jullien (christopher) (L'Equipe)
Ligue 2 - 9e journée

9e journée de Ligue 2 : l'équipe type de France Football

Deux joueurs du Nîmes Olympique, deux de l'AC Ajaccio, un Christopher Jullien en grande forme... Voici le onze type de la 9e journée de Ligue 2.

Les notes

Paul Delecroix (Niort) : 7*

Fabien Barrillon (Nîmes) : 7* 
Christopher Jullien (Dijon) : 8*
Zakaria Diallo (AC Ajaccio) : 7*

Frédéric Sammaritano (Dijon) : 7*
Laurent Agouazi (Tours) : 7*
Gustavo Campanharo (Evian) : 7*
Florent Mollet (Créteil) : 7*

Julien Toudic (AC Ajaccio) : 7*
Famara Diedhiou (Clermont) : 7*
Steve Mounié (Nîmes) : 7*

Le zoom : Jullien, un homme de tête

Il y a quelques semaines, le coach dijonnais Olivier Dall'Oglio s'étonnait presque de voir son équipe aussi à l'aise sur coups de pied arrêtés offensifs. «Ça change de la saison dernière, et ça nous donne une arme supplémentaire» se réjouissait-il. Restés à quai en fin de saison, les Bourguignons auraient sans doute accroché le bon wagon s'ils avaient pu compter sur pareil savoir-faire pour débloquer certains matches cadenassés qui les ont enfermés dans cette L2 une année supplémentaire. Au total, Dijon avait inscrit 6 de ses 44 buts sur coups de pied arrêtés (3 pénos, 2 coups francs et 1 corner). Ils en ont mis autant en seulement 9 matches cet été, dont un seul penalty ! Si l'apport de Fred Sammaritano est incontestablement un plus au départ, celui de Christophe Jullien l'est également à l'arrivée, puisque le défenseur central a inscrit cinq buts depuis le début de saison, tous inscrits de la tête, tous sur coups de pied arrêtés... tous délivrés par Sammaritano ! S'ils sont passés tous deux par Auxerre, où Jullien a été formé, ces deux-là n'avaient fait que se croiser, et ont attendu cette saison pour se découvrir une relation privilégiée un peu plus au Nord de la Bourgogne.

Perdu à Fribourg après le titre mondial en U20

Dijon n'a qu'à se réjouir de la complicité de ce duo à la Laurel et Hardy (Sammaritano fait 1m62, Jullien 1m95) qui ne fait franchement pas marrer les défenses adverses. Dall'Oglio a eu du nez en rapatriant le Français de Fribourg, où il était allé se perdre après son titre de champion du monde U20 décroché il y a deux ans avec Pogba, Kondogbia, Digne et consorts. S'il n'avait pas joué une seule minute lors de la conquête en Turquie, Jullien sortait d'une saison garnie avec l'AJA, dont il avait porté le maillot à 25 reprises en Championnat, sans particulièrement briller sur le plan offensif. Il n'avait en effet inscrit que deux buts lors de cette saison 2012-13, dont un à Laval, déjà... Il a remis ça, en doublant la mise, vendredi dernier face aux Tangos, qu'il a fait valser à lui seul grâce à son doublé.
Il serait pourtant réducteur de le cantonner à ce rôle de joker offensif capable de dégripper le tableau d'affichage les soirs de mauvaise fortune pour le DFCO. Il est au moins aussi impressionnant (au propre comme au figuré) au cœur de la défense centrale, où il forme un duo très complémentaire avec son capitaine Cédric Varrault. Impérial dans ses interventions comme ses relances, Jullien est en train de prouver qu'il mérite plus d'égards de la part de Fribourg (0 match joué en Bundesliga) comme des clubs français. Contacté cet été pour un prêt, Brest lui avait ainsi fort peu élégamment refermé la porte au nez. Sûr que les Bretons le regrettent...
Arnaud Tulipier 
Réagissez à cet article
500 caractères max