Ligue des Champions - Real

Zinédine Zidane (Real Madrid): «On a résisté»

Zinédine Zidane s'est félicité de la qualification du Real pour les quarts de finale de la Ligue des champions ce mardi et a assuré que le nombre d'occasions concédés par ses joueurs contre la Roma ne l'inquiètait pas.

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid, tombeur de la Roma): «C'est normal qu'on ait des occasions contre nous sur un match de 90 minutes. En première période, Rome a eu des occasions pour marquer, mais c'est normal dans un match de Ligue des champions, contre un adversaire difficile. Quand on te crée des occasions, on peut se mettre en colère. Mais nous voulions jouer et prendre des risques. Avant la seconde période, j'ai parlé aux joueurs et nous avons ensuite contrôlé un peu mieux en défense. (Sur son sentiment après cette qualification) Je suis content. Sur les deux prestations, quand je regarde nos deux matches, on a marqué quatre buts et encaissé aucun, donc, forcément quand un entraîneur ne prend pas de but...
«Ce n'est pas un poids qu'on m'enlève»
On savait qu'on aurait des occasions contre nous, mais je suis satisfait et on peut toujours s'améliorer. Ce n'est pas un poids qu'on m'enlève, je suis simplement content du travail fait, accompli, ce n'est jamais facile parce qu'entre le match aller et le retour, on a eu un rival peut-être plus compliqué ce soir, mais on a résisté. On a fait notre match. (Sur la suite de la compétition) Pour le moment, je pense au repos et à partir de jeudi, on pensera à notre prochain match de Liga contre Las Palmas (dimanche), et ensuite à l'équipe qu'on devra affronter (en quarts). Toutes les équipes rêvent de faire quelque chose en Ligue des champions et nous sommes ici pour essayer nous aussi.»
James Rodriguez (milieu de terrain du Real Madrid, au micro de la télévision espagnole): «Le résultat est juste. Les équipes italiennes jouent souvent repliées derrière et elles sont difficiles à bouger. (Sur Zidane) Il prend soin de chacun de nous. A chaque fois que je joue, j'essaie de donner mon maximum. Il y a des jours où ça ne fonctionne pas, d'autres comme aujourd'hui où c'est le cas. C'est le football. (Sur les sifflets du public madrilènes) Le public souhaite voir du beau jeu et quand les choses ne se passent pas comme cela, c'est leur droit de siffler. J'essaie de bien jouer et les supporteurs savent quand c'est bon ou mauvais. Les sifflets font partie du football. J'essaie de progresser tous les jours. Aujourd'hui, le but fait du bien, mais il faut s'entraîner pour que les choses se passent mieux.»
Réagissez à cet article
500 caractères max