Championnat des étoiles
s'abonner
Le duel Alvaro Gonzalez-Neymar fait encore parler. (A. Mounic/L'Équipe)
Ligue 1 - OM

Alvaro Gonzalez (OM) en veut toujours à Neymar (PSG) après ses accusations de racisme

Trois semaines après PSG-OM et les accusations de racisme portées par Neymar (PSG) à son encontre, Alvaro Gonzalez (OM), le défenseur central marseillais, a repris la parole lundi au micro de la radio espagnole Onda Cero.

Trois semaines après le Classique PSG-OM (0-1) et les accusations de racisme portées par Neymar (PSG) à l'encontre d'Alvaro Gonzalez (OM), le défenseur central marseillais a repris la parole lundi au micro de la radio espagnole Onda Cero. Malgré les caméras et les spécialistes de la lecture labiale, la commission de discipline de la LFP avait constaté mercredi dernier ne pas disposer d'éléments suffisamment probants et avait décidé que les comportements des joueurs ne donnaient pas lieu à sanction.
« Si je lui avais dit quelque chose, cela serait apparu devant toutes les caméras. Une personne comme ça ne mérite ni mon regard ni mon respect »
Alvaro blanchi, mais dont le numéro de téléphone a été divulgué, semble avoir mal vécu ces événements : « Les dégâts que Neymar a pu me faire sont énormes. Nous avons passé un mauvais moment, pas seulement moi, ma famille et mon environnement. Je n'ai pas quitté la maison depuis. Il n'y avait personne dans le stade et tout a été entendu. Les arbitres sont venus à ma défense. Si je lui avais dit quelque chose, cela serait apparu devant toutes les caméras. Une personne comme ça ne mérite ni mon regard ni mon respect. »
Vendredi soir déjà, sur le site de Mundo Deportivo, le Marseillais avait assuré avoir reçu « plus de deux millions de messages sur [son] téléphone, je n'avais jamais vu un tel chiffre, avec toutes sortes de menaces, des messages dans d'autres langues... Je ne comprenais rien. Ils m'ont envoyé des photos des voitures que nous utilisions, ils disaient qu'ils allaient venir chez moi pour me tuer, ou encore qu'un jour des messages seraient envoyés pour me dire qu'ils allaient se rendre au magasin de mes parents pour les tuer (...) J'ai eu peur parce que cela ne m'est jamais arriv?. Les deux hommes devraient se retrouver le 7 février prochain à l'Orange-Vélodrome, lors du match retour.

lire aussi

Transferts : l'OM se réveille encore à la fin du mercato
Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :