Le président bastiais pointe une décision «sans logique». (L'Equipe)
Ligue 1 - Bastia

Bastia déplore «des sanctions démesurées» après la fermeture conservatoire de Furiani

La fermeture à titre conservatoire du Stade Armand-Cesari, pour le comportement des supporters bastiais lors de la réception de Nice samedi dernier, a été accueillie avec aigreur par le club corse.

Le président du Sporting, Pierre-Marie Geronimi, a déploré vendredi sur France Bleu RCFM «des sanctions démesurées», après la fermeture conservatoire de Furiani, suite aux incidents de Bastia-Nice, samedi dernier. «Quand on regarde le barème des autres sanctions pour les autres clubs pour des faits similaires, les sanctions ne sont jamais aussi sévères. Nous sommes le seul club en France que l'on oblige à se délocaliser! A Nice, lors du match aller, on a voulu nous étriper et nous lyncher et, au final, la Ligue n'a infligé qu'un match à huis clos partiel! Où est la logique?»
Cette suspension conservatoire, qui prend effet à compter de ce vendredi, durera jusqu'à la décision prise par la Commission concernant ces incidents qui ont émaillé ce match de la 28e journée. En conséquence, les prochaines rencontres prévues à Furiani se dérouleront sur terrain neutre et à huis clos, à commencer par le prochain match à domicile contre Guingamp.

«C'est de la folie! Huit jours pour trouver un terrain sur le continent et organiser un tel déplacement, c'est extrêmement compliqué, a pourvuivi M. Geronimi. On va peut-être déposer un référé en suspension devant le tribunal administratif de Bastia. Mais pour nous, aujourd'hui, c'est une triple sanction car financièrement cela va nous coûter très cher.»
Réagissez à cet article
500 caractères max