28.05.2019, Erlebniswelt Allianz Arena, Muenchen, GER, Übergabe der DfB Pokal Trophäen an die Erlebniswelt, im Bild Arjen Robben poses for a picture with the Bundesliga trophy and the DFB cup // during an event at the Erlebniswelt Allianz Arena in Muenchen, Germany on 2019/05/28. EXPA Pictures © 2019, PhotoCredit: EXPA/ Eibner-Pressefoto/ FCBAYERN/POOL  *****ATTENTION - OUT of GER***** (EXPA/ Eibner/ FCBAYERN/POOL/PR/PRESSE SPORTS)
À lire dans FF

À lire dans France Football cette semaine, l'entretien avec Arjen Robben : «Je peux encore faire des matches de classe mondiale»

Depuis lundi, le mythique attaquant néerlandais n'est plus un joueur du Bayern Munich. Le moment de revenir avec lui sur sa décennie dorée en Bavière. Morceaux choisis.

Son avenir

«Je ne sais pas encore si je vais poursuivre ma carrière. C'est mon corps qui va décider. Lorsque je suis à 100% de mes possibilités, je peux encore faire des matches de classe mondiale. J'ai très envie de continuer à jouer au foot au plus haut niveau. J'ai plusieurs offres, je déciderai en temps et en heure.»

Voir : le sommaire du nouveau numéro de France Football

Sa relation avec Franck Ribéry

«Plus le temps a passé, plus nous nous sommes rapprochés l'un de l'autre. Franchement, sans Franck, je ne sais pas à quoi aurait ressemblé cette décennie. Il a marqué de son empreinte l'histoire du club, c'est indiscutable. Peut-être pense-t-il la même chose de moi, je ne sais pas ? (Il sourit.) Mais une chose est sûre : ensemble, nous avons réussi des performances époustouflantes, nous avons permis d'élever un peu plus le standing du club en lui donnant un nouveau style de jeu.»  

Sa "spéciale"

«Ma femme me dit souvent que je peux en être fier. C'est quelque chose de très spécial. C'est avec ce style-là que j'ai construit ma réputation pendant tant d'années. Et, en plus, ça fonctionne encore à trente-cinq ans ! Je ne le travaille plus vraiment. Tout est question de feeling. C'est ça, la clé.»

L'entraîneur qui l'a marqué

«Je suis un grand fan de Pep Guardiola, un amoureux du jeu d'attaque. Et Pep est justement le prototype même de l'entraîneur qui mise sur l'attaque en ayant le ballon le plus souvent possible. J'ai pris un plaisir fou avec lui. J'approchais de mes trente ans lorsqu'il est arrivé (en juillet 2013). Jamais je n'aurais cru pouvoir franchir encore des paliers à cet âge-là. J'ai progressé au niveau de mes anticipations, de la prise de décision à l'approche des seize mètres. Ces petits détails m'ont permis de devenir un joueur encore plus complet.»  
L'intégralité de l'entretien avec Arjen Robben est à lire cette semaine dans France Football, disponible en kiosques ou en version numérique en cliquant ici.

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :