence à parler avec Nobilo (NDLR : Jean-Marc Nobilo, l'ancien directeur du centre de l'AJ Auxerre) et il me dit : ''Ouais c'est un bon joueur mais il a des kilos en trop. Il ne passera pas un cap''. J'avais pourtant envoyé trois gamins à Auxerre. Les deux autres, ils voulaient les faire signer mais lui non, alors que c'était le meilleur sur le terrain. Il avait sept kilos en trop. Mais pour moi, quand tu as le ballon, tu ne te focalises pas sur le poids. Du coup je sors une blague à Nobilo en lui disant : ''Dans ce cas-là, je vous ramène Cristiano Ronaldo, vous le ferez peut-être signer !''. C'est quoi le travail d'un club professionnel ? Faire perdre du poids à un gamin, ce n'est pas compliqué hein. Et ça, ça l'a piqué le petit. Il s'est transformé. Tanguy a eu beaucoup d'échecs alors que c'était un bon garçon. Il avait le talent, mais on lui bloquait les portes. À chaque fois, il y avait un truc. Tu avais l'impression qu'il était maudit ! Mais il a bossé et il a réussi tout seul.
«C'est un garçon simple. Tu ne le verras jamais avec une teinture ou avec une barbe bizarre»
Il est revenu en région parisienne et je l'ai inscrit à une salle de sport. Il s'entrainait avec mon équipe, en amateur mais en sénior. Il n'a jamais lâché l'affaire. Moi je suis retourné à Amiens, j'ai parlé avec Patrick Abraham (NDLR : le directeur du centre d'Amiens) et j'ai senti qu'il voulait encore le petit. L'entraîneur de la CFA et Patrick Abraham ont toujours cru en lui. Ils ont vraiment vu son potentiel. Du coup, il est retourné à Amiens, il s'est métamorphosé et a pris de la maturité d'un coup. Ensuite à Guingamp, tout le centre me parlait de lui, même les dirigeants me disaient ''Ah, c'est vraiment dommage''.
Le seul gros défaut qu'il avait, c'est qu'il aimait la bouffe ! Mais ça, il l'a corrigé. Et quand il est retourné à Amiens, il a pris un nutritionniste, un coach sportif et il travaillait de son côté. Il y a avait aussi un problème au niveau défensif. Mais depuis, de ce que j'ai vu, il l'a amplement corrigé.
C'est un gamin qui a toujours cru en lui. Une fois, on était dans la voiture et je lui disais : "Tanguy, tu ne vas pas lâcher l'affaire", et il me répondait "Nordine, ne t'inquiète même pas !". C'est un garçon adorable. Il est simple. Tu ne le verras jamais avec une teinture ou avec une barbe bizarre. Par contre, il n'aime pas l'injustice. S'il sent qu'il y a une injustice, il se braque, il est radical et il va le faire comprendre ! Tanguy, c'est un talent complet avec la tête, avec tout. Il a l'humilité, il est toujours à l'écoute et toujours respectueux. C'est un gamin qui a très bien été encadré, même s'il n'a pas été aidé par les circonstances. S'il n'y avait pas eu son grand frère et sa mère, il n'aurait pas percé. Parce que ce sont eux qui l'ont toujours encouragé, l'ont toujours aidé. Et il y a moi aussi, qui n'ai jamais lâché.
Dans son attitude, il ne va pas sentir la pression comme d'autres joueurs. Il est toujours relâché, tout le temps serein en fait. C'est un gamin qui ne se précipite pas et qui ne s'enflamme pas. Il a une ligne directrice et il la suit. Dans sa vie, c'est l'Eglise et les repas en famille. Quand il vient, il ne sort pas de chez lui, il reste avec sa mère. Il a une famille très soudée. Son frère, c'est un sage, c'est quelqu'un qui est respecté et très aimé par tout le monde. Je pense qu'il a dû prendre exemple sur lui dans sa vie.
Je le vois déjà partir en Russie pour le Mondial. J'ai fait le pari avec tout le monde. Je ne dis pas qu'il jouera mais je connais le gamin, je sais comment il est. Après, c'est quelqu'un qui n'est pas pressé. L'année dernière, il ne voulait pas partir d'Amiens. Il voulait confirmer une année en Ligue 1, puis partir après. Je ne pense pas qu'il partira de Lyon l'année prochaine. À moins que le club ne tombe sur une offre qu'il ne peut pas refuser. Je pense qu'il fera deux années à Lyon, et après tu le verras dans un grand club.»

*responsable technique de Linas-Montlhéry, éducateur de Tanguy Ndombele lors de ses années en U14 et U15.

Lionel Rouxel* : «Il a fallu qu'il soit un peu dans le dur pour comprendre qu'il devait se réveiller»

«Je suis très content pour Tanguy. Il a du potentiel et à Guingamp, on n'en a jamais douté. Aujourd'hui, il est en train de le mettre en avant et de se montrer au niveau de la Ligue 1. Mais il a fallu qu'il passe par plusieurs étapes avant d'arriver à ce niveau-là. Et c'est dommage qu'il ait compris plus tard que les autres qu'il avait un potentiel à exploiter. Il a fallu qu'il quitte Guingamp, et tout le mérite revient à Amiens qui lui a fait confiance. Même si je crois savoir que là-bas aussi, il a vécu quelques périodes difficiles, et le club s'est posé quelques questions à son sujet. Il a fallu qu'il soit un peu dans le dur pour comprendre qu'il devait se réveiller. Le mot "talent", je ne l'utilise jamais pour un gamin de 17 ans parce que ça ne veut rien dire. Le talent, c'est justement savoir exploiter au maximum son potentiel. A Guingamp, on a toujours été convaincu par son potentiel mais il ne l'a jamais exploité, ce qu'il commence à faire maintenant. Il n'est qu'au début d'une belle histoire mais il va falloir que cela dure. Il peut être bon, voire très bon, mais maintenant il va falloir l'être régulièrement. Non seulement à Lyon, dans un très bon club formateur, mais aussi en équipe de France puisqu'il vient assez régulièrement en sélection avec les jeunes. Son histoire, c'est lui qui doit l'écrire, personne d'autre.
«A Guingamp, j'ai été dur, voire très dur avec lui, mais c'était pour son bien»
A 17 ans, il avait déjà beaucoup de chose : une masse musculaire, il allait souvent vers l'avant, il aime attaquer et éliminer par le dribble, la percussion et les passes. Et surtout, on l'a vu contre Paris, sa première touche est souvent orientée vers l'avant. Il sait sortir de la pression adverse, être à la dernière passe et il sait aussi être à la finition. Il a une grosse frappe de balle et il devra marquer plus souvent. Il a le potentiel d'un joueur de Ligue 1, mais aussi d'un joueur international, ce qu'il est en train de devenir. Mais j'insiste sur le fait qu'il doit faire toujours mieux, et surtout sur la durée. Je suis convaincu qu'il peut le faire, et je pense qu'il commence à prendre conscience maintenant des exigences du haut niveau.

En dehors du terrain, c'est un très bon garçon, adorable. A Guingamp, j'ai été dur, voire très dur avec lui, mais c'était pour son bien. Il fallait le pousser, le bouger, parce qu'il ne faisait pas toujours les efforts. On ne peut pas être dans le copinage à cet âge-là, si j'ai été comme ça c'était pour lui rendre service et je pense qu'il a compris beaucoup de choses. Il s'adaptait par rapport à la personne qu'il avait en face de lui. C'est quelqu'un qui marche à l'humain.
Il faut peut-être qu'il améliore encore ses courses défensives, quand il se replie vers son but. Dans un milieu à trois, il peut être bien. Il y a un équilibre avec un joueur qui reste en place qui est Tousart. Je pense qu'il peut jouer dans un autre système mais il ne faut pas qu'il oublie qu'il y a des courses à faire pour récupérer le ballon. Même si, sur cet aspect, il a progressé dernièrement.

Où je le vois dans les années à venir ? A court terme, il peut devenir titulaire indiscutable à Lyon car c'est un club qui lui convient bien, et postuler pour devenir international. Par la suite, je le verrais bien en Angleterre. C'est un championnat qui lui conviendra bien parce qu'on est tout de suite obligé de se mettre au niveau. Il n'aura pas le choix et je pense qu'il sera capable de le faire.»

*directeur du centre de formation de Guingamp lors du passage de Ndombélé au club entre 2011 et 2014.
Mehdi Es Skheifi , Antonin Deslandes
Réagissez à cet article
500 caractères max
Ningisgis 24 janv. à 16:31

Tout de suite l'Angleterre! Pourquoi nos éducateurs sportifs ne posent pas tout de suite comme ambition de se hisser au niveau des grands championnats? Nous (en France) avons de grands joueurs, d'excellents jeunes et ils(les encadreurs) visent l'étranger ....