Mats Hummels ne digère pas son éviction. () T. Bode Multimedia/VI Images/Presse Sports
Allemagne

Allemagne : Mats Hummels attaque à son tour Joachim Löw pour son éviction de la sélection

Mats Hummels a qualifié d'« injuste » la décision du sélectionneur allemand Joachim Löw de l'écarter de l'équipe d'Allemagne.

Après Thomas Müller mercredi, Mats Hummels a vivement réagi jeudi à son éviction de l'équipe nationale allemande, estimant « injuste » la manière dont le sélectionneur Joachim Löw l'a mis en retraite internationale forcée. Mardi, Löw avait personnellement annoncé à Müller, Hummels et à leur équipier du Bayern Munich Jérôme Boateng qu'il ne comptait plus sur eux en équipe nationale. Cette décision a provoqué un séisme en Allemagne et en particulier à Munich, où les dirigeants du Bayern sont eux-mêmes montés au créneau pour défendre leurs joueurs.
« Indépendamment de ce que je pense être une décision sportive difficilement justifiable (que je respecte bien sûr), la façon dont ça a été fait est pour moi incompréhensible, écrit Mats Hummels sur les réseaux sociaux. Thomas, Jérôme et moi avons tout donné à l'équipe nationale depuis des années, et cette démarche est à mes yeux injuste, par rapport à ce tout ce que nous avons fait et réussi. »
« Ça ne me laisse absolument pas froid, parce que j'ai aimé jouer pour l'Allemagne », ajoute le joueur de 30 ans, visiblement blessé, comme ses deux compagnons. Tous trois faisaient partie de l'équipe championne du monde en 2014, mais ils étaient aussi dans celle qui a sombré lors du Mondial 2018 en Russie. Mardi, Boateng avait avoué sa « tristesse », et mercredi, Müller avait été beaucoup plus virulent, accusant la Fédération allemande de lui avoir « manqué de considération ».
L'entraîneur du Bayern, Niko Kovac, y a été de sa critique jeudi : « Je trouve que ce n'est pas juste d'être considéré comme rouillé à 29 ou 30 ans », a-t-il dit, fustigeant comme les joueurs le caractère « définitif » de la décision de Joachim Löw. Löw est venu mardi au siège du Bayern rencontrer ses trois joueurs, apparemment sans les avoir prévenus, et leur a annoncé leur disgrâce à quatre jours d'un match de Championnat et surtout à huit jours du match retour de Ligue des champions contre Liverpool. Karl-Heinz Rummenigge, le patron du club, a fustigé ce timing, faisant remarquer que le sélectionneur aurait eu tout le temps de faire son annonce depuis novembre, date des derniers matches internationaux.
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :