(A.Mounic/L'Equipe)
Euro

Allemagne ou Turquie : réponse jeudi pour le pays qui organisera l'Euro 2024

Ce jeudi, l'UEFA va annoncer qui de l'Allemagne ou de la Turquie sera le pays hôte de l'Euro 2024. FF.fr fait le point.

Il y a quelques jours, l'UEFA a publié le rapport d'évaluation des deux nations en lice pour l'organisation de l'Euro 2024. 42 pages qui permettent d'évaluer les aspects politiques et sociaux, la sécurité, la capacité d'accueil des stades mais aussi les garanties financières et les transports. L'instance européenne a jugé que le dossier allemand était de «très haute qualité» et a estimé que la candidature turque était «en adéquation avec les objectifs à long terme de l'UEFA». Pour la Turquie, ce serait une grande première. Quant à l'Allemagne, la RFA avait organisé la compétition en 1988.

L'Allemagne a un dossier solide

L'Allemagne avait plus récemment accueilli la Coupe du monde 2006. À cette époque (pas si lointaine), de nombreux aménagements avaient été effectués. L'événement avait été un succès populaire et l'organisation considérée comme parfaite. De plus, la Bundesliga et ses stades de haute qualité sont un argument de taille. Lors de l'officialisation de cette candidature, le président de la fédération allemande, Reinhard Grindel, se montrait confiant : «En Allemagne, nous avons les stades, les infrastructures, et le savoir-faire pour créer un Euro économiquement sain.» L'UEFA a d'ailleurs estimé que «toutes les structures politiques et de football sont en place en Allemagne avec une longue histoire d'événements réussis.»
Attention tout de même... La route n'est pas toute tracée pour la fédération allemande. Dernièrement, des supporters du VfB Stuttgart ont déployé des banderoles contre la candidature allemande à l'Euro 2024. Sur l'une d'elles, le slogan avait été détourné et l'on pouvait lire «United by money - Corrompu au cœur de l'Europe». Une autre évoquait «un prochain tournoi acheté», et faisait référence aux soupçons de corruption lors de l'obtention du Mondial 2006 au détriment de l'Afrique du Sud. Une image qui pourrait inquiéter l'UEFA, avec des risques de manifestations ou de sifflets de la part de certains supporters allemands durant la compétition.

Une situation politique compliquée en Turquie

Cette candidature n'est pas une nouveauté pour la Turquie... En effet, le pays a déjà postulé trois fois pour accueillir un Euro. De grands travaux ont été lancés afin de moderniser les voies de communication vers les potentiels stades hôtes. Sur leur site officiel, les organisateurs turcs font parler les stars de leur Championnat. Ainsi, Belhanda, Škrtel, ou encore Clichy mettent en avant l'ambiance qui règnent dans les stades et l'amour pour le football de toute une population. La fédération turque joue donc sur une image populaire et festive pour convaincre l'UEFA de choisir cette destination.
«C'est la quatrième candidature successive de la Turquie et c'est de loin la meilleure que nous ayons proposée jusqu'à maintenant»
Mais le principal défi des autorités turques sera de rassurer l'UEFA sur la situation sécuritaire du pays. Le climat en Turquie est particulièrement tendu, avec des attentats, les combats menés par la rébellion kurde, et surtout une politique menée par Erdogan qui laisse sceptiques de nombreux dirigeants européens. Or, le critère sécuritaire est fondamental. Dans son rapport, l'UEFA s'est aussi inquiété des «récents développements économiques dans le pays qui pourraient mettre les investissements publics sous pression». Du côté de la fédération turque, on relativise. Ce sont les avancées technologiques et le développement des grandes villes qui sont souvent mises en avant lors des déclarations publiques. «C'est la quatrième candidature successive de la Turquie et c'est de loin la meilleure que nous ayons proposée jusqu'à maintenant, avec 10 stades ultramodernes dans 9 villes magnifiques», a commenté récemment Yildirim Demirören, président de la TFF. Pour cette nation à cheval entre l'Europe et l'Asie, l'organisation de l'Euro 2024 est une vraie priorité. La défaite d'Istanbul face à Tokyo dans l'organisation des Jeux Olympiques 2020 avait été vécue comme un traumatisme par la Turquie et une humiliation par le gouvernement Erdogan. Un nouvel échec pourrait crisper d'autant plus les relations politiques entre la Turquie et le reste de l'Europe...
L'identité du pays hôte sera dévoilée ce jeudi 27 septembre, au siège de l'instance dirigeante du football européen, à Nyon. Si l'Allemagne part avec un avantage et semble avoir le dossier le plus sérieux, les Turques peuvent aussi permettre à l'UEFA de se lancer dans un défi inédit en organisant l'Euro aux portes de l'Asie.
Mathieu Message
Réagissez à cet article
500 caractères max
emmanymfunyi241987 26 sept. à 17:35

D'après moi Allemagne est une grande nation du football en Europe

letidup 26 sept. à 10:23

l allemagne , bien sur

voir toutes les réactions