Leroy Sane (Deutschland)u000dGelsenkirchen, 19.11.2018, Fussball, UEFA Nations League, Deutschland - Niederlande (Tim Groothius/WITTERS/PRESSE S/PRESSE SPORTS)
À lire dans FF

À lire dans FF, le drôle d'été des «cocus» du mercato

Ils se sont vus partir, c'était écrit, presque fait. Mais des circonstances diverses les ont contraints à rester dans leurs clubs. Retour sur un grand jeu de dominos qui ne sont jamais tombés.

Leroy Sané

La faute à Guardiola
Tout était fait. Et tout était dit et consommé. Depuis la saison passée, Leroy Sané n'était plus en odeur de sainteté à Manchester City, ou plutôt auprès de Pep Guardiola. Pas le style. Pas la bonne mentalité. Remplaçant dans six des huit dernières rencontres de la saison, Sané n'avait débuté aucun gros match en 2019. Pour autant, et même sûrement pour cette raison, Guardiola n'entendait pas lui faire de cadeau. Cet été, il affirma qu'il ne voulait pas le lâcher. Et même que le joueur n'était jamais venu lui faire part de ses velléités de départ. Il l'aligna donc d'entrée pour le Community Shield contre Liverpool le 4 août dernier, alors qu'il connaissait parfaitement le planning de l'international allemand. Celui-ci devait se rendre le lendemain en Bavière pour parapher un contrat de cinq ans avec le Bayern Munich, et devenir du même coup le joueur allemand le plus cher de l'histoire avec un transfert avoisinant les 120 M€. On connaît la suite.
Quoi qu'il en soit, l'épisode a refroidi les relations entre le technicien catalan et ses anciens patrons. Pour le joueur, la température était glaciale depuis longtemps.
Au bout de dix minutes, après un choc avec Alexander-Arnold, Sané reste allongé sur la pelouse de Wembley. Verdict : rupture des ligaments antérieurs du genou droit. S'il a finalement pris l'avion quelques jours plus tard, c'était pour se faire opérer à Innsbruck, en Autriche. Indisponible au moins jusqu'en mars, le jeune attaquant (23 ans) a vu son transfert avorté, et le regard qu'il a lancé à Guardiola sur la pelouse de Wembley en dit long sur sa rancune. Ayant enrôlé à sa place le Croate Ivan Perisic pour un an (prêt), le Bayern laisse cependant la porte ouverte à une arrivée de l'ancien joueur de Schalke l'été prochain, mais souhaite néanmoins se donner le temps de constater qu'il aura recouvré l'intégralité de ses capacités physiques avant de trancher. Quoi qu'il en soit, l'épisode a refroidi les relations entre le technicien catalan et ses anciens patrons. Pour le joueur, la température était glaciale depuis longtemps.
La Une de France Football du 10 septembre.
La Une de France Football du 10 septembre.

Donny van de Beek

Seulement un plan B
C'est l'histoire de l'arroseur arrosé, ou du tueur flingué. Cet hiver, le Real s'était entiché de Donny van de Beek après ses deux gros matches contre les Merengue en Ligue des champions. L'international néerlandais ayant confirmé lors de la fin de saison qu'il avait le calibre d'une pointure, le club madrilène s'était mis sur le coup, mais comme un plan B, au cas où Pogba ne viendrait pas. L'accord entre le Real, l'Ajax et le joueur existait bien, au point qu'Erik ten Haag, l'entraîneur amstellodamois, affirmait le 2 août dernier à propos de VDB : « Son départ est une grosse perte même si on savait que ça pouvait arriver. On ne voulait pas qu'il s'en aille et on a tout fait pour le retenir, mais quand un club de ce calibre entre dans la danse, c'est difficile. »

Que s'est-il passé alors ? Un, l'Ajax, qui avait déjà perdu De Jong, De Ligt, Schöne et Sinkgraven, a voulu garder son joueur le plus tard possible, histoire de s'assurer la qualification en phases de poules de C1. Deux, Zizou a dit : « C'est Pogba ou personne ! » Trois, le joueur, qui avait refusé une prolongation de contrat et rêvait déjà du Bernabeu, s'est agacé : « Je commence à être fatigué de toutes ces questions sur mon transfert. » Quatre, il s'est blessé après avoir débuté la saison en trombe. Aujourd'hui, les médias espagnols parlent de VDB au Real. Mais en 2020...
Mais aussi...
Nos indiscrétions sur les dossiers Pogba, Neymar, Bale, Werner, Eriksen.

Et le bilan mercato Ligue 1 de FF...
• Les 10... qu'on aurait aimé voir en L1
• Les 20... bons coups
• Les 10... paris risqués
• Les 10... surprises
• Les 10... qu'on regrettera
• Les 10... qu'on ne regrettera pas

Retrouvez le nouveau numéro de FF ce mardi dans tous les kiosques ou ici en version numérique.

Le sommaire de FF

Julien Stéphan : «Je ne suis pas là pour faire du beau»
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :