lacazette (alexandre) (B. Cremel/L'Equipe)
Ligue Europa - Arsenal

«Alexandre le Grand», «Son amitié avec Aubameyang conduit Arsenal vers de grandes choses» : Alexandre Lacazette vu d'Angleterre

Élu meilleur joueur d'Arsenal cette saison, Alexandre Lacazette réalise une saison bien plus accomplie que la précédente. Et la presse anglaise l'a bien remarqué, même si l'attaque des Gunners aurait besoin de quelques réajustements.

A quoi aurait bien pu ressembler la saison d'Arsenal sans Alexandre Lacazette ? Sûrement que les supporters des Gunners ne préfèrent pas y penser. Car au-delà de ses statistiques (18 buts et 9 passes décisives toutes compétitions confondues), l'ancien de l'OL a été prépondérant dans le jeu des siens. Et ce n'est pas un hasard s'il a été élu joueur de la saison du côté d'Arsenal. «Alexandre Lacazette a confirmé sa présence essentielle, écrivait le Telegraph après la demi-finale aller de Ligue Europa face à Valence (victoire 3-1). Il était central dans tout ce qu'a fait Arsenal en attaque. (Cette saison) Il a été moins prolifique qu'Aubameyang mais il offre davantage à l'équipe.» Sur sa Une, le quotidien faisait apparaître le Canonnier et titrait même «Alexandre le Grand», en hommage au double buteur de la veille.

L'amitié avec Aubameyang

L'entraîneur de Valence, Marcelino, n'avait pas minimisé la performance du duo Lacazette-Aubameyang en conférence de presse : «Ils ont deux excellents buteurs, si vous faites la moindre petite erreur à ce niveau, ils en profitent.» Et plus les semaines avancent, plus les deux joueurs gagnent en complémentarité. Alors que Lacazette s'illustre par son jeu en pivot et ses bons décalages, le Gabonais créé des espaces pour ses coéquipiers et se montre tranchant dans les derniers mètres. «L'amitié entre Aubameyang et Lacazette conduit Arsenal vers de grandes choses», écrit quant à lui le Guardian, soutenu par le Daily Mail qui parle du «duo le plus dangereux de Premier League.» A eux deux, ils pèsent près de 50% des buts d'Arsenal en Premier League cette saison. Et pour Lacazette, qui avait vécu une première saison un peu plus délicate, ce deuxième exercice a bel et bien lancé sa carrière en Premier League. Il semble s'être pleinement adapté au Championnat anglais et à ses spécificités. Surtout, l'arrivée d'Unai Emery a grandement contribué à son développement. «Il y a beaucoup de différences (avec l'an dernier, NDLR), déclarait-il il y a quelques semaines, relayé par le Mirror. On travaille plus au niveau tactique, on regarde davantage de vidéos, le coach parle différemment de Wenger. C'est dur de comparer les entraîneurs parce qu'il ont chacun leur propre technique pour diriger l'équipe. Je pense que nous sommes meilleurs chaque mois.»
La Une du Telegraph après la victoire d'Arsenal face à Valence.
La Une du Telegraph après la victoire d'Arsenal face à Valence.
«Si Lacazette était le héros de la nuit, il était aussi son enfant terrible.»
Il n'empêche qu'Alexandre Lacazette n'a pas encore la régularité escomptée, à l'image de son équipe qui peine considérablement en Championnat en cette fin de saison. Et ça, la presse anglaise l'a bien remarqué, notamment lors du match aller face à Valence la semaine dernière. «Il semblait sur certaines périodes que l'histoire aurait pu être différente, et malgré son doublé, Lacazette a été blâmé par les supporters d'Arsenal pour son échec à clore les débats, note le Mirror. Il a raté deux grosses occasions en deuxième période. (...) Le Français a été bashé sur les réseaux sociaux, pointant ce problème récurrent avec les attaquants d'Arsenal cette saison malgré leur grand nombre de buts.» Le Daily Mail, s'il lui a attribué la note de 8 - la meilleure du match -, l'a également relevé : «Si Lacazette était le héros de la nuit, il était aussi son enfant terrible. En l'espace de quatre minutes, il a gâché deux occasions qui aurait pu tout régler.»
Arsenal manque aussi de quelques ajustements en attaque pour que le club londonien puisse donner la pleine mesure de ses capacités offensives. ESPN développe : «Emery aime probablement avoir deux attaquants différents : il peut aligner les deux à différents moments, selon la situation. Mais peut-être que ça résume les problèmes d'Arsenal : l'équipe n'est pas habitué à jouer sur les forces d'un attaquant en particulier et son approche varie trop de semaine en semaine.» En somme, il reste encore beaucoup à faire à Emery pour accorder la partition de ses attaquants. Et à Lacazette de marquer les esprits avec davantage de constance. - A.D.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :