platini (michel) (L'Equipe)
Chronique éco

Alors, c'est qui le patron ?

Chaque mercredi, FF.fr vous propose, avec le concours de cinq spécialistes, un éclairage sur l'actualité du business du football. Cette semaine, le fair-play financier.

Protéger les acteurs de la compétition et préserver l'incertitude du résultat, tels sont les objectifs du Fair Play Financier (FPF) voulu par Michel Platini. Et honnêtement qui pourrait se plaindre d'un tel projet ? Qui se satisferait d'une compétition dont l'issue serait connue avant même son coup d'envoi ? Qui accepterait de voir des clubs jouer aux apprentis sorciers jusqu'à la banqueroute finale ? La volonté du président de l'UEFA est louable et inattaquable. Va pour les principes s'il n'y avait les effets pervers non maîtrisés. Car un FPF trop strict dresse des barrières aux nouveaux entrants et ruine l'esprit de départ. Quelle marge de manoeuvre ont des clubs comme Schalke 04, Naples, Valence s'ils veulent passer un palier ? Où est l'incertitude du sport quand on retrouve, comme pratiquement chaque année, le Real, le Barça, le Bayern dans le dernier carré ? Pire, l'explosion des droits TV en Angleterre rend aujourd'hui caduque le projet de Michel Platini. 

Qui dirige vraiment le football européen, qui impulse la politique sportive ? L'UEFA ou la Premier L

Un club comme Manchester City, hier sous surveillance, peut désormais bénéficier d'une manne extraordinaire et ainsi se conformer sans encombre au fameux FPF puisque celui-ci ne peut anticiper (ni requalifier) un tel afflux d'argent dans ses paramètres de contrôle. Que City s'intéresse à un joueur et la concurrence européenne (non britanninque) devra s'incliner soit parce que ces clubs n'auront pas les moyens de s'aligner, soit parce qu'ils n'auront pas le droit de surenchérir comme on le voit avec le Paris SG. Dès lors qui dirige vraiment le football européen, qui impulse la politique sportive ? L'UEFA ou la Premier League ? Les Eurosceptiques gagnent du terrain, ceux qui veulent le moins d'Europe prennent le dessus. On le voit au sein de l'Europe politique comme au sein de l'Europe du football.
Le président de l'UEFA peut imposer toutes les contraintes qu'il veut, elles seront inutiles si l'UEFA ne reçoit pas le soutien politique des institutions
Le projet européen prend des coups et tend au repli sur soi. L'Europe politique avec ses contraintes et son manque d'harmonisation nuit à son propre projet. L'Europe du football avec son manque d'harmonisation fiscale, ses recettes TV très hétérogènes d'un championnat à un autre, le flou de sa réglementation sur les transferts et propriétés de joueurs, provoque le sentiment d'une concurrence déloyale d'un pays à l'autre, d'une compétition à l'autre. Malgré toute sa bonne volonté, Michel Platini se heurte aujourd'hui à ce manque d'harmonisation européenne. Le président de l'UEFA peut imposer toutes les contraintes qu'il veut, elles seront inutiles si l'UEFA ne reçoit pas le soutien politique des institutions car elles sont systématiquement contournées, en Angleterre ou ailleurs. Le sport est aujourd'hui à la limite de ce qu'il peut faire.
 
Vincent Chaudel
 
Vincent Chaudel exerce le métier de conseil dans le secteur du sport depuis le début des années 2000. Désormais Directeur de la Communication et du Marketing de Kurt Salmon, il anime toujours la compétence management du sport au sein de ce cabinet.
 
Après une thèse professionnelle menée au Canada, il crée en 1999, l'activité Conseil au sein de Showteam, société de marketing sportif / merchandising, avant de rejoindre en 2001, le cabinet Deloitte devenu Ineum en 2003 pour y créer l'activité de conseil en management du sport. Il y a développé de larges compétences (stratégie, organisation, marketing, communication) auprès des médias, des organisations sportives (fédérations, ligues, clubs) ainsi que des acteurs publics (états, ministères, collectivités territoriales). En 2009, Vincent est élu vice-Président de Sport & Citoyenneté, 1er think tank européen centré autour des enjeux sociétaux liés au sport.
 
Pour suivre Vincent Chaudel : 
Réagissez à cet article
500 caractères max
joneleth1134 30 avr. à 12:04

Et pourquoi ne pas sanctionner les clubs Espagnoles qui sont endetté?

ADS :