(L'Equipe)
Le tacle à retardement de Julien Cazarre

A lire cette semaine dans France Football, le dernier tacle à retardement de Julien Cazarre : Rouge impair et manque !

Comme chaque semaine, Julien Cazarre glisse son tacle à retardement dans France Football. Cette fois-ci, il s'en prend au LOSC de Gérard Lopez.

Il arrive parfois que le sponsor maillot d'une équipe de foot aille à cette dernière comme un gant Mapa sur un pis de vache. Mais, avec Lille, franchement, on touche le pompon du manège. Il y a bien eu quelques cas, Bastia avec Oscaro.com pièces détachées qui correspondait bien au style de jeu de l'équipe, ou encore Bordeaux 2006 avec Kia, où on se demandait vraiment «mais qui y a dans cette équipe» ? Mais tout ça, c'est de la toupie de chansonnette à côté du LOSC (je ne suis pas certain de l'exactitude de l'expression utilisée car je l'ai empruntée au dictionnaire du foot de Frédéric Déhu).

Les Lillois arborent sur leur torse le magnifique P de Partouche... Quel beau clin d'œil du destin, le club nordiste ne pouvait trouver sponsor plus adapté à sa situation actuelle. Gérard Lopez a vraiment la dégaine du mec qui sort du casino à 5 heures du mat, la gueule mal rasée, le costard débraillé, qui pue le mauvais whisky et les poches plus vides que le Matmut Atlantique en novembre... Il a vraiment une sale tronche, affalé sur les marches du cazdingue entouré des deux mecs de la sécu qui veulent s'assurer qu'il ne va pas essayer de rentrer. C'est trop con, il allait se refaire, c'était un coup de pas de bol, mais là, la chance va tourner, il le sent, c'est son heure... Bon, on sait tous qu'il ne s'en sortira pas et qu'il ne lui reste plus que son slip qui ne lui appartient même plus puisqu'il vient de le perdre au blackjack. Il a la tête dans ses mains, le regard perdu dans une flaque de gin tonic et il repense au début de la soirée quand il croyait encore qu'il serait le roi de la fête.
Gérard Lopez a vraiment la dégaine du mec qui sort du casino à 5 heures du mat la gueule mal rasée, le costard débraillé.
Tout avait si bien commencé. Il est arrivé en Alfa Romeo rouge clinquant d'occase retapée par un pote carrossier, avec à son bras la magnifique Bielsa... Tout le monde le regardait avec envie car elle en avait fait tourner plus d'un en bourrique, la Bielsa. Elle était belle, pulpeuse et sexy, mais aussi imprévisible. Bien entendu, le beau Gérard, son costume trois-pièces de chez Delaveine et ses pompes en faux croco faisaient un peu banlieue de Mulhouse à côté des Berluti de l'émir du Qatar et le starco Armani du prince russe, mais peu importe, il avait à son bras la sublime Bielsa.

Il se disait que son charme allait détourner l'attention du croupier et qu'il pourrait faire sauter la banque, qu'elle allait lancer les dés comme Sharon Stone et lui faire ramasser le gros lot... Seulement Sharon Stone est un peu tapée, moins pulpeuse, un brin moins fraîche... mais toujours imprévisible. Alors, quand, à 4 heures du mat, elle s'est tirée en emportant ses derniers jetons de casino, il s'est rendu compte qu'il pourrait finir la tête dans un étau pendant que le patron du claque lui demanderait où est le pognon qu'il a misé sur le rouge. Il pourra répondre que c'est la Bielsa qui l'a, elle est déjà loin, la Bielsa, les pieds dans l'eau à Bora-Bora. Et elle t'embrasse. Pauvre Gérard, encore un pigeon de plus ! Comme disait Jacques Brel : «Faut pas jouer les riches quand on n'a pas de sous.»
Julien Cazarre
Réagissez à cet article
500 caractères max
oskare68 9 févr. à 9:40

Ils ont eu chaud les Marseillais.Merci Margaryta

karton_john 8 févr. à 23:51

Sacrée erreur de casting au LOSC. Lopez+ Bielsa devaient être un ticket gagnant. Les résultats sont ridicules. Je plains les supporters des dogues.

stoichkov94 8 févr. à 20:54

Et tout ça alors qu'on savait qu'il avait déjà planté son écurie...