ernault (gerard) ronaldo (L'Equipe)
Palmarès Ballon d'Or

Ronaldo, premier Brésilien couronné

Palmarès Ballon d'Or

Ronaldo, premier Brésilien couronné

Sans vouloir vexer ses concurrents, il n'y a pas eu de match pour l'attribution du quarante-deuxième Ballon d'Or France Football, tellement Luis Nazario de Lima, dit Ronaldo, son vainqueur, a plané de bout en bout sur le scrutin. La consultation a tourné au plébiscite. Trois autres tendances se dégageaient du scrutin 1997 :
 
1. Ronaldo fut le premier vainqueur brésilien du trophée. Après l'Afrique et Weah en 1995, année coïncidant avec sa « mondialisation », le Ballon d'Or prit, cette fois, le chemin de l'Amérique du Sud.
 
2. Le crack brésilien devenait également le vainqueur le plus jeune jamais distingué. Né le 22 septembre 1976, il accusait tout juste vingt et un ans. Le précédent recordman se nommait George Best, vingt-deux ans et des poussières (1968). Pour sa part, Eusebio comptait vingt-trois ans quand il décrocha le cocotier (1965).
 
3. Après une année de transition, où le jury le confia à un défenseur, Matthias Sammer en l'occurrence, Ronaldo récupéra le bébé au nom de l'attaque et des attaquants. La supériorité exprimée par Ronaldo fut la plus nette, la plus large qui soit depuis 1956. Deux cent vingt-deux points au compteur, cent cinquante points d'avance sur le deuxième, c'était de l'inédit. Vainqueur de la Copa America, de la Coupe des Coupes, de la Coupe du Roi, meilleur buteur de la Liga, objet du «transfert du siècle» du FC Barcelone à l'Inter Milan (180 millions de francs), auteur de séquences de jeu ou de gestes proprement fabuleux, très fair-play, le Brésilien correspondait à merveille aux exigences de la charte du Ballon d'Or même si, pour certains jurés, la jeunesse peut toujours patienter.

Le fils de Pelé

Pelé, Maradona. Les deux plus forts joueurs de l'histoire du football, les deux seuls sans doute qui, au même âge que Ronaldo, à peine vingt et un ans, étaient déjà, comme lui aujourd'hui, les meilleurs du monde. Voilà les références qui viennent à l'esprit quand on évoque le prodige brésilien.
 
Comme ses deux aînés, Ronaldo a démontré une précocité exceptionnelle. Il a joué au niveau professionnel avant l'âge de seize ans. Par ses origines, son apparence physique, il s'apparente beaucoup plus à son compatriote qu'au crack argentin. Les comparaisons trop précises seraient cependant dangereuses, car le football a beaucoup changé et la carrière de Ronaldo commence, alors que l'on peut juger les deux autres sur l'ensemble de leur ouvre. Le nouveau Ballon d'Or n'a pas eu la chance de son compatriote, lancé par Feola au milieu de la Coupe du monde 1958 pour améliorer la force offensive d'un Brésil jusque-là poussif, et qui s'envola dès la constitution du duo d'attaquants centraux Vava-Pelé. Ronaldo était présent aux Etats-Unis, pour un Mondial où les Brésiliens, malgré leur victoire, auraient pu améliorer leur rendement. Mais c'était au milieu qu'ils avaient un petit problème.
 
Devant, le tandem Bebeto-Romario tournait dans l'huile. Avant d'exploser à Barcelone puis à l'Inter, Ronaldo s'est rodé aux Pays-Bas, dans un Championnat moins relevé, mais au sein d'une bonne équipe, celle du PSV Eindhoven. Avec ce bagage, en tout cas, il explosa en quelques semaines dans le médiatisé Championnat espagnol. Comme Pelé, Ronaldo est un joueur futuriste. Son atout, c'est sa vitesse. Vitesse de course, mais aussi de pensée et de décision dans ses dribbles, ses crochets, ses changements de direction. Une fois qu'il s'est retourné et qu'il a réussi à se lancer, il pose un problème pratiquement insoluble à la défense. Il en a toujours sous le pied, comme s'il disposait d'un booster, et sa tonicité musculaire, son équilibre lui assurent un énorme pourcentage de contres favorables face à des rivaux souvent en déséquilibre. Il y a une filiation évidente entre les buts de Ronaldo après des raids de 40 ou 50 mètres dans les défenses espagnoles, ceux de Pelé qu'on put admirer en exergue d'un film réalisé il y a un quart de siècle et intitulé les Géants du Brésil, ou ceux de Maradona contre l'Angleterre et la Belgique lors du Mundial de 1986.
 
Cependant, Ronaldo ne peut se réduire à un perceur de défense qui court plus vite que les autres balle au pied. Il est un attaquant plus complet qu'il n'en a l'air. Ses contrôles sont irréprochables. Sa frappe de balle s'avère très performante. Sa technique est plus sobre que celles de Pelé ou de Maradona, signe des temps et peut-être d'une arrivée plus précoce en Europe où le jeu est plus dépouillé.

Fiche joueur

Nom: RONALDO - LUIS NAZARIO DE LIMA
 
Nationalité : brésilienne. 
 
Né le : 22 septembre 1976, à Rio de Janeiro (BRE).
1,83m ; 82 kg.
 
Poste : attaquant.
 
Clubs : Social Ramos Club de Bento Ribeiro (1990-1991), Sao Cristovao de Rio de Janeiro (1991-1993), Cruzeiro Belo Horizonte (1993-1994), PSV Eindhoven (1994-1996), FC Barcelone (1996-1997), Inter Milan (1997-2002) et Real Madrid (depuis 2002). 
 
Palmarès : Coupe du monde 1994 (sans jouer) et 2002 ; Copa America 1997 et 1999 ; Coupe des Confédérations 1997 ; Coupe intercontinentale des clubs 2002 ; Coupe des Coupes 1997 ; Coupe de l'UEFA 1998 ; Championnat d’Espagne 2003 ; Coupe des Pays-Bas 1996 ; Supercoupe d’Espagne 1996 et 2003 ; meilleur buteur du Mondial 2002 (8 buts) ; meilleur buteur du Championnat des Pays-Bas 1995 (30) ; meilleur buteur du Championnat d'Espagne 1997 (34) et 2004 (24).
 
Bilan en équipe du Brésil : 85 sélections A, 56 buts (1994-2004). 
 
Bilan en phase finale de Coupe du monde : 
3 participations (1er en 1994 et 2002 ; 2e 1998), 14 matches, 12 buts (1994-2002). 
 
Palmarès Ballon d’Or : vainqueur en 1997 et 2002 (2e en 1996 ; 3e en 1998).

Classement Ballon d'Or 1997

1. Ronaldo (Brésil, Inter Milan), 222 points. 
 
2. Mijatovic (Yougoslavie, Real Madrid), 72 pts. 
 
3. Zidane (France, Juventus Turin), 63 pts. 
 
4. Bergkamp (Pays-Bas, Arsenal), 53 pts.
 
5. Roberto Carlos (Brésil, Real Madrid), 47 pts.
 
6. Möller (Allemagne, Borussia Dortmund), 40 pts. 
 
7. Raul (Espagne, Real Madrid), 35 pts.
 
8. Schmeichel (Danemark, Manchester United), 19 pts. 
 
9. Kohler (Allemagne, Borussia Dortmund), 17 pts.
 
10. Sammer (Allemagne, Borussia Dortmund), Vieri (Italie, Atletico Madrid), 16 pts. 
 
12. Y. Djorkaeff (France, Inter Milan), 15 pts.
 
13. Luis Enrique (Espagne, FC Barcelone), 14 pts.
 
14. Figo (Portugal, FC Barcelone), 12 pts.
 
15. Balakov (Bulgarie, Stuttgart), Zola (Italie, Chelsea), 11 pts. 
 
17. Deschamps (France, Juventus Turin), Seedorf (Pays-Bas, Real Madrid), 10 pts.
 
19. Beckham (Angleterre, Manchester United), Del Piero (Italie, Juventus Turin), Shearer (Angleterre, Newcastle), 9 pts.
 
22. Hierro (Espagne, Real Madrid), 8 pts.
 
23. Batistuta (Argentine, Fiorentina), 7 pts. 24. Thon (Allemagne, Schalke 04), 6 pts.
 
25. Juninho (Brésil, Atletico Madrid), Paulo Sousa (Portugal, Borussia Dortmund), Thuram (France, Parme), 5 pts.
 
28. Giggs (Galles, Manchester United), 4 pts. 
 
29. Bierhoff (Allemagne, Udinese), Peruzzi (Italie, Juventus Turin), Rai (Brésil, Paris-SG), 3 pts. 
 
32. Ikpeba (Nigeria, Monaco), 2 pts.
 
33. L. Blanc (France, Marseille), Ferrara (Italie, Juventus Turin), Rivaldo (Brésil, FC Barcelone), Skammelsrud (Norvège, Rosenborg Trondheim), 1 pt.
Réagissez à cet article
500 caractères max