Carrasso (L'Equipe)
À lire dans FF

A lire dans France Football, Cédric Carrasso : «J'ai toujours des choses à transmettre»

Non conservé par Bordeaux, le lauréat de l'Etoile d'or FF des gardiens de Ligue 1 raconte dans FF son nouveau statut de joueur libre qu'il aspire à abandonner au plus vite. Extraits.

Sa liberté contractuelle

«C'est la première fois que ça m'arrive. Mais je suis très serein. Ma belle saison me donne une forme de plénitude et de tranquillité.»

Son prochain club

«Ce ne sera pas forcément un club huppé ou médiatique. J'ouvre le panel au maximum suivant mes envies professionnelles et personnelles. Il faut qu'il y ait un feeling, quelque chose qui me donne envie et qui me ressemble aujourd'hui. Je veux vraiment un beau projet dans l'ensemble. J'ai toujours des choses à transmettre.»

Ses envies

«J'aimerais jouer encore deux ou trois saisons. En fait, tant que je serai compétitif. A 35 ans, je ne me sens pas comme un joueur de mon âge, tel que je pouvais le voir avant par exemple. J'ai la forme, une jeunesse intérieure qui me permet de continuer. Par exemple, à la fin du Championnat, je n'avais pas envie que la saison s'arrête. J'étais prêt à embrayer dans la foulée.»

Son Etoile d'Or FF

«J'avais déjà eu l'Etoile d'Or FF en 2009 avec Toulouse. Huit ans après, elle prend encore plus de dimension. Mais je n'avais pas fait le doublé avec L'Equipe en 2009... Là, c'est la totale, avec en plus ce titre de meilleur joueur des Girondins qui me touche énormément de la part des supporters bordelais avec qui j'ai toujours eu une relation fusionnelle. C'est très sympa d'être reconnu à titre individuel, même si j'y associerai toujours le collectif. Sans les autres, tu n'es rien. Même quand tu joues gardien.»

Son départ de Bordeaux

«Je ne serai jamais aigri par rapport aux Girondins. J'aime trop ce club ! Maintenant, j'ai tourné la page sur cet épisode. Je souhaite tout le bonheur du monde à Bordeaux.»

Son principal souvenir bordelais

«Ma première saison. En 2009-10, on effectue un grand parcours en Ligue des champions. En phase de poule, on termine premiers avec seize points sur dix-huit possibles, et seulement deux buts encaissés. On bat deux fois le Bayern Munich, on gagne une fois contre le Juventus Turin et on fait nul. On fait notamment une partie extraordinaire à Munich pour se qualifier dès le quatrième match de groupe. C'était incroyable à ce moment-là avec une équipe extraordinaire et qui planait.»

Le making of

Lieu : Hôtel Cap Estel, à Eze.
Durée : 42 minutes.
Boisson consommée : orange pressée.
Tenue : bermuda gris et polo bleu marine. Mocassins en daim.
Note sur sa disponibilité : 10/10.
François Verdenet

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :