La rentrée du RCSA Préparation physiquematch contre le FC Zurich à Illzach©bertrand desprez pour France Football 2019 (B. Desprez/L'Equipe)
À lire dans FF

À lire dans FF, une immersion dans les coulisses de la préparation de Strasbourg

Le Racing a été le premier club de L1 à reprendre l'entraînement, en juin, en prévision du tour préliminaire de Ligue Europa. L'objectif est de se qualifier. Immersion.

Les Strasbourgeois ont été les premiers à reprendre la route des terrains d'entraînement dès le 23 juin. Voilà ce que c'est que de gagner la Coupe de la ligue ! Il est beau, ce strapontin européen, il embellit la vitrine du Racing, mais il nécessite une toute autre préparation estivale puisque le club alsacien jouera son deuxième tour préliminaire de qualification à la Ligue Europa les 25 juillet et 4 août. Saint-Etienne a connu cela, en des temps pas si lointains. Cette échéance alliée, si l'on ose dire, à un effectif en gestation est un vrai casse-tête pour un staff. Mais comme le dit l'entraineur Thierry Laurey, «les Alsaciens ont été privés d'Europe depuis si longtemps qu'ils ne comprendraient pas que l'on bazarde cette compétition.» Donc le Racing s'est organisé pour.

En responsabilisant les joueurs

Dixit Florian Bailleux, le préparateur physique de Strasbourg : «On a passé un deal avec les joueurs en fin de saison. Une préparation normale, c'est six semaines avec trois étapes : travail sur le moteur avec le socle aérobie, le foncier, les kilomètres avalés ; ensuite, on travaille davantage sur la force et, enfin, sur l'intensité. Pour chaque phase, il fallait gagner au moins trois-quatre jours car on a quatre semaines et demie d'ici au 25 juillet. Les joueurs ont eu quinze jours de vacances complètes, puis sept blocs de travail à respecter les quinze jours suivants (renforcement, footing, abdos, etc.) afin qu'ils reprennent avec une base foncière. Ils ont joué le jeu...»

En se renseignant auprès des confrères

Laurey : «Le Racing est un club avec une grande histoire, mais aujourd'hui on apprend davantage de choses qu'on n'en connaît. J'ai discuté avec Arsène Wenger, avec Jocelyn Gourvennec et Éric Blahic, qui ont vécu ces situations. On veut éviter les gros bugs et les petits pièges et ils m'ont donné quelques conseils en termes de déplacements, de logistique... La saison dernière, on avait gagné à Bordeaux lors de la 1e journée et on les avait sentis dans le dur car ils revenaient d'un déplacement à Mariupol. C'est le genre de situation qu'on risque de vivre. »

En ne chamboulant pas l'effectif

Laurey, toujours : « Notre atout, c'est que l'effectif ne devrait pas être bouleversé. Le groupe se connaît bien et a montré qu'il pouvait être performant. On souhaite s'améliorer sur trois ou quatre postes, donc prendre quatre ou cinq joueurs.» Ce qui est déjà pas mal.

Patrick Sowden, à Strasbourg et Illzach-Modenheim

L'intégralité du reportage sur la préparation de Strasbourg est à retrouver en kiosques ou ici en version numérique.


Voir aussi :
- Le sommaire complet de FF
- Thomas Meunier : «Paris, c'est juste incroyable»
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :