trivino (david) jurietti (franck) fanzel (david) (L'Equipe)
Rétro

26/08/1995 : Gueugnon enfin victorieux en D1

Comme chaque semaine, FF.fr vous propose de jeter un coup d'oeil dans le rétro. Cette semaine, retour en août 1995, lorsque Gueugnon prend ses premiers trois points en D1.

Quand débute la saison 1995-96, il n'est pas un observateur averti qui donne cher des chances du FC Gueugnon, fraîchement promu, de se maintenir. En 1979, déjà, le club de Saône-et-Loire avait sportivement validé son ticket pour l'élite mais ses dirigeants avaient refusé le professionnalisme, condamnant le club, qui ne bénéficia pas d'une dérogation, à végéter en D2. Mais au printemps 1995, le FCG termine troisième à l'issue du quarante-deuxième match (contre le Red Star) d'un véritable marathon. Un bonheur exceptionnel et pas forcément programmé pour les Forgerons et leur entraîneur Roland Gransart, passé par le banc de l'OM puis de Bastia. Gueugnon, c'est, pour beaucoup, le club qui «s'entraîne à deux pas des célèbres bœufs charolais», plaisante Gransart. Le FCG, qui s'appuie sur des cadres tels qu'Ali Boumnijel, Franck Jurietti, David Fanzel et Amara Traoré, a recruté le Franco-Centrafricain Pounewatchy et le Roumain Dican pour être digne de la D1. Après cinq journées, Gueugnon végète pourtant à la dix-neuvième place et ne compte que deux points (deux nuls à domicile face à Metz et Martigues), ayant déjà plongé contre Auxerre (0-4), Nice (1-3) et le PSG (1-3).

À un point du salut

À Nice, Clément Garcia a inscrit le premier but bourguignon parmi l'élite. Une semaine plus tard, David Fanzel a, lui, marqué le premier but à domicile, face au PSG. Maigre bilan, avant un déplacement délicat à Bastia, pour le compte de la 6e journée. Ce samedi soir, à Furiani, la première période est insipide : 0-0. À la 65e, Laurent Ciechelski allume une première fusée de vingt mètres : 1-0 pour Gueugnon ! Moins d'un quart d'heure plus tard, les Forgerons profitent d'une passe en retrait mal ajustée de William pour doubler la mise. Comme un symbole, c'est David Trivino, le fils d'Antoine, le grand buteur du FCG des années 70, qui offre le break (78e), avant qu'Anziani ne réduise la marque. Trop tard : Gueugnon remporte sa première victoire dans l'élite (2-1) et quitte la zone rouge. Les hommes de Gransart ont enfin démontré qu'ils avaient le niveau. Mais ce n'est qu'une brève éclaircie. Gueugnon retrouve vite sa condition de relégable. Pour ne plus y échapper : malgré des victoires face à Rennes (1-0) et à Metz (2-1) lors des deux dernières journées, Gueugnon, dix-huitième, manque le maintien d'un rien, un seul point le séparant de Lille. Il plonge ainsi en D2 avec Saint-Étienne et Martigues, monté aussi l'été précédent. Par la suite, le FCG ne goûtera plus à la L1, mais se consolera en remportant la Coupe de la Ligue aux dépens du PSG (2-0) en 2000. Plombé économiquement, le club a ensuite sombré, évoluant depuis 2013 en CFA 2, mais rêve toujours de retrouver une place de choix dans le paysage du foot français.
Frank Simon
Réagissez à cet article
500 caractères max