Adama Soumaoro (L'Equipe)
À lire dans FF

Adama Soumaoro (Lille) dans France Football : «Personne ne me dicte où je dois aller»

Jeudi dernier, FF a passé une heure avec Adama Soumaoro. Histoire de comprendre ce qu'il se cache au plus profond d'un défenseur discret, mais qui, soyez en sûr, ne se laisse pas faire. Un entretien découverte à retrouver cette semaine dans France Football.

Son caractère

«Personne ne me dicte où je dois aller. Ç'a toujours été comme ça. Je sais ce que j'ai à faire. J'ai été éduqué comme ça. J'ai toujours appris à ne pas me faire marcher dessus et à faire mes propres choix (...) Je suis quelqu'un d'assez discret, je ne parle pas souvent. Je peux comprendre qu'on ne me connaisse pas. Mais je me porte bien comme ça.»

La mort de son grand frère lorsqu'il était âgé de neuf ans

«Il avait huit ans de plus que moi. On peut dire qu'il a été mon guide. C'est lui qui me sortait et qui m'amenait jouer au foot. Il avait aussi du talent. Ça m'a marqué, bien sûr. C'est vrai que ça m'a changé. Je me suis renfermé. Aujourd'hui, penser à lui me donne de la force.»

Son pari, en primaire, avec un camarade de classe

«J'étais en cours d'anglais. Je parlais foot avec un ami. Il évoluait dans un modeste club en région parisienne, moi j'étais à l'ACBB (Boulogne-Billancourt), un club un peu plus huppé. Il était un peu surpris de me voir à ce niveau. Il me pose pas mal de questions et me disait : "De toute façon, ce sera difficile d'être pro." Je lui ai répondu : "Je te parie que je serai pro à mes dix-huit ans." On s'est perdu de vue. Mais je pense qu'il a eu l'occasion de voir où j'en étais et de se souvenir de ça.»

Les clichés sur son physique

«Ça me joue encore des tours aujourd'hui ! Comme je suis grand, black, costaud, les gens estiment que je n'ai pas de technique. Mais je sais ce que j'ai dans les pieds. Ça me fait beaucoup rire. Ça me colle à la peau, mais ça ne me dérange pas, ils peuvent penser ce qu'ils veulent.»

Ses rêves d'équipe de France

«Bien sûr que j'y crois vraiment ! J'ai été arrêté pas mal de temps, donc on en reparlera plus tard (...) J'ai grandi avec l'équipe de France. Je me souviens de la Coupe du monde 1998 et de ZInédine Zidane. J'avais vécu la compétition depuis le Mali, c'était festif. La sélection malienne, pour l'instant, ce n'est pas d'actualité. Pas du tout.»

L'intégralité de l'entretien avec Adama Soumaoro est à retrouver dans France Football actuellement disponible en cliquant ici
Timothé Crépin

À lire aussi

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :