iniesta (andres) messi (lionel) xavi (L'Equipe)
Palmarès Ballon d'Or

Et un doublé pour Messi

Palmarès Ballon d'Or

Et un doublé pour Messi

Parmi les 426 jurés qui participèrent à l'élection du premier FIFA Ballon d'Or /France Football/ 2010 (136 sélectionneurs, 136 joueurs et 154 journalistes), 114 placèrent Lionel Messi en tête de leur classement, soit 26,7 % du total des votants. Par rapport aux trois années précédentes, où le vainqueur avait fait quasiment l'unanimité (90 premières places sur 96 pour Messi en 2009, 77 sur 96 pour Cristiano Ronaldo en 2008, 78 sur 96 pour Kaká en 2007) et largement devancé son second, l'élection de l'attaquant argentin du Barça fut donc moins nette. Il devint néanmoins le premier joueur à se succéder au palmarès depuis Marco van Basten, double vainqueur en 1988 et 1989. Quatre autres vainqueurs précédents avaient réussi une pareille performance dans l'histoire : Johan Cruyff (1973 et 1974), Kevin Keegan (1978 et 1979), Karl-Heinz Rummenigge (1980 et 1981) et Michel Platini (1983, 1984 et 1985), lequel restait le seul à avoir remporté trois Ballons d'Or consécutifs. Pour Messi, apparu pour la première fois dans un classement il y a quatre ans, c'était aussi une façon de s'inscrire dans la continuité, d'affirmer un peu plus sa progression et d'asseoir sa domination sur la planète foot : 20e en 2006, 3e en 2007, 2e en 2008 et 1er en 2009.

L'art de déstabiliser

Avec lui, tout va plus vite. Le jeu, la course, les changements de direction, le dribble, le déclenchement de la passe ou de la frappe, la prise de décision. Son explosivité et sa vitesse de démarrage dévastatrice lui permettent de créer instantanément des différences, de s'offrir de l'espace et du temps, et donc d'avoir davantage d'options pour pouvoir faire ensuite le bon choix et déséquilibrer l'adversaire d'une manière oud'une autre: provoquer, éliminer, donner ou tirer. Mais c'est surtout sa capacité d'accélérer et de réaccélérer sur le même tempo, associée à sa faculté de garder le ballon toujours près du pied et de pouvoir ainsi changer d'idée au cours de la même action, qui impressionne le plus et le rende aussi imprévisible, aussi déstabilisant, aussi dur à contrôler pour les défenseurs. Qu'il parte de loin, sur un côté comme dans l'axe, ou qu'il soit plus près du but. Il a beau dire: «Ce que moi je fais n'est pas compliqué, ce qui est difficile, c'est ce que font Xavi et Iniesta», il est plus costaud et plus résistant qu'il n'en a l'air, il sait répéter les courses et les appels, et il garde toujours suffisamment de lucidité pour être efficace dans les vingt derniers mètres. Dans une équipe où la passe constitue l'ingrédient fondamental, le carburant vital et le dénominateur commun pour pouvoir parler le même langage, préserver son identité de jeu et toujours avoir une possession de balle d'au moins 60 %, son talent de finisseur offre au Barça une valeur ajoutée inestimable. Messi ne possède pourtant pas une frappe de balle surpuissante et il préfère souvent privilégier la précision, la finesse, le bon dosage et l'effet donné au ballon. Mais, pour venir faire la différence devant le but et contourner le manque d'espace dans l'axe, son registre est idéal.

Classement Ballon d'Or 2010

 
1. MESSI (Argentine-Barcelone), 22,65 %. 
 
2. INIESTA (Espagne-Barcelone), 17,36 %. 
 
3. XAVI (Espagne-Barcelone), 16,48 %. 
 
4. SNEIJDER (Pays-Bas-Inter Milan), 14,48 %. 
 
5. FORLAN (Uruguay-Atletico Madrid), 7,61 %. 
 
6. CRISTIANO RONALDO (Portugal-Real Madrid), 3,92 %. 
 
7. CASILLAS (Espagne-Real Madrid), 2,9 %. 
 
8. VILLA (Espagne-Barcelone), 2,25 %. 
 
9. DROGBA (Cote d'Ivoire-Chelsea), 1,68 %. 
 
10. XABI ALONSO (Espagne-Real Madrid), 1,52 %. 
 
11. PUYOL (Espagne-Barcelone), 1,43 %. 
 
12. ETO'O (Cameroun-Inter Milan), 1,37 %. 
 
13. ÖZIL (Allemagne-Real Madrid), 1,21 %. 
 
14. ROBBEN (Pays-Bas-Bayern Munich), 1,16 %. 
 
15. MÜLLER (Allemagne-Bayern Munich), 0,91 %. 
 
16. SCHWEINSTEIGER (Allemagne-Bayern Munich), 0,75 %. 
 
17. MAICON (Brésil-Inter Milan), 0,57 %. 
 
18. GYAN (Ghana-Sunderland), 0,46 %. 
 
19. JULIO CÉSAR (Brésil-Inter Milan), FABREGAS (Espagne-Arsenal), 0,22 %. 
 
21. KLOSE (Allemagne-Bayern Munich), 0,19 % . 
 
22. DANIEL ALVES (Brésil-Barcelone), LAHM (Allemagne-Bayern Munich), 0,05 %. 
Réagissez à cet article
500 caractères max