(L-R) Bruno Peres of AS Roma, Alessandro Florenzi of AS Roma, Lionel Messi of FC Barcelona, Diego Perotti of AS Roma, Kevin Strootman of AS Roma, Ivan Rakitic of FC Barcelona during the UEFA Champions League quarter final match between FC Barcelona and AS Roma at the Camp Nou stadium on April 04, 2018 in Barcelona, Spain. *** Local Caption *** (L'Equipe)
à lire dans FF

À lire dans France Football cette semaine, les victimes de Lionel Messi racontent leurs face-à-face avec le génie du Barça

Pour comprendre ce que c'est, concrètement, de se retrouver face au génie du Barça, FF a interrogé ceux qui ont tenté un jour de l'arrêter. Âmes sensibles s'abstenir.

Comment arrêter l'inarrêtable ? Carlo Ancelotti pense avoir la solution. Dans les colonnes du média chinois SinoSports, le technicien italien de Naples avait dévoilé ses clefs pour réduire l'influence de Lionel Messi sur un terrain, même s'il avait reconnu qu'à 100% de ses moyens physiques, le Barcelonais était injouable. «La meilleure façon de l'arrêter est de défendre en équipe. De garder des espaces réduits entre les lignes et de l'empêcher de toucher le ballon. Vous avez besoin de beaucoup de joueurs au milieu de terrain pour réaliser ça. Cela réduit les options de Messi. Il aura moins la balle, au moins dans des zones dangereuses.»
«Si j'essayais de le presser, je finissais par me retrouver derrière lui à regarder “sa plaque d'immatriculation”»
La consigne est claire. L'application plus délicate. Beaucoup ont essayé. Avant de se planter. «Chaque fois que je l'ai affronté, je ne montais pas sur lui, révèle l'international espagnol Joan Capdevila. Je me contentais de reculer petit à petit, tout en espérant qu'un coéquipier me couvre. Si j'essayais de le presser, je finissais par me retrouver derrière lui à regarder “sa plaque d'immatriculation”. En l'espace d'un souffle, il te mettait cinq mètres dans la vue. La seule chose que je souhaitais quand je l'avais en face, c'était de ne pas avoir l'air trop ridicule.» Comme beaucoup d'autres avant lui. L'Argentin marque tous les esprits qu'il croise. «Ce gars est incroyable, a confié l'ancien du Deportivo La Corogne, Fernando Navarro. Il est très intelligent, il sait interpréter le jeu mieux que quiconque. C'est pour ça que, parfois, il se décale sur un côté, qu'il redescend d'un cran pour finir par jouer au milieu. En tant que défenseur central, c'est un soulagement. Au moins, il est loin de toi !» Messi n'épargne personne. Les Lyonnais sont prévenus.

Olivier Bossard

Retrouvez l'intégralité de «Messi : ses victimes racontent» dans le nouveau numéro de France Football disponible en kiosque mardi ou en version numérique en cliquant ici.

A lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
valleefred32 21 févr. à 11:00

Une chose Messi restera un grand joueur mais pas le plus grand car il ne gagnera jamais une coupe du monde comme pelé avec TROIS COUPES DU MONDE

valleefred32 21 févr. à 10:58

C est vrai que Messi est très fort mais quand je vois un journaliste français avec le maillot du barça après le match face aux lyonnais c est vraiment pathétique si c est comme ça qu ont veux faire avancer le foot français et bien bravo

ADS :