(L'Equipe)
Rétro

13/08/1948 : La Suède en or aux JO de Londres

Comme chaque semaine, France Football ouvre la boîte à souvenirs et jette un coup d'oeil dans le rétro. Cette fois, zoom sur l'équipe de Suède qui a remporté le tournoi olympique en 1948.

En ce vendredi 13, on est plutôt mélancolique dans les gradins de Wembley. Les 60 000 spectateurs présents savent qu'après la finale du tournoi de football seule une petite journée d'épreuves séparera la XIVe olympiade de sa clôture. Tous se disent que la fête s'achève trop tôt. Comme à la fin de chaque édition ! Oui, mais cette fois ce sentiment est amplifié par les circonstances. Car la plus grande incertitude a régné sur les JO de Londres depuis leur attribution trois ans plus tôt. Allait-on pouvoir organiser un tel événement après les années de guerre ? L'olympisme saura-t-il se relever après les éditions annulées de 1940 (la XIIe olympiade avait été confiée à Tokyo, puis à Helsinki) et 1944 (Londres avait été choisi pour la XIIIe olympiade) ? Malgré moult problèmes d'infrastructures, le mouvement sportif donnera la même réponse enthousiaste qu'après l'annulation de la VIe olympiade, à Berlin en 1916. À Londres, le foot n'a pas la vedette. Les stars des Jeux de 1948 viennent de l'athlétisme et se nomment Fanny Blankers-Koen, la Néerlandaise quadruple médaillée d'or (100 m, 200 m, 80 m haies et 4 x 100 m) ou Emil Zatopek, le Tchécoslovaque champion olympique du 10 000 m. Tout cela, cependant, paraît secondaire, car l'essentiel est que ces Jeux sont la première manifestation mondiale depuis la fin du conflit, et son tournoi de foot un digne rendez-vous planétaire à deux ans du Mondial au Brésil.

Fraîcheur scandinave

Une jauge, aussi, du bouleversement des hiérarchies qu'a provoqué la Seconde Guerre mondiale sur la planète football. L'Italie avait dominé les ultimes éditions des JO (1936), du Mondial (1938) et de la Coupe internationale (1935), un ancêtre de l'Euro. Hélas pour les Azzurri, les Piola et Meazza n'ont pas trouvé de dignes successeurs et leur sélection s'arrête en quarts. Le tournoi 1948 est dominé par la fraîcheur des Scandinaves. Le Danemark décroche le bronze en disposant (5-3) de la Grande-Bretagne, la Suède est sacrée championne au détriment de la Yougoslavie (3-1). Une extraordinaire machine à marquer que la médaillée d'or : 22 buts en quatre matches ! Après avoir sorti les valeureux Autrichiens en huitièmes (3-0), humilié la Corée du Sud en quarts (12-0), fait leur le derby scandinave contre le Danemark en demies (4-2), les Jaune et Bleu ont fait plier en finale les Yougoslaves grâce à un doublé de Gunnar Gren et un but de Gunnar Nordahl, auxquels leurs adversaires n'ont répondu que par Bobek. Les Suédois s'appuient sur une ossature de cinq joueurs provenant de l'IFK Norköpping : Gunnar Gren, Nils Liedholm et les trois frères Nordahl, Knut, Bertil et Gunnar. Ce dernier partira chercher fortune en Italie où il formera avec Gren et Liedholm le légendaire trio « Gre-No-Li » du Milan AC. Une autre page d'histoire.

Roberto Notarianni
Réagissez à cet article
500 caractères max