draxler (julian) (P.Lahalle/L'Equipe)
Ligue 1 - 1re journée

À 9 contre 11, le PSG l'emporte à la 93e minute face au FC Metz

Que ce fut dur ! Avec une nouvelle expulsion (Abdou Diallo) et un Juan Bernat blessé dans les dernières minutes, le PSG a terminé la rencontre à 9 mais s'est arraché pour l'emporter à la 93e minute grâce à Julian Draxler ! Une première victoire de la saison qui ne va pas cacher une prestation souvent terne face aux Messins.

La leçon : Paris, une victoire en trompe-l'oeil ?

Trois matches. Une victoire à la 93e minute à 9 contre 11. Deux défaites. Un but marqué. Quatre cartons rouges. Le PSG a enfin décroché son premier succès de la saison ce mercredi soir face à Metz au bout d'une prestation où le déchet offensif a été bien trop énorme et où les questions vont encore être nombreuses. Trois jours après la défaite de l'OM et les incidents de la fin de partie, Paris devait une revanche face à une équipe de Metz défaite également deux fois lors de ses deux premiers matches. Il y a surtout cette fâcheuse impression que le PSG est en pleine phase de préparation. Comme si son équipe en avait besoin alors que Neymar, Leandro Paredes, Layvin Kurzawa (tous suspendus) et Kylian Mbappé (encore trop juste) étaient absents, Thomas Tuchel plaçait Presnel Kimpembe et Juan Bernat sur le banc pour préférer Abdou Diallo et Mitchel Bakker. Bien trop seul, Angel Di Maria se démenait énormément pour faire des différences. L'Argentin réalisait vraiment une belle performance mais ses coéquipiers ne transformaient pas ses offrandes. Exemples avec cette passe de l'ancien de MU pour Mauro Icardi (12e), Pablo Sarabia (13e) et, surtout, pour Julian Draxler qui ratait la plus grosse opportunité de la rencontre (39e). Tandis que le même Di Maria (8e), Ander Herrera (32e) et Idrissa Gueye (37e) s'essayaient à la frappe qui fuyait toujours autant le cadre. De l'autre côté, Keylor Navas, de retour dans les cages, était lui aussi solide.

Lire : Les décisions de la commission discipline après les incidents de PSG-OM
Le premier but de Draxler en Ligue 1 depuis le 28 octobre 2018.
Sans réelle solution offensive pour apporter davantage de folie, avec encore un Icardi bien trop discret, Thomas Tuchel lançait Bernat et Kimpembe sur un rythme de match amical, notamment après le repos. Pour ne rien arranger, Diallo était expulsé pour un second carton jaune (65e). La première opportunité parisienne de cette seconde période n'arrivait qu'à la 77e minute. Après un bon travail d'un Julian Draxler assez intéressant quand il était impliqué, Icardi était idéalement servi aux six mètres mais tirait sur Oukidja (77e). Même scénario une minute après avec Di Maria qui voyait encore le portier messin intervenir (79e). Et comme si Tuchel avait besoin de ça, Bernat sortait sur blessure à cinq minutes de la fin et le PSG terminait à neuf ! Entré en jeu, Youssef Maziz, le milieu messin, manquait une énorme occasion à l'entrée de la surface (90e+1). Le tournant. Car sans lâcher, et avec encore un Di Maria à l'origine, Julian Draxler crucifiait les Grenats à la 93e minute en étant bien placé après la première intervention d'Oukidja (1-0, 90e+3). Le premier but de Draxler en Ligue 1 depuis le 28 octobre 2018, c'était au Vélodrome. Une victoire qui va forcément faire du bien aux têtes parisiennes, mais qui ne doit pas masquer les carences du moment. Dimanche, lors d'un déplacement périlleux à Nice, Paris sera attendu avec un autre rythme et d'autres intentions de la première à la dernière minute.

Le gagnant : Di Maria, le rachat après le crachat

Son dossier, après son crachat de dimanche vers Alvaro Gonzalez, sera traité la semaine prochaine par la commission de discipline. Mais trois jours après la polémique, Angel Di Maria a répondu sur le terrain tel un patron. Conscient qu'il se devait de prendre le leadership technique sans les Neymar ou Kylian Mbappé, l'Argentin a été excellent. Très disponible, très juste dans ses transmissions, il était à l'origine des meilleurs mouvements des siens. Visiblement en forme physiquement, il s'accrochait et nous délivrait un superbe contrôle sur l'action du but de Julian Draxler.

Le perdant : Metz doit être concentré jusqu'au bout !

Dimanche dernier. 88e minute. L'ouverture du score décisive de Luiz Araujo pour la victoire du LOSC sur Metz. Trois jours plus tard. 93e minute. Le but décisif de Julian Draxler pour le succès parisien. Le FC Metz sait bien là où il pêche en ce début de saison. Les fins de matches font mal aux hommes de Vincent Hognon qui comptent trois défaites en autant de sorties. Mais ce n'est pas le seul problème des Lorrains, bien en difficulté techniquement, même si certaines projections rapides dans le camp adverse étaient intéressantes. Le FCM jouera certainement le maintien cette saison. Et il va falloir s'accrocher.
Réagissez à cet article
500 caractères max
Le_sage 17 sept. à 22:51

Draxler devrait etre le n° 8 (milieu à gauche) qui manque au PSG.Il n'a pas été champion du monde par hasard, il a une bonne technique et vision, il sait marquer des buts. Il est gaucher.Je ne comprends de moins en moins ce que fait Tuchel qui destructure l'équipe. Il faut un vrai n°6 en récupérateur qui pourrait être paredes avec sa qualté de passe exceptionnelle. Tiago est passé de 10 en 6 avec quel succès au Bayern.Psg aurait un sacré milieu avec Verrati à droite.

RensenbrinkRIP 16 sept. à 23:24

Heureusement que les ``sans-grade'' du PSG (Choupo-Moting contre l'Atalanta et Draxler contre Metz) sont là! Vu le nombre de suspendus (4 maintenant), de blessés (on rajoute Bernat), d'atteints du COVID (surtout Mbappé) et ceux qui ont peu d'entrainement dans les jambes, la direction du PSG ne regrette-t'elle pas la décision absurde d'avoir supprimé son équipe réserve (qui évoluait en National 2) l'année dernière? Le responsable, Antero Henrique, n'est plus au club d'ailleurs...

handsup94 16 sept. à 23:02

Allez Metz

ADS :