(E.Garnier/L'Equipe)
Ligue 1 - OM

4-4-2, jeunesse, pressing... Rudi Garcia a-t-il trouvé la bonne formule pour l'OM ?

Rudi Garcia a dérogé à ses habitudes face à Amiens ce samedi (2-0). L'entraîneur olympien a aligné un 4-4-2 avec le duo Germain-Balotelli devant. Le test s'est avéré particulièrement concluant. Au-delà du résultat, Marseille a réalisé son meilleur match offensivement dans le contenu.

Enfin ! Tout Marseille l'appelait de ses voeux ! Le peuple réclamait une attaque à deux à l'OM, encore plus avec l'arrivée de Mario Balotelli et sa complémentarité supposée avec Valère Germain. Après avoir tenté l'association dès la mi-temps à Dijon la semaine dernière (2-1) avec un résultat plutôt prometteur, Rudi Garcia a sauté le pas d'entrée de jeu face à Amiens. Sur le papier, une composition d'équipe très audacieuse avec le duo Morgan Sanson - Maxime Lopez à la récupération, Florian Thauvin et Lucas Ocampos pour animer les ailes, et donc un tandem franco-italien devant.

Lire aussi : convaincant face à Amiens, l'OM enchaîne un troisième succès
Un pressing dantesque, un jeu séduisant
Dès le début de la rencontre, les Olympiens ont montré beaucoup d'enthousiasme sur le terrain. On avait jamais vu un pressing aussi haut et coordonné à l'OM cette saison. Les locaux ont harcelé sans cesse le porteur de balle amiénois. Le premier but est une illustration parfaite de cette philosophie de jeu. Krafth est dépossédé du ballon à 40 mètres de son but par une prise à deux exercée par Sanson et Kamara. Derrière la transition offensive est extrêmement rapide avec Balotelli en relais, Lopez à la dernière passe et Thauvin à la finition.

L'OM a été conquérant en cherchant toujours à produire du jeu en mouvement. À la baguette, le duo Sanson-Lopez a eu une énorme activité, tout en étant juste techniquement. Sur les côtés, Ocampos et Thauvin ont été des poisons pour la défense adverse. Les deux ont pris un malin plaisir à permuter pour brouiller les pistes, bien relayés par un Jordan Amavi particulièrement en jambes. Habituellement cantonné à son coté droit, Florian Thauvin a ouvert le score en position de milieu gauche. Mais celui qui a clairement tout changé à l'OM est incontestablement Mario Balotelli. La recrue a dynamisé une équipe moribonde. Plein d'envie, l'attaquant a beaucoup décroché en faisant étalage de toute sa qualité technique. Il a également quasiment inventé un but à lui seul en enchaînant un contrôle et une frappe en pivot sur un long ballon a priori anodin. On a aussi vu beaucoup de communication entre les Marseillais. Et énormément de complicité aussi, surtout entre Balotelli et Thauvin. Des sourires, de la joie, du jeu, des buts, un scénario parfait pour l'OM.

Et maintenant ?

L'OM est sur une série de trois victoires consécutives, une première depuis janvier 2018. Des rencontres gagnées avec des jeunes, comme en charnière centrale (Caleta-Car et Kamara) et au milieu (Sanson et Lopez). Des matches remportés avec un dispositif ambitieux en 4-4-2 contre des adversaires moyens. Malgré les succès, l'OM a laissé des espaces derrière. Amiens n'a pas réussi à punir les quelques errements défensifs olympiens, mais une formation plus huppée pourrait le faire. Cette animation fonctionnera-t-elle dans un contexte plus défavorable à l'extérieur contre une équipe de la première moitié de tableau ? Quid également du retour des cadres ? Adil Rami, Luiz Gustavo, Kevin Strootman et Dimitri Payet sont désormais disponibles. Peut-on laisser des joueurs avec un tel statut sur le banc ? Des problèmes de riches auxquels Rudi Garcia doit faire face. Nul doute qu'il ne s'en plaindra pas.
Mehdi Elouar
Réagissez à cet article
500 caractères max
Pelao78 17 févr. à 7:51

En même temps ça pouvait pas être pire

kikou45 16 févr. à 20:09

C'est reparti pour l'OM ...le meilleur reste a venir ...

voir toutes les réactions