Provence (L'Equipe)
Ligue Europa - Demi-finales

«Héroïques», «Rolando Ballon d'Or» : la qualification de l'OM vue par les médias français et européens

La qualification de l'OM pour la finale de la Ligue Europa est fêtée vendredi par la presse française qui salue les héros phocéens au terme d'une rencontre crispante. Rolando, buteur libérateur à la 116e minute, et Pelé, auteur de plusieurs parades déterminantes dans le but marseillais, ressortent notamment du lot.

Au bout du suspense et d'un match particulièrement tendu, l'Olympique de Marseille a décroché le sésame tant espéré pour la finale de la Ligue Europa. La cité phocéenne est évidemment tout à sa joie vendredi matin, comme la France où le club phocéen compte de nombreux partisans. Soulagée après le but inscrit du pied droit de Rolando à la 116e minute, La Provence hisse évidemment ses qualifiés sur sa Une barrée du titre «Héroïques !», tandis que le cahier sports a choisi «La délivrance».
«Qui, en début de saison, aurait misé un kopeck sur ce onze brinquebalant ? Alors c'est quoi la recette ? Voir l'OM en finale de la Ligue Europa est-il un heureux accident ? Mais non, mille fois non ! Ce parcours qui est déjà une victoire en soi illustre la résurrection de l'état d'esprit marseillais. On n'a pas de Neymar ni de Cavani mais on est mort de faim. On a l'envie, la rage et la force donnée par tout un peuple qui, d'Avignon à Digne et Aubagne, a le ballon pour religion», écrit Philippe Schmit dans son édito sur la page principale du quotidien méridional qui consacre treize pages au total à l'événement. Pour La Marseillaise, «l'OM a fait battre le cœur de la France». «Marseille ne s'appartient plus vraiment. Désormais, l'OM fait vibrer la France entière», exulte le quotidien.
Les autres quotidiens régionaux ne sont pas jaloux sur leurs sites Internet respectifs. «En route pour Lyon», titre Sud-Ouest, «Au bout du suspense, l'OM arrache la finale» pour Ouest-France, tandis que le journal lyonnais Le Progrès fait dans la sobriété : «Marseille jouera la finale à Lyon». Au bas de sa Une, Le Parisien met le club marseillais à l'honneur avec «L'OM arrache sa finale» et relate en pages intérieures l'ambiance au Stade Vélodrome où un écran géant a été installé pour permettre aux supporters phocéens de suivre leurs héros : «Depuis la pelouse, des flammes s'élèvent dans la nuit marseillaise, et dans les gradins du Vélodrome, tous les bras sont levés au ciel. On s'embrasse, on se congratule. Sur les visages des milliers d'amoureux de l'OM, il n'y a plus de tension, ni d'inquiétude. Juste de la joie. Une joie immense, et célébrée dans un boucan d'enfer.» Le Monde souligne «le droit de rêver à un nouveau sacre européen» pour l'OM, alors que 20 minutes et CNEWS savourent : «Nés sous une bonne étoile» et «Un billet en or pour Marseille» appuient les deux titres gratuits. «L'OM est revenu de l'enfer pour aller au paradis», indique le deuxième.
Si l'OM a atteint le paradis, il le doit à Rolando, salué unanimement par la presse, vendredi. «Rolando Ballon d'Or», titre carrément L'Equipe avec une photo pleine page de la joie du Portugais, suivi au poteau de corner par Zambo Anguissa, Thauvin, Luiz Gustavo et Ocampos. «Il fallait sans doute s'attendre à ce qu'il s'offre un chapitre digne d'un héros de la mythologie, puisqu'il est diminué par une tendinite au talon depuis des semaines, déjà. Comme Achille, il a cette faiblesse au tendon qui ne le lâche pas et qui a sérieusement rogné son temps de jeu, depuis le début du printemps. Mais, comme Achille, il a écrit une histoire dont les Marseillais se souviendront longtemps, et qui les porte vers la cinquième finale européenne de l'histoire du club», salue Mélisande Gomez dans le quotidien sportif au sujet du défenseur portugais, remplaçant au coup d'envoi et apparu à la 101e minute avant de marquer un quart d'heure plus tard en reprenant un corner de Payet. «C'est Cristiano Rolando», titre Le Parisien dans un jeu de mot en référence à l'attaquant du Real Madrid, «Rolando magique !», accentue La Provence.

«Pelé gants de fer»

Yohann Pelé est l'autre grand artisan de la qualification marseillaise et la presse ne s'y trompe pas. «Pelé gants de fer» pour L'Equipe, «Pelé, l'autre héros» pour Le Parisien, «La montagne Pelé» pour La Provence : tous saluent l'énorme match de «l'albatros», auteur de plusieurs arrêts dont une parade cruciale à la 99e minute sur une tête puissante de Caleta-Car. «Il a tendu le bras droit, ferme, robuste, rapide, et le ballon a buté contre son gant», met en exergue L'Equipe.
La Une de Kronen Zeitung. (L'Equipe)
La Une de Kronen Zeitung. (L'Equipe)
En Autriche, c'est évidemment la soupe à la grimace. Kronen Zeitung, le principal quotidien, affiche la mine déconfite des joueurs de Salzbourg avec le titre «Le plus amer des adieux pour Salzbourg». En Espagne, on retient principalement la qualification de l'Atlético Madrid pour la finale mais on y fait aussi une place au futur adversaire des Colchoneros. En page 10, Marca titre «A la fin du rebond» et relève que l'OM a marqué sur son seul tir cadré. De son côté, AS se méfie maintenant de l'équipe phocéenne qu'il qualifie de «dangereuse et enthousiaste». Payet, Thauvin, Rami et Luiz Gustavo sont notamment mis en avant. En Allemagne, Kicker regrette l'élimination du voisin autrichien et un but venu sur un corner qui n'aurait pas dû être sifflé, Ocampos ayant dévié le tir de Zambo Anguissa. En Angleterre, comme souvent, on ne retient que la performance du club local, en l'occurrence Arsenal, sorti par l'Atlético, ce qui a signé les adieux d'Arsène Wenger avec les Gunners en Europe. Enfin, en Italie, il faut se plonger en page 38 de La Gazzetta dello Sport pour trouver trace des demies de la C3. «Rolando offre à Marseille le dernier acte quatorze ans plus tard», indique le principal quotidien sportif transalpin. Tous les regards sont désormais braqués vers Lyon.
 
Emmanuel Langellier

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :