À 25 ans, Alexander Djiku prend une nouvelle dimension à Strasbourg. (E. Garnier/L'Équipe)
Ligue 1 - Strasbourg

Alexander Djiku (Strasbourg), une polyvalence encombrante

En pleine forme, Alexander Djiku, le défenseur de Strasbourg, qui reçoit Saint-Étienne samedi (20h45), a récemment découvert le poste de sentinelle, où il se révèle performant, mais ne veut surtout pas s'installer...

Il a vite su se rendre indispensable. Arrivé cet été de Caen (relégué en L2) pour 4 M€ et quatre saisons, Alexander Djiku (25 ans) est le joueur de champ le plus utilisé par son entraîneur, Thierry Laurey, au RCSA, cette saison, toutes compétitions confondues, notamment en L1, où il a disputé 1 395 minutes en seize rencontres.
Le défenseur a certes traversé une période creuse en septembre, dont il est sorti en force et par le haut avec une prestation XXL contre Montpellier (1-0, le 29 septembre). Mais ce droitier puissant et imposant a, globalement, été performant dans toutes les positions où il a été aligné, à gauche d'une arrière-garde axiale à trois (le plus souvent), axe gauche d'une charnière à deux et bien plus surprenant, au milieu, comme sentinelle dans le 4-4-2 en losange, privilégié par le coach alsacien depuis deux mois.
Le programme de la 19e journée de Ligue 1
Cela pourrait être le cas pour la quatrième fois ce samedi (20h45), à la Meinau, contre Saint-Étienne, après le voyage à Amiens (4-0, le 23 novembre), puis les réceptions de Lyon (1-2, le 30) et de Toulouse (4-2, le 8 décembre), trois expériences très concluantes. En particulier, et c'est ce qui compte, aux yeux de Laurey : « Je reste persuadé qu'il a un avenir important et même primordial, à ce poste-là. Après, mon rôle ce n'est même pas d'essayer de le convaincre, c'est que lui arrive à se convaincre lui-même qu'il est capable d'y jouer, d'y prendre du plaisir et nous apporter beaucoup de satisfaction. J'ai déjà eu ce problème avec d'autres joueurs, je l'ai réglé de manière un peu plus autoritaire. Là, c'est un peu différent, on va essayer d'utiliser une méthode un peu plus homéopathique... »
« J'ai besoin de stabilité et de continuit?
Qu'en pense l'intéressé ? Certes amusé par une autre déclaration de son coach - « Si vous avez un problème chez vous, vous pouvez l'appeler parce que c'est un très bon dépanneur ! » - il goûte quand même assez peu cette polyvalence : « Clairement, je préfère et je souhaite évoluer axe gauche dans une défense à quatre, comme le plus souvent dans ma carrière (mais pas cette saison, car ce n'est arrivé qu'à cinq reprises, dont quatre en L1). C'est là où je pense avoir le plus de responsabilités et où je m'épanouis le plus. Plus tôt dans ma carrière, j'ai évolué latéral, à droite ou même à gauche, mais au milieu, jamais. Alors c'est positif de savoir que je peux m'en sortir à ce poste. Mais pour ma progression, j'ai besoin de stabilité et de continuité. » L'ex-Bastiais imagine donc mal cette situation s'éterniser après la trêve.
« Ce n'est pas quelque chose qui, normalement, devrait être durable »
En attendant, Laurey a aussi confié, de manière sibylline : « On a d'autres garçons (Youssouf Fofana, Ibrahima Sissoko, Jean-Ricner Bellegarde, Sanjin Prcic) qui peuvent évoluer à ce poste-là, peut-être pas aussi bien à mes yeux, mais ils sont là. » Djiku est, en effet, aujourd'hui celui qui apporte le plus de densité physique dans l'entrejeu et sécurise le mieux l'équipe lorsqu'elle évolue en 4-4-2 en losange, système qui peut s'avérer risqué.
Le classement de Ligue 1
Mais dans son esprit, cela doit rester très ponctuel. Son entraîneur s'y est d'ailleurs plus ou moins engagé auprès de lui, et même publiquement : « Ce n'est pas quelque chose qui, normalement, devrait être durable. J'ai des accords avec mes joueurs, avec mon staff. Et à partir du moment où je prends des accords, je m'y tiens. » De toute façon, pour maîtriser pleinement le rôle particulier de sentinelle, « il faudrait plusieurs saisons et quasiment repartir de zéro pour acquérir durablement de nouveaux automatismes », souligne Djiku. Il n'en est bien sûr pas question pour lui, qui se voit forcément grandir et progresser comme défenseur central.
Alexander Djiku : « Je privilégie le temps de jeu »
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :