Andreas Brehme (D.R)
CM - Les 100 de FF

Andreas Brehme (Allemagne), nouvel épisode de nos 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde

19 mars- 14 juin : dans exactement 87 jours, débutera le Mondial 2018 en Russie. Jusqu'au coup d'envoi, FF vous livre, par ordre alphabétique, sa liste des 100 joueurs qui ont marqué l'histoire de la Coupe du monde. Quatorzième épisode avec Andreas Brehme.

Son histoire avec la Coupe du monde

Andreas Brehme a fait preuve d'une grande longévité au plus haut niveau, lui qui a mis fin à sa carrière à 38 ans mais qui a surtout disputé trois Coupes du monde entre 1986 et 1994. Après un essai infructueux en 1986 au Mexique, où l'Allemagne a échoué face à l'Argentine en finale (défaite 3-2), Brehme et la Nationalmannschaft ont réussi à prendre leur revanche quatre ans plus tard en terrassant cette même Albiceleste, 1-0. Brehme a inscrit les deux derniers buts allemands de la compétition, dont le penalty en finale (1-0) pour lequel il est resté célèbre (voir ci-dessous). Et malgré un échec précoce lors de l'édition suivante, en 1994 (une défaite 2-1 face à la Bulgarie en quarts de finale), l'ancien défenseur reste aujourd'hui encore très apprécié en Allemagne. C'est pourquoi les révélations d'une radio allemande concernant un fort endettement de l'ancien joueur ont ému le pays en 2014. Franz Beckenbauer, son sélectionneur lors de la victoire de 1990, affirme alors que «le football allemand doit lui rendre la monnaie de sa pièce», juste après avoir appris la nouvelle. Ou quand une légende du football parle d'une autre ancienne gloire du football allemand...

Le moment marquant

Il reste aujourd'hui encore célèbre pour avoir inscrit le penalty décisif qui a offert à la Nationalmannschaft la Coupe du monde 1990, face à l'Argentine. Surtout car le défenseur a su prendre ses responsabilités lors d'un moment crucial, en toute fin de match (85e), et ce devant les yeux de Lothar Matthaüs ou Rudi Völler, stars de la sélection pendant le Mondiale italien. Connu pour tirer les coups francs du gauche et les penalties du droit, Brehme s'est élancé et trompait Goycochea en croisant sa frappe, à ras de terre. Ce geste plein de sang-froid, mémorable et à coup sûr encore dans toutes les têtes outre-Rhin, offrait en 1990 son troisième sacre en Coupe du monde à l'Allemagne.

Le chiffre : 86

Comme le nombre de sélections de l'arrière gauche avec l'Allemagne, entre 1984 et 1994. Il a disputé 16 matches de Coupe du monde, entre 1986 et 1994. Et pour l'anecdote, il a même inscrit 3 buts et délivré 3 passes décisives lors de la seule Coupe du monde en Italie, en 1990. Preuve que Brehme était un latéral gauche très offensif.

L'archive de FF

Plusieurs semaines après le triomphe allemand en finale du Mondial, et alors que son coéquipier en sélection Lothar Matthaüs vient de se voir attribué le Ballon d'Or 1990, FF revenait dans son édition du 25 décembre sur les joueurs qui avaient marqué l'année, avec un article sur «Les joueurs polyvalents», sans pouvoir fermer les yeux sur la très bonne année d'Andreas Brehme, comme en témoignent ces quelques lignes : «A la troisième place (NDLR : du classement Ballon d'Or France Football 1990) apparaît Andreas Brehme dont on pourrait penser qu'il doit sa médaille de bronze à sa terrible et légendaire frappe de balle. Celle qui, déjà quatre ans plus tôt, à Guadalajara, avait assommé Platini et les Tricolores. Une frappe sur coup de pied arrêté qui aura été, une fois encore, décisive en Italie. Ce serait oublier un peu trop vite tout ce que le latéral gauche de la sélection allemande a pu apporter, offensivement parlant, à l'équipe de Franz Beckenbauer, par ses montées de débordement et ses centres qui provoquèrent plusieurs buts.»

Les épisodes précédents

Réagissez à cet article
500 caractères max
ADS :