Ligue 1

6e journée de Ligue 1 : l'équipe type de France Football

Cette semaine le onze type du Championnat de France est emmené par quatre Angevins. A leurs côtés, deux Stéphanois, un Guingampais, un Lyonnais et d'autres joueurs ont brillé sur les pelouses de Ligue 1.

Les notes

Cédric Carrasso (Bordeaux) : 8*

Christophe Jallet (Lyon) : 6*
Florentin Pogba (Saint-Etienne) : 7*
Romain Thomas (Angers) : 8*
Pierre-Yves Polomat (Saint-Etienne) : 6*

Romain Saïss (Angers) : 8*

Julien Féret (Caen) : 7*
Thomas Mangani (Angers) : 8*
Abdoul Razzagui Camara (Angers) : 8*

Jimmy Briand (Guingamp) : 8*
Nicolas De Préville (Reims) : 7*

Le zoom : Carrasso a dégoûté Doumbia et Toulouse

Allez, on ose, et on ne prend pas vraiment de risque : dimanche après-midi, dans le derby de la Garonne entre Bordeaux et Toulouse (1-1), Cédric Carrasso a réalisé l’une des plus belles prestations de sa carrière longue de 312 matches en Ligue 1. Le portier girondin a maintenu son équipe en vie et a été récompensé lorsqu’Enzo Crivelli a égalisé à l’entrée des arrêts de jeu devant un Goicoechea dépassé, et qui avait pourtant, lui aussi, réalisé une belle partie.

Mais Carrasso a été exceptionnel. Tongo Doumbia peut témoigner. Le milieu toulousain s’est présenté à trois reprises devant les buts bordelais, et s’est heurté à chaque fois à Cédric Carrasso. D’abord en un contre un, lorsque le Malien partait seul au but (52e), puis un autre face à face dix minutes plus tard, quand Doumbia était judicieusement décalé par Braithwaite suite à un très beau mouvement collectif. Carrasso anticipait parfaitement (63e). Enfin, à quatre minutes de la fin, c’est de nouveau Martin Braithwaite qui partait en contre et qui servait encore Doumbia sur un plateau. Mais à six mètres du but, le Toulousain voyait une nouvelle fois sa frappe repoussée par Carrasso. Crivelli égalisait deux minutes plus tard.
Quoiqu’on en dise, Cédric Carrasso est encore capable de faire gagner des points à son équipe et il est un des plus réguliers de l’élite. Dimanche, il a fait preuve d’un mental à toute épreuve après son match très difficile à Paris lors de la journée précédente où sa responsabilité était engagée sur le premier but parisien.

Le gardien international (1 sélection) a prouvé qu’il a largement le niveau de la Ligue 1, et que le voir éjecté de l’équipe de France n’est pas forcément très mérité. Entre Ruffier, Costil et lui, l’écart est infime pour le poste de troisième gardien derrière Lloris et Mandanda. Mais depuis l’arrivée de Didier Deschamps comme sélectionneur, la vie de l’équipe de France se fait sans lui. Sûr qu’à 33 ans, il n’a jamais abandonné l’idée de faire son retour à Clairefontaine un jour.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :