ronaldo (cristiano) messi (lionel) (R.Martin/L'Equipe)

À lire dans France Football cette semaine : êtes-vous Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi ?

Cela fait plus de dix ans qu'ils font battre le coeur des amoureux du football. De quoi aviver les passions et les discussions. FF s'est amusé à donner la parole à des cadors (Stoitchkov, Papin, Carragher, Robben, Tardelli, Lahm...) histoire de mesurer à quel point ces deux-là sont exceptionnels.

L'exercice auquel nous avons soumis nos lecteurs, via le site internet de France Football, et les personnalités du monde du football qui ont bien voulu répondre, n'a pas valeur de sondage ou de référendum. Et si la question est simple, la réponse recèle beaucoup plus que l'affichage d'une préférence ou d'un goût. Il y a ceux qui n'ont pas voulu répondre de peur de déplaire (les craintifs ou les politiques, plus généralement ceux qui sont en activité), ceux qui n'ont pas voulu trancher parce qu'ils aiment les deux sans restriction (les gourmands ou les connaisseurs), et ceux qui l'ont fait parce qu'ils ont une filiation, de cœur ou d'esprit, avec l'un des deux (les sentimentaux ou les cérébraux). Dans tous les cas, les choix ne sont jamais neutres. Au fond, opter pour CR7 plutôt que la «Pulga», c'est un peu comme préférer les Modernes aux Anciens (Perrault ou Boileau ?). Mais on peut aussi aimer le football pour le jeu, comme on aime la littérature pour le plaisir de lire.

Safet Susic, qui dit préférer Messi, objecte lui-même à son propre choix la contradiction qu'il recèle : «Ce sont deux types complétement différents». Gérard Houllier ne le contredit pas : «Ils ne sont pas comparables. J'adore Messi pour sa lucidité à trouver et à s'ouvrir des angles de passe extraordinaires, pour son génie créatif qui fait qu'il génère de l'inattendu quand il a la balle. Mais j'adore également chez Ronaldo cette capacité à être décisif dans les grands matches, son efficacité chirurgicale dans des conditions de stress extrêmes. Il ne déçoit jamais. Et physiquement, c'est un monstre».

En quelques phrases, l'ancien sélectionneur des Bleus et manager de Liverpool a ciblé les points de références principaux de la comparaison : L'esthétisme, l'intelligence, l'efficience, la compétitivité. Dans tous les cas, le choix est quasi culturel, une question de sensibilité, d'émotion, de vécu qui renvoie à l'un ou à l'autre des deux sujets, sûrement pas à un rapport à la performance. Au fond, être CR7 ou Messi, c'est comme se ranger du côté de Stephen Curry ou de LeBron James en NBA, deux basketteurs qui ont plus d'un point commun avec l'attaquant du Barça (pour le shooteur de Golden State) et avec celui de la Juve (pour la star des Lakers). Alors, chacun retiendra l'image qui lui sied, le portrait qu'il a envie d'afficher. Sa propre représentation, très partiale, du raffinement. À France Football, on s'en tiendra au palmarès, très concret, du Ballon d'Or. Cinq chacun...

T.M.

Le choix est quasi culturel, une question de sensibilité, d'émotion, de vécu

L'intégralité du dossier consécré au débat éternel entre Lionel Messi et Cristiano Ronaldo est à retrouver cette semaine dans France Football, en kiosque ou en version numérique ici.