(L'Equipe)
Le tacle à retardement de Julien Cazarre

À lire dans France Football cette semaine, le dernier tacle de Julien Cazarre : Leo, envoie du bois !

Comme chaque semaine, Julien Cazarre glisse son tacle à retardement dans France Football. Il revient cette fois sur le grand retour de Leonardo au PSG.

Quand Leonardo revient dans le game pile au moment où Donatello se demande s'il ne va pas se barrer, on se dit que c'est un peu le bordel au pays des Tortues Ninja... Le petit Kyky (devenu le gros Kyky depuis le Mondial) se fadait un sobriquet plus naze que le nouveau maillot de la Juve, loin des surnoms qui défoncent comme Batigol, Éric the King ou O Fenomeno. Y a plus glamour qu'être comparé à une tortue dégueu qui se prend pour Bruce Lee en mangeant des pizzas dans les égouts de New York. Le Leonardo qui nous revient de l'hyperespace a tout, sauf la dégaine de la tortue au nunchaku et, surtout, il n'est pas du tout adepte des pizzas... Il l'avait déjà fait comprendre lors de sa première venue, où il avait remis de l'ordre dans l'alimentation des joueurs. Le retour du Père Fouettard à la gueule d'ange...

Si l'on écoute les supporters parisiens (faut tendre l'oreille parce qu'ils beuglent tous ensemble sur la musique des Village People), le Brésilien dont ils rêvaient le plus depuis cinq ans n'était pas Neymar, Coutinho ou Gabriel Jésus mais bien le play-boy carioca qui porte le Smalto comme Adjani le pull lavé avec Woolite. Moi-même, je dois avouer que, comme tout bon blaireau qui se respecte, j'ai accueilli son retour comme celui de Drogba à l'OM... (Quoi, il n'est pas revenu Drogba ? Non ? Ah bon...) Je me suis posé trois secondes le cul sur mon fauteuil Everstyl hérité de ma grand-mère et je me suis demandé : « Mais Dugland, t'as Neymar et Mbappé que le monde entier s'arrache et toi, tu es plus excité à l'idée de récupérer un VRP de luxe... T'es vraiment sûr que ça va en ce moment ? »
Quitte à perdre, autant avoir un mec qui balance un peu de panache et de cojones.
C'est vrai qu'à première vue ça fait même carrément flipper cette réflexion. Mais c'est à ce moment-là que mon 15 au bac blanc de philo entre en piste. Quand Di Maria est arrivé, c'était le gars qui allait nous faire franchir un palier. Eh ben, non. Quand Emery est arrivé, ça devait être le roi de la grinta qui nous manquait... Et bim, remontada ! Quand Neymar est arrivé avec Mbappé, ça devait faire de la MCN la plus grande attaque d'Europe... Et bam, fessée cul nu face au Real... Quand Tuchel est arrivé, c'était le maître tacticien qui allait transcender nos stars et révéler nos jeunes... Et boum, Lukaku ! Alors que les gars de QSI fabriquaient la plus grosse équipe de PS4 du 93, deux équipes se retrouvaient en finale de la Ligue des champions avec Origi, Sissoko, Lucas et Jordan Henderson, des mecs qui auraient eu au mieux le statut de Choupo-Moting dans la dream team de la porte de Saint-Cloud.

En fait, quand t'es supporter parisien, le plus dur c'est pas de perdre contre le Barça ou Man U, c'est de se ridiculiser assez pour que des gars qui se sont fait sortir minablement par Limassol se sentent le droit de se foutre de ta gueule. Ou pire... Que Ben Arfa, l'homme au palmarès d'Yvon Pouliquen, te chambre. Alors, quitte à perdre, autant au moins avoir un mec qui balance un peu de panache et de cojones dans le bouzin... Avec Leo, t'es pas sûr de gagner, mais t'es sûr d'une chose : le PSG ne va plus se faire marcher sur les rouleaux sans réagir et les starlettes du vestiaire vont arrêter de se la raconter...

Julien Cazarre
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :