yachine (lev) urbini (max) (L'Equipe)
Palmarès Ballon d'Or

1963 - Lev Yachine

Palmarès Ballon d'Or

1963 - Lev Yachine

Justice est faite

En accordant à Lev Yachine le titre de premier joueur d'Europe pour 1963, le jury de France Football chercha à couronner non seulement l'année du géant soviétique, mais aussi une carrière prodigieuse que l'on croyait terminée sans gloire au terme d'une décevante Coupe du monde 1962 au Chili. Sur les vingt et un votants, il récupéra onze fois la première place, contre cinq fois, seulement, à son plus sérieux rival, le milieu de terrain italien Gianni Rivera, celui-ci relégué à 17 points. Dernier monstre sacré du football, le gardien de but de l'URSS et du Dynamo Moscou (champion d'URSS, quart-finaliste de la Coupe d'Europe des nations et meilleur joueur du Reste du monde) obtenait, à l'âge de trente-quatre ans, une sorte de consécration face à une opposition jeune et ambitieuse au sein de laquelle Law et Eusebio pointaient leur nez. Premier (et seul) gardien à figurer au palmarès du Ballon d'Or, Yachine appartenait à une génération qui, lentement mais sûrement, tendait à disparaître de la grande scène du jeu. Ainsi, Matthews (lauréat 1956), Di Stefano (1957 et 1959) et Kopa (1958) ne figurèrent même pas dans un classement où Masopust (1962) rentrait dans le rang et où Suarez (1960) ne comptait que cinq points. Une page se tournait et, en même temps, justice était faite pour un gardien unique au monde.

Il a totalement libéré le poste

Lev Yachine a créé un jeu de gardien de but tout à fait nouveau : sans doute fut-il inspiré par l'exemple du Bulgare Sokolov qu'il avait vu jouer dans sa jeunesse, sans doute le Hongrois Grosics fut-il lui aussi, il y a une dizaine d'années, un précurseur ; mais aucun gardien avant Yachine n'avait cherché autant la libération du poste. Il a trouvé une nouvelle dimension : à l'évolution en hauteur et en largeur qui exige du gardien des qualités naturelles de détente, il a ajouté le placement en profondeur qui transforme le spécialiste en un arrière supplémentaire et en un véritable joueur de champ. 
 
Yachine fit d'ailleurs de curieux débuts dans le football : il avait seize ans en 1945 et il était le gardien de but de l'équipe de hockey du Dynamo, il était un jeune apprenti serrurier et ajusteur lorsqu'un jour, au cours d'un entraînement, des footballeurs qui cherchaient un gardien de but firent appel à lui. D'un seul coup, Yachine s'imposa dans son nouveau sport. Tout de suite, sa personnalité très forte éclata. 
 
C'est qu'il aime jouer dans le champ de jeu, balle au pied. A l'entraînement, il consacre des heures à la jonglerie, au contrôle, au dribble, aux passes. Il travaille comme un avant ou comme un arrière. Et dans ses petits matches de mise au point, il prend place dans l'attaque et y fait brillante figure. Seule concession qu'il fasse à sa spécialisation : un exercice très particulier, très violent, très utile. Il se plante devant un mur, à deux trois mètres de celui-ci, et il demande à un ou deux coéquipiers auxquels il tourne le dos, de frapper très fort et sous tous les angles contre le mur. Ainsi Yachine travaille-t-il ses réflexes et sa détente sur des tirs qu'il ne voit pas partir. Sa morphologie seule explique son style, son jeu et son comportement sur le terrain : avec ses bras et ses jambes qui n'en finissent pas et que rend plus long encore son équipement tout noir, avec ses mains de géant, avec sa détente de chat, il est presque imbattable sur les balles aériennes. Mais chose exceptionnelle chez un gardien de haute taille, il est d'une grande souplesse, il se montre très habile à détourner les balles à ras de terre, grâce à une souplesse de reins hors du commun. Son placement sur les tirs adverses est si imprévu, si naturel qu'il semble attirer le ballon. Sa présence paraît d'ailleurs paralyser les attaquants adverses. 
 
Tout cela, ce sont les qualités de l'homme qui évolue sur sa ligne de but. Mais où Yachine devient encore plus extraordinaire, c'est lorsque le danger s'éloigne. Alors, il quitte sa cage et sa surface de jeu pour vagabonder dans la surface de réparation jusqu'à la limite des 18 yards et même au-delà. Il se tient alors toujours prêt à remplir le rôle d'arrière supplémentaire, car il est habile à contrôler ou à renvoyer les passes en profondeur que tenterait l'équipe opposée. Yachine sait aussi relancer la contre-attaque (comme le faisait Julien Darui) par son placement et ses dégagements à la main, d'autant plus dangereux qu'ils sont déclenchés instantanément. Comme on le voit, le registre technique et tactique du gardien soviétique est très riche. C'est ce qui lui a permis d'atteindre les sommets.

Fiche joueur

Nom: LEV YACHINE
 
Nationalité : soviétique.
 
Né le : 22 octobre 1929, à Moscou (RUS). 
 
Décédé le : 21 mars 1990, à Moscou (RUS).
1,85m ; 83 kg. 
 
Poste : gardien. 
 
Clubs : Usine de Touchino (1945-1949) et Dynamo Moscou (1949-1970). Palmarès : Championnat d'Europe des nations 1960 ; médaille d'or aux JO 1956 ; Championnat d'URSS 1954, 1955, 1957, 1959 et 1963 ; Coupe d'URSS 1953, 1967 et 1970.
 
Bilan en phase finale de Coupe du monde : 4 participations, 13 matches, 18 buts encaissés (1958-1970).
 
Bilan en équipe d’URSS : 79 sélections A (1954-1967). 
 
Palmarès Ballon d'Or : vainqueur en 1963.

Classement Ballon d'Or 1963

1. Yachine (URSS, Dynamo Moscou), 73 points. 
 
2. Rivera (Italie, Milan AC), 56 pts. 
 
3. Greaves (Angleterre, Tottenham), 51 pts. 
 
4. Law (Ecosse, Manchester United), 45 pts. 
 
5. Eusebio (Portugal, Benfica), 19 pts. 
 
6. Schnellinger (RFA, Mantoue), 16 pts. 
 
7. Seeler (RFA, Hambourg), 9 pts. 
 
8. Suarez (Espagne, Inter Milan), Trapattoni (Italie, Milan AC), B. Charlton (Angleterre, Manchester United), 5 pts. 
 
11. Altafini (Italie-Brésil, Milan AC), 4 pts. 
 
12. Sivori (Italie-Argentine, Juventus Turin), Masopust (Tchécoslovaquie, Dukla Prague), Albert (Hongrie, Ferencvaros), Bild (Suède, Norrköping), Van Himst (Belgique, Anderlecht), 3 pts. 
 
17. Herbin (France, Saint-Etienne), C. Maldini (Italie, Milan AC), Sandor (Hongrie, MTK Budapest), Jurion (Belgique, Anderlecht), 2 pts.
 
21. Kaiser (RDA, Motor Iena), Johansson (Suède, Norrköping), Metin (Turquie, Galatasaray), Pluskal (Tchécoslovaquie, Dukla Prague), Coluna (Portugal, Benfica), 1 pt.
Réagissez à cet article
500 caractères max