garcia (rudi) (F.Porcu/L'Equipe)
À lire dans FF

A lire cette semaine dans France Football, les secrets de la méthode de Rudi Garcia, l'entraîneur de l'Olympique de Marseille

Partout où il est passé, le coach de l'OM a réussi. FF a sondé ceux qui l'ont croisé pour connaître et comprendre ses recettes, avec de multiples anecdotes à la clé.

Le poing rageur, les yeux levés dans le ciel marseillais, le regard perçant de rage... Au terme de la demi-finale aller de Ligue Europa OM-Salzbourg, Rudi Garcia semble comblé de bonheur. Qui aurait cru à un tel tour de force à son arrivée en octobre 2016 ? A cette époque-là, l'OM a la sale gueule du club qui dégringole et le désamour est grand chez les fans olympiens. Comment le natif de Nemours a-t-il réussi un tel changement en si peu de temps ? Et surtout, quelles sont les clés d'une telle réussite ? Car Garcia, de Saint-Étienne à la Roma, en passant par Lille, est un entraîneur qui ne se loupe que très rarement.

Chedjou : «T'as envie de mourir pour lui sur un terrain»

Pour tenter de comprendre un tel succès, France Football brosse quatre portraits de Rudi Garcia dans son édition du mercredi 2 mai : le technicien, le tacticien, le communicant et le psychologue. Au travers des témoignages et anecdotes d'anciens joueurs, mentors et autres amis, on y découvre un Garcia humain et très protecteur envers son groupe. «Je me souviens d'une fois où j'avais des problèmes personnels, témoigne entre autres l'ancien Lillois Chedjou. Il m'avait reçu pendant une heure et m'avait donné des conseils que j'utilise encore aujourd'hui. Il m'avait surtout dit de partir les résoudre plutôt que de m'entraîner. Rudi comprend et écoute ses joueurs. Après ça, t'as envie de mourir pour lui sur un terrain

Gervinho, truelle et briefings

Outre son appétence pour la communication et les relations humaines, Garcia excelle dans la tactique, l'écoute et les discours qui touchent directement ses joueurs. «J'ai le souvenir de discussions d'avant-match extraordinaires, de briefings où il nous motivait à 300 %, lance François Masson qui a passé cinq années sous ses ordres à Dijon. Avant un quart de Coupe de France contre Amiens, il avait fait un peu plus ludique et détendu car la pression était grande. Il avait fait passer des messages à travers des dessins. Un pour chaque joueur. Moi, je jouais numéro 10, il avait esquissé un petit bonhomme avec une truelle. C'était un jeu de mots sur mon nom de famille, mais aussi pour faire passer le message que je joue à fond mon rôle de meneur de jeu.» Une des nombreuses facettes du coach Garcia mis à nu dans le nouveau France Football avec en encadré une lettre très touchante de son «chouchou» de toujours, Gervinho : «Je remercie le bon Dieu de m'avoir mis sur ton chemin

J.T. et O.B.
Retrouvez le nouveau numéro de France Football en kiosques à partir du mercredi 2 mai ou en version numérique dès maintenant en cliquant ici.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :