platini (michel) (P.Caron/L'Equipe)
Palmarès Ballon d'Or

1985 - Michel Platini

Un triplé historique

Longtemps, le Ballon d'Or ne fut pas la tasse de thé des Français. Il y avait eu Raymond Kopa et, derrière lui, il n'y avait personne. A se demander si, un jour, viendrait un artiste capable de donner son nom à une époque, à un style. Alors, naquit Platini. Son Ballon d'Or 1983 récompensait son avènement au plus haut niveau. Son Ballon d'Or 1984 saluait l'un des plus grands champions de son temps, tous sports confondus. Son Ballon d'Or 1985, lui, représentait un exploit fabuleux puisque jamais encore un footballeur n'avait réussi ce triplé concentré en trois votes, celui de Johan Cruyff s'étant étalé de 1971 à 1974. Ainsi, Michel Platini devint le Ballon d'Or le plus lourd et le plus brillant de tous les temps. Relégué à 56 points, son dauphin ne fut jamais en mesure de concurrencer le roi Soleil.

Tout l'art de savoir répondre présent

Michel Platini n'a cessé, tout au long de l'année, de promener son talent incomparable entre l'Italie et la France, changeant de maillot mais non de personnalité sportive et humaine. Chaque saison qui passe lui permet d'enrichir son palmarès et de charger un peu plus lourdement une carte de visite déjà richement garnie. En 1985, deux lignes ont donc été ajoutées avec la double conquête de la Coupe d'Europe des clubs champions et de la Coupe du monde des clubs.
 
Pour ce qui concerne la première, qui lui a permis sur le plan français de rejoindre dans l'histoire le seul Raymond Kopa, madrilène, on n'aura guère le cœur et le mauvais goût d'insister lourdement sur les souvenirs tragiques d'une finale ratée que Michel Platini et ses coéquipiers de la Juventus rêvent sans doute d'oublier et de faire oublier.
 
Le fait est là cependant : patiemment, calmement, obstinément, Platini construit pierre à pierre (précieuse) un palmarès qui le situe désormais parmi les plus grands joueurs de l'histoire mondiale : il ne lui manque plus que la Coupe du monde pour rejoindre et même dépasser un Beckenbauer, un Bobby Charlton et aussi un Cabrini, un Scirea, un Tardelli (ses copains italiens) qui demeurent les footballeurs aux cent couronnes.
 
Cela, c'est la vitrine aux décorations. Reste le jeu et le joueur lui-même qui nous semble avoir acquis en cette année 1985 une force de caractère, un surcroît de personnalité, une puissance de rayonnement, mis en évidence sur le terrain avec la Juventus comme avec l'équipe de France, mais aussi hors du terrain dans une vie de star et de businessman qu'il n'est pas toujours facile de mener de pair avec celle d'un sportif en activité.
 
Platini numéro 10 a été plus que jamais le maître d'œuvre du jeu d'équipe, le baromètre dont les placements et les déplacements fluctuants indiquaient et soulignaient la tendance défensive ou offensive de l'ensemble. C'est dire quelle importance tactique tient ce technicien décathlonien dont la vision périphérique et la frappe de balle peuvent et savent à loisir raccourcir ou allonger les passes et le jeu, selon les espaces libérés par l'adversaire et les options choisies.
 
Quant au buteur, il n'a guère faibli lui non plus au cours des douze derniers mois. Pour la troisième fois de suite, roi des canonniers italiens avec 18 buts en 30 matches (sur les 36 marqués par la Juventus, soit 50 %), Platini fut aussi et surtout le Monsieur 100 % d'un France-Yougoslavie décisif où il fit, une fois de plus, sur la transformation d'un coup franc, un cours magistral, balle au pied. Ses talents de marqueur de buts tricolore retrouvèrent ainsi au très bon moment toute son efficacité.
 
Il y a d'ailleurs là un aspect du Platini 1985 à souligner. C'est son opportunisme, son art de répondre présent à tous les grands rendez-vous qui s'offrent à lui ou qu'il s'est fixés.

Fiche joueur

Nom: MICHEL PLATINI
 
Nationalité : Française. 
 
Né le : 21 juin 1955, à Joeuf (Meurthe-et-Moselle). 
1,79m ; 73 kg. 
 
Poste : milieu. 
 
Clubs : AS Joeuf (1966-1972), Nancy (1972-1979), Saint-Etienne (1979-1982) et Juventus Turin (1982-1987). Palmarès de joueur : Championnat d'Europe des nations 1984 ; Coupe intercontinentale des nations 1985 ; Coupe intercontinentale des clubs 1985 ; Supercoupe d'Europe 1984 ; Coupe des champions 1985 ; Coupe des Coupes 1984 ; Championnat de France 1981 ; Championnat d'Italie 1984 et 1986 ; Coupe de France 1978 ; Coupe d'Italie 1983 ; meilleur buteur de l'Euro 1984 (9 buts) ; meilleur buteur du Championnat d'Italie 1983 (16), 1984 (20) et 1985 (18). 
 
Bilan en équipe de France : 72 sélections A, 41 buts (1976-1987).
 
Bilan en phase finale de Coupe du monde : 3 participations (3e en 1986 ; 4e en 1982), 14 matches, 5 buts (1978-1986).
 
Palmarès Ballon d'Or : vainqueur en 1983, 1984 et 1985 (3e en 1977 et 1980). 
 
Carrière d'entraîneur : France A (novembre 1988-juillet 1992).

Classement Ballon d'Or 1985

1. Platini (France, Juventus Turin), 127 points. 
 
2. Elkjaer-Larsen (Danemark, Hellas Vérone), 71 pts. 
 
3. Schuster (RFA, FC Barcelone), 46 pts. 
 
4. M. Laudrup (Danemark, Juventus Turin), 14 pts. 
 
5. K.-H. Rummenigge (RFA, Inter Milan), 13 pts. 
 
6. Boniek (Pologne, AS Roma), 12 pts. 
 
7. Protassov (URSS, Dniepropetrovsk), 10 pts. 8. Briegel (RFA, Hellas Vérone), 9 pts. 
 
9. Dassaev (URSS, Spartak Moscou), Robson (Angleterre, Manchester United), 8 pts. 
 
11. Völler (RFA, Werder Brême), 7 pts. 
 
12. Fernandez (France, Paris-SG), Lerby (Danemark, Bayern Munich), 6 pts.
 
14. Rush (Galles, Liverpool), Gordillo (Espagne, Real Madrid), 5 pts. 
 
16. Butragueno (Espagne, Real Madrid), Gomes (Portugal, FC Porto), 4 pts.
 
18. Southall (Galles, Everton), Sivebaek (Danemark, Vejle), Schumacher (RFA, Cologne), 3 pts.
 
21. Reid (Angleterre, Everton), Jennings (Irlande du Nord, Tottenham), Detari (Hongrie, Honved), Halilhodzic (Yougoslavie, Nantes), Giresse (France, Bordeaux), Shilton (Angleterre, Southampton), Souness (Ecosse, Sampdoria Gênes), Nyilasi (Hongrie, Austria Vienne), 2 pts.
 
29. Thom (RDA, Dynamo Berlin), Prohaska (Autriche, Austria Vienne), Dimitrov (Bulgarie, CSKA Sofia), Ceulemans (Belgique, Bruges), Hagi (Roumanie, Sportul Bucarest), Demianenko (URSS, Dynamo Kiev), Hateley (Angleterre, Milan AC), Archibald (Ecosse, FC Barcelone), Vizek (Tchécoslovaquie, Dukla Prague), Stevens (Angleterre, Everton), 1 pt.
Réagissez à cet article
500 caractères max